Google News favorise les grands médias
Brève

Google News favorise les grands médias

Comment sont mis en avant les articles sur Google News ? Le magazine américain Computerworld évoque avec précision les nouveaux critères du moteur de recherche. C'est ce qu'explique notamment sur son blog "Monday Note", Frédéric Filloux spécialiste des médias et directeur du groupe Les Echos pour le numérique.

Pour la troisième fois depuis 2003, Google a rédéfini en 2012 les critères entrant en compte dans son algorithme pour sélectionner les sources d'information reprises par Google News remarque Computerworld qui cite le dépôt de brevet réalisé par Google en 2012. Pour figurer dans les sources de Google News, il y a 13 critères, que Frédéric Filloux commente sur son blog, Monday Note.

Parmi les 13 critères, se trouvent donc le volume d'information produit par la source, mais aussi la longueur des articles. Et là petite surprise : plus l'article est long, mieux il sera référencé. De même, l'algorithme de Google est sensible à l'importance de la couverture accordée à un sujet donné. Ce critère est en fait un mix des deux précédents. Mais là encore, quantité et longueur permettent une meilleure visibilité.

Par ailleurs, Google News accorde une prime à la rapidité de réaction face à un événement d'actualité. Ceux qui réagissent vite seront mis en avant plus facilement. Toutefois, détaille Filloux, les rédactions les plus "lentes" ne sont pas forcément pénalisées puisqu'un dossier plus long publié plus tard aura aussi les faveurs de l'algorithme.

Bien sûr, Google News est sensible à l'audience mesurée par Nielsen. Forcément. Mais, en parallèle, le moteur de recherche donne une prime à la taille des rédactions (mesurée notamment via le nombre de signatures) ainsi qu'au nombre de bureaux dans le monde. Par ailleurs, le fait d'être mentionné comme source originale d'une information, ou l'audience globale (liens, citations, tweets etc..) font partie aussi des critères retenus par Google News.

Des critères qui tendent à favoriser - selon Filloux - les médias installés, qu'ils soient écrits ou audiovisuels au détriment des pure players ou des agrégateurs de contenus. En effet, par exemple, il est plus simple pour un "grand" média de produire de nombreux articles et de réagir plus rapidement. D'ailleurs, une constatation visuelle de Google Actualités montre en effet une prime aux plus grands médias. Ainsi, par exemple, en Une de Google News à 15h20 ce lundi 25 février figurent Europe 1, Le Nouvel Observateur, Le Parisien, Les Echos, TF1, Le Monde, BFM TV ou encore Libération et l'Express. Seuls ITespresso.fr et Sport24.com représentent des médias moins "puissants" (mais n'oublions pas que Sport24 est un site du group Figaro).

pictoCapture d'écran de Google News le 25 février à 15h20

Nul doute que les éditeurs français de presse, en négociation avec Google, regarderont cette enquête de très près. A ce propos, regarder notre émission avec Fleur Pellerin, ministre de l'économie numérique.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.