Face aux brexiteurs, la campagne du "Remain" a surtout joué sur la peur
article

Face aux brexiteurs, la campagne du "Remain" a surtout joué sur la peur

Sans succès...

Réservé à nos abonné.e.s
De la courbure des bananes aux bus à deux étages : @si vous en parlait hier, pour convaincre les électeurs de sortir de l'Union européenne, les pro-Brexit, Boris Johnson et Nigel Farage en tête, ont multiplié mensonges et approximations. Comment se sont défendus les partisans du "In", regroupés derrière le Premier ministre David Cameron ? En multipliant les prévisions apocalyptiques.



"La fin de la civilisation occidentale." Interrogé par le quotidien allemand Bild, moins de deux semaines avant le référendum où 51,9% des électeurs ont voté pour la sortie du Royaume-Uni de l'UE, Donald Tusk, président du conseil européen, prévenait : une victoire du Brexit serait lourde de conséquences et pourrait mener à la "destruction" de la civilisation occidentale. "Ce serait économiquement mais aussi du point de vue géopolitique un revers pour la Grande-Bretagne. En tant qu'historien, je crains qu'un Brexit puisse marquer non seulement le début de la destruction de l'UE mais aussi de la civilisation occidentale."

L'Express, 13/06/2016

...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.