Financial Times : haro sur une confinée de luxe
article

Financial Times : haro sur une confinée de luxe

Réservé à nos abonné.e.s
Même après la fin du confinement, les journaux de bord ont toujours la cote. Le Financial Times a ainsi publié mercredi 17 juin le récit d'une journaliste financière, Shruti Advandi, sur son propre confinement dans le quartier huppé de South Kensington. Un article qui fait réagir les lecteurs, tant le mode de vie de Advani semble appartenir à celui d'une bulle de privilégiés.

En France, nous avons eu les journaux de confinement de Leïla Slimani et Marie Darrieussecq. Au Royaume-Uni, c'est le récit de Shruti Advani, rédactrice indépendante pour le Financial Times, qui fait débat.

Après les biches du Pays basque et les camélias de Normandie, voici donc venir "les petits bijoux de boulangeries et d'épiceries" de South Kensington. C'est dans ce quartier huppé de Londres, où le mètre carré se vend une vingtaine de milliers d'euros (soit deux fois plus que la moyenne à Paris), que Shruti Advani a passé son confinement avec ses deux enfants et son mari "investisseur en cap...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Militer en confinement, premier bilan

Balcons, banderoles, logement, Hidalgo, Insoumis, et les autres...

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.