Marianne occultée, et "ambiance d'insurrection" chez i-Télé
Brève Vidéo

Marianne occultée, et "ambiance d'insurrection" chez i-Télé

Le présentateur de la tranche du soir d'i-Télé, Olivier Galzi, a dérogé à ses habitudes : lors de sa revue de presse du 10 septembre, il n'a pas montré la Une de Marianne. Un lien avec le titre (sanglant) de l'hebdo sur Bolloré, actionnaire majoritaire du groupe Canal+, auquel appartient i-Télé ? Interrogé par le site OZAP, Galzi s'en défend, évoquant des contraintes techniques. L'épisode survient alors qu'une compétition de rumeurs semble opposer plusieurs sites de presse concernant d'éventuels changements au sein de la chaîne.

, il n'a pas montré la Une de Marianne. Un lien avec le titre (sanglant) de l'hebdo sur Bolloré, actionnaire majoritaire du groupe Canal+, auquel appartient i-Télé ? Interrogé par le site OZAP, Galzi s'en défend, évoquant des contraintes techniques. L'épisode survient alors qu'une compétition de rumeurs semble opposer plusieurs sites de presse concernant d'éventuels changements au sein de la chaîne.

L'information paraît à première vue anecdotique : la couverture de l'hebdomadaire Marianne paru le 9 septembre n'a pas eu les honneurs d'i-Télé. Pourtant, le présentateur Olivier Galzi la commente chaque semaine, en guise d'introduction au débat entre le directeur de la rédaction de Marianne Joseph Macé-Scaron et l'éditorialiste du Figaro Yves Thréard. C'était par exemple le cas le 3 septembre dernier :

Mais le 10 septembre, Galzi déroge à son habitude : Macé-Scaron est bien invité, mais le présentateur d'i-Télé ne prend pas la peine de montrer la Une de son magazine.

La Une que le téléspectateurs de la chaîne ne verront pas ? Barrée d'un grand titre sur "les vérités qui dérangent" sur les réfugiés, elle arbore également, en haut de page, la question : "Bolloré : un nouveau serial killer sur Canal+ ?".

Une absence relevée par le site OZAP, qui a recueilli les explications– moyennement convaincantes– d'Olivier Galzi et Joseph Macé-Scaron. Pour Galzi, ce sont des contraintes techniques qui ont empêché de montrer la Une. Le présentateur précise au site d'info que "les Unes [lui] arrivent deux minutes avant leur mise à l'antenne". Ces conditions de production n'empêchent pourtant pas d'ordinaire le présentateur d'i-Télé de diffuser celle de Marianne. Quant à Joseph Macé-Scaron, il assure que Galzi ne se fait pas systématiquement l'écho de sa couverture. Faux, objecte OZAP, qui après une plongée dans les archives de l'émission "a constaté que la Une de "Marianne" était systématiquement présentée chaque semaine dans la revue de presse du jeudi soir d'Olivier Galzi" depuis janvier 2015.

Alors, pourquoi la Une de Marianne n'est-elle pas parvenue jusqu'aux écrans d'i-Télé ? Deux hypothèses restent ouvertes. Soit la chaîne a connu un problème technique particulièrement exceptionnel, soit les équipes d'i-Télé ont bien reçu le message de leur nouveau patron : pas de mention de Bolloré chez les médias détenus par Bolloré.

compétition de rumeurs (et de sources ?) entre Le Point et Morandini

Il faut dire que les équipes de la chaîne d'information ont également leur lot de frissons... en lisant certains sites spécialisés dans l'actualité des médias. Ce 14 septembre au matin, ils ont appris à la lecture de JeanMarcMorandini.com le limogeage imminent de Bruce Toussaint, qui anime la tranche 7h-10h sur i-Télé, avant d'être informés par LePoint.fr que le remplaçant de Toussaint pourrait être l'animateur Laurent Bazin. La chaîne a démenti les deux informations.

Cela n'empêche pas la rédaction de vivre dans une "ambiance d'insurrection", et de se préparer à de nouveaux départs, selon OZAP : "Vincent Bolloré veut moins de stars, signées à prix d'or comme Laurence Ferrari. Auprès de ses proches, il s'émeut des audiences de sa tranche "Tirs Croisés", identiques cet été quand elle était absente. Son modèle : BFMTV, qui avec des signatures moins connues à ses débuts a réussi à s'imposer comme première chaîne d'informations de France."

Un épisode qui alimente notre dossier– déjà fort fourni : "Bolloré, contre la dérision et les enquêtes"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.