Le Canard, Estrosi, ses appartements, et ses filles
article

Le Canard, Estrosi, ses appartements, et ses filles

Qui dort où ? Mystère.

Réservé à nos abonné.e.s
Christian Estrosi bénéficie-t-il de deux appartements de fonction ? C'est l'accusation portée par Le Canard enchaîné de ce jour : le ministre bénéficierait d'un premier logement à Bercy dans "l'Hôtel des ministres" en bord de Seine et un autre "dans une annexe du ministère des finances, rue de Lille" où serait logé sa fille. Le matin même de la publication du Canard, Christian Estrosi a invité la presse à visiter son appartement de 70 m² de la rue de Lille, le secrétaire général des ministères de l'Economie et du Budget se chargeant de faire visiter le duplex de 55 m² de Bercy, présenté comme un bureau avec une chambre d'appoint.

Mais la défense d'Estrosi est confuse. Face aux caméras, il montre la chambre de "sa fille" et la sienne mais sur son blog, il annonce qu'il a besoin de trois chambres, pour lui et...ses deux filles. Où est la troisième chambre alors ? Qui loge où exactement ?


Retour sur le dévoilement progressif de la famille Estrosi.

 

Off de TF1 : des "rumeurs de presse" pour Pernaut

Ce matin, Christian Estrosi a ouvert à la presse son appartement de la rue de Lille et celui situé à Bercy. Selon Le Canard enchaîné, l'un sert à loger "sa fille" et l'autre est destiné au ministre. Pour mettre un terme à cette polémique naissante, Estrosi a fait visiter les deux appartements à la presse.

Dans le 13 heures de TF1, Jean-Pierre Pernaut s'est contenté d'un off en citant la réponse d'Estrosi tout en expliquant que cette affaire est née de "rumeurs de presse", sans citer nommément Le Canard enchaîn&ea...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.