Gallet / Radio France : enquête de l'inspection des finances
Brève

Gallet / Radio France : enquête de l'inspection des finances

50 millions d’euros d’économies demandées à Radio France, mais combien de dépenses faites par sa direction ? Deux jours après les révélations du Canard Enchaîné sur le coût de la rénovation du bureau de Mathieu Gallet, l'inspection générale des finances a lancé une enquête sur le sujet. Depuis jeudi, plusieurs syndicats appellent à une grève illimitée.

sur le sujet. Depuis jeudi, plusieurs syndicats appellent à une grève illimitée.

Bureau, voiture, chauffeur ? On saura bientôt si le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, a eu la dépense facile depuis son arrivée à la tête du groupe, en février 2014. Une enquête "a été diligentée par les ministères de la culture et des finances pour vérifier les dépenses de la présidence, de la direction générale et du comité directeur de Radio France", indique Le Monde. Les conclusions devraient être rendues dans une quinzaine de jours. L'annonce intervient deux jours après les révélations du Canard enchaîné sur la rallonge d'environ 35 000 euros demandée par Mathieu Gallet pour des travaux dans son bureau.

Mais le problème pourrait bien dépasser le bureau.  Libération raconte que "Mathieu Gallet a demandé à son arrivée de faire changer les sièges en cuir beige de la Citroën C6 de son prédécesseur, Jean-Luc Hees, achetée en mai 2010" mais que "face au coût trop élevé de l’opération, il a été décidé de lui fournir une Peugeot 508 neuve." La présidence de Radio France dément l'histoire des sièges mais confirme, en revanche, une autre information avancée par le quotidien : Gallet "est arrivé dans la Maison ronde avec le chauffeur qui le transportait à l’INA [où il travaillait auparavant], alors que la présidence de Radio France disposait de trois chauffeurs."

Depuis hier, plusieurs syndicats de Radio France (CFDT, CGT, SNFORT, SUD, l'Unsa, mais pas le SNJ) ont lancé un appel à la grève illimitée. Le motif de ce mouvement : le futur contrat d'objectifs et de moyens de la radio publique, qui pourrait exiger 50 millions d'euros d'économies, et conduire à un plan social de grande ampleur – les syndicats évoquent environ 300 suppressions de postes. La grève a perturbé, ce matin, les antennes de France Culture et de France info.

L'occasion de relire notre article sur les précaires de Radio France : "« Quand vous écoutez les flashes de Radio France, ce sont tous des CDD »".

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.