L'Europe a-t-elle donné davantage de pouvoir aux agences de notation ?
enquête

L'Europe a-t-elle donné davantage de pouvoir aux agences de notation ?

Mélenchon accuse, Quatremer (Libé) réplique

Réservé à nos abonné.e.s
Il n'a pas encore fait sa "rentrée", mais il est déjà très en forme. Jean-Luc Mélenchon appelle sur son blog à "un devoir de résistance intellectuelle" face aux injonctions des agences de notation. Depuis la dégradation de la note des Etats-Unis par Standard and Poor's début août, les agences de notation - qui évaluent "la solvabilité d'un émetteur de titres de dette" - sont au centre de toutes les attentions. En France, le gouvernement a d'ores et déjà promis une série de mesures pour réduire le déficit afin de préserver son triple A, le précieux sésame attribué par les agences de notation.

Si ces agences concentrent les critiques (la commission européenne doit faire des propositions à l'automne pour mieux les encadrer), Mélenchon accuse l'UE de leur avoir accordé davantage de pouvoir... il y a deux mois. Les Etats auraient abandonné leur pouvoir de contrôle de l'activité de ces agences, et celles-ci auraient désormais les mains libres : elles ne seraient plus obligées de rendre des comptes sur leurs méthodes de calcul, les Etats ne pourraient plus les critiquer. Un scoop, signé Mélenchon, qui déplore le silence de la presse à ce sujet en prenant pour cible son meilleur ennemi : le correspondant de Libération à Bruxelles, Jean Quatremer.




Vacances studieuses pour le candidat du Front de gauche à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon. "Je ne suis pas « rentré », comme on dit, même si je suis bien engagé, plusieurs heures par jour, par le travail de préparation des semaines qui viennent", annonce-t-il sur son blog. Premières cibles pour l'année électorale qui s'annonce : les agences de notation et l'Union Européenne qui leur aurait laissé les mains libres. Si Mélenchon salue la couverture du sujet par L'humanité et Libération (qui attribuait la semaine dernière un triple O aux agences de notation), il s'étonne du silence de la presse sur les nouveau...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.