Le procès d'une citation inventée par Zemmour
Brève

Le procès d'une citation inventée par Zemmour

"La 17e chambre correctionnelle de Paris se penchait hier sur la plainte pour diffamation déposée par l’ancien président du Cran à l’encontre du polémiste." raconte Libération : Zemmour a écrit que Patrick Lozès avait déclaré : "Obama est notre président". Mais Lozès n'a jamais fait cette déclaration. Le procureur estime néanmoins que l'affaire ne relève pas de la justice.
"En pleine polémique sur ses propos concernant Christiane Taubira, et sur son éventuelle éviction de RTL, Eric Zemmour était jugé hier pour diffamation devant la 17e chambre correctionnelle de Paris, après un article polémique sur les «races» publié en 2008 dans feu l’hebdomadaire Vendredi", rapporte Libération, qui a suivi le procès, comme l'AFP. Patrick Lozès, à l’époque président du Conseil représentatif des associations noire (Cran), avait porté plainte.

"Le militant de la cause noire n’a pas supporté que Zemmour lui prête d’avoir dit «Obama est notre président» et, surtout, qu’il en déduise que, pour son contradicteur, «la solidarité raciale» serait «supérieure» à la «solidarité nationale»", résume Libé. "Je veux entendre M. Zemmour me dire où j’aurais tenu ces propos. Jamais je n’ai dit ça. Je considère que la déontologie du journalisme consiste à étayer ses sources, pas à forger des preuves", a déclaré Lozès à la barre.

Zemmour était absent, mais son avocat a reconnu que la citation était inventée : "Me Pardo s’essaie à faire du Zemmour. Certes, Lozès n’a pas dit «Obama est notre président» (on n’en a pas retrouvé la trace), mais il aurait pu: «C’est dans la droite ligne des idées qu’il défend.»"

"On comprend l'agacement et la révolte de Patrick Lozès, mais les éléments caractérisant une diffamation ne sont pas réunis, a observé le procureur à l'audience. On est dans le débat d'idées, qui ne tombe pas sous le coup de la loi pénale", rapporte France TV Info. Le fait de s'appuyer sur une citation non avérée relève d'une «escroquerie intellectuelle», a reconnu le parquet, mais ni la citation ni l'analyse qui la suit ne porteraient atteinte à l'honneur ou à la considération de Patrick Lozès."

Le jugement sera rendu le 3 juillet.

Une pièce de plus pour notre dossier sur Zemmour et ses étranges disciples.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

"La rhétorique zemmourienne va guider le débat"

Trois historiens s'interrogent sur la pertinence du débat Zemmour-Mélenchon ce jeudi 23 septembre

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.