Gaz de schiste : pourquoi les écolos officiels ont réagi avec retard
enquête

Gaz de schiste : pourquoi les écolos officiels ont réagi avec retard

WWF, FNE, Greenpeace et la fondation Hulot répondent

Réservé à nos abonné.e.s
"La bande des Quatre se fout des gaz de schiste". L'accusation de Fabrice Nicolino, journaliste et auteur de nombreux ouvrages sur l'écologie, est directe : WWF, France Nature environnement, Greenpeace et la Fondation Nicolas Hulot ne seraient pas suffisamment mobilisés contre les gaz de schiste, dont la technique d'extraction est particulièrement polluante.

On avait déjà constaté qu'une bonne partie de la presse était passée à côté de ces gaz de schiste alors que l'exploration avait été autorisée en France par le ministère de l'Ecologie en mars 2010.
Les associations à la Une

Mais comment expliquer que les grandes associations écologistes ne se mobilisent que mollement ? A la tête de la contestation, on trouve en effet des groupes locaux, le député européen José Bové, mais pas ces associations écologistes, plutôt en retrait. Pour Nicolino, qui a été le premier à sonner l'alerte en octobre dernier, ce silence coupable est lié aux structures mêmes de ces associations : trop proches du pouvoir, des industriels ou simplement paralysées par leur bureaucratie. Face à ces accusations, les associations avancent plutôt leur spécificité pour justifier leur temps de réact...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.