Frappe au Mali : l'armée française avare d'explications
article

Frappe au Mali : l'armée française avare d'explications

18 morts dans un mariage villageois

Réservé à nos abonné.e.s
Ce sont les réseaux sociaux maliens, puis la presse locale, qui ont sonné l'alarme : 18 personnes, qui participaient à un mariage, sont mortes dans une attaque aérienne qui pourrait être attribuée à la force française Barkhane. L'armée française, qui a beaucoup tardé à réagir, assure avoir frappé un rassemblement de djihadistes. Dans la région, sa lenteur à communiquer cristallise les soupçons.

Que s'est-il passé dans la région de Douentza, au Mali ? Le 3 janvier, un premier message, posté sur Twitter par le compte "Larmes des pauvres", qui se présente comme un "cyberactiviste" sur la question des droits humains, fait état d'une "frappe dans le village de Bounti" menée par "un avion". Le compte dénonce une "bavure", sans nommer d'éventuels responsables.

Le lendemain, la polémique enfle sur Facebook. Une association culturelle locale, Jeunesse Tabital Pulaaku, affirme que la veille, "une frappe aérienne a coûté la vie d'une vingtaine de personnes civiles au moins dans le village de Bounty (aussi orthographié...

Il vous reste 93% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.