Le Libé allemand va plutôt bien, merci
enquête

Le Libé allemand va plutôt bien, merci

Comment la Tageszeitung a fait de la coopérative un modèle du 21e siècle

Réservé à nos abonné.e.s
Alors que Libération chancelle, et peine à définir un nouveau projet éditorial, il est intéressant de jeter un œil outre-Rhin pour voir ce qu'est devenu le journal qui s'est toujours défini comme son petit frère. Depuis 35 ans, la Tageszeitung, la taz pour les intimes, s'échine à inventer un autre mode de financement pour les journaux quotidiens. Son principal atout: une coopérative riche de 13 421 sociétaires, propriétaires de ce journal proche des Verts allemands.

Et le Libé allemand ? Il ne va pas trop mal, merci. "La Tageszetung (taz) reste un journal où on s'engueule en interne et en public", estime Valérie Robert, directrice du master de journalisme franco-allemand de la Sorbonne Nouvelle. "Elle s'est créé en 1979, dans le bouillonement de la gauche allemande alternative de laquelle ont émergé les Vert, avec le Libé des années 1970 comme modèle. Mais contraiement au journal français, elle ne s'est pas vu véritablement reprocher une trahison par ses cercles politiques fondateurs. Elle a suivi jusqu'à aujourd'hui les débats autour du parti des Verts." C'est cet héritage revendicatif mâtin&...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.