Il n'y avait pas de "climategate"
suivi

Il n'y avait pas de "climategate"

Un rapport indépendant blanchit les experts scientifiques

Réservé à nos abonné.e.s
Le Climategate était un leurre. Après six mois d'enquête, une commission d'enquête, composée d'experts indépendants, vient de blanchir les scientifiques britanniques accusés à tort d'avoir falsifié des données scientifiques pour exagérer l'ampleur du réchauffement climatique. L'affaire avait éclaté deux semaines avant le sommet de Copenhague pour discréditer les tenants du réchauffement climatique : 1073 e-mails provenant d'un prestigieux laboratoire anglais, le Climate Research Unit (CRU) de l'université de West Anglia, avaient été rendus publics pour démontrer que les scientifiques manipulaient les chiffres, et donc l'opinion. Or, il n'en est rien.

 

Climategate à la Une


Un climat de suspicion généralisé

Le scandale avait semé le doute sur la solidité des arguments avancés par les scientifiques qui s'alarmaient du réchauffement climatique. Des e-mails de chercheurs inspirant les rapports du GIEC (Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat) sur le réchauffement climatique, avaient été rendus publics. Selon des "climatosceptiques", ces mails démontraient les manipulations des "réchauffistes". Dans un des e-mails, daté du 16 novembre 1999, le chef du laboratoire anglais, Phil Jones, indiquait qu'il avait trouvé une "astuce" pour "dissimuler la baisse" d'une courbe de tempé...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.