La Wallonie dit "oui" au CETA. Mais qu'a-t-elle obtenu ?
article

La Wallonie dit "oui" au CETA. Mais qu'a-t-elle obtenu ?

Les médias français et belges décortiquent l'accord

Réservé à nos abonné.e.s
La Wallonie a finalement dit "oui" au traité de libre échange avec le Canada (Ceta). Alors que le ministre-président de la région, Paul Magnette est devenu depuis quelques jours le héros très médiatique de l'opposition au Ceta, la Belgique est parvenue à un compromis qui ouvre la voie à la signature de l’accord. Mais quelles sont les garanties et "les acquis majeurs" obtenus par Magnette ? De La Libre Belgique au Monde en passant par Libération, nombreux sont les médias à décortiquer l’accord belge.

Après s’être opposé à l’adoption en l’état du projet de traité de libre échange entre l’Union européenne et le Canada (le Ceta), la Belgique est parvenue à un compromis ouvrant la voie à la signature de l’accord de partenariat commercial avec le Canada. Alors que ce jeudi, les représentants des différentes régions belges se sont entendus sur le projet de traité, le parlement wallon a donné ce vendredi son feu vert. Et si l’on en croit le ministre-président de la Wallonie, Paul Magnette, qui refusait jusqu’ici de donner son accord à la ratification d’un traité donnant sel...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.