Evasion fiscale : la "liste des 3000" retoquée par la justice
enquête

Evasion fiscale : la "liste des 3000" retoquée par la justice

... sans que presque aucun média ne le remarque !

Réservé à nos abonné.e.s
L'information est passée sous le radar de la plupart des rédactions, y compris celle d'@rrêt sur images. C'est un @sinaute qui nous a sermonné dans un e-mail, à peu près en ces termes : "Hé ho, pourquoi avoir passé sous silence la misérable fin en eau de boudin de la glorieuse croisade lancée par Eric Woerth en août 2009 contre les 3000 évadés fiscaux suisses ?"

Bonne question, qui appelle une réponse simple: parce que nous n'étions pas au courant. Et pour cause. L'information, révélée le 16 mars par La Tribune, n'a été pratiquement reprise nulle part, à l'exception du Canard enchaîné, dont l'article n'a pas fait plus de bruit. Explications.


C'est une liste dont tout le monde a entendu parler. Le 29 août 2009, dans un entretien au Journal du dimanche, Eric Woerth, alors ministre du Budget, annonçait avoir "récupéré les noms de 3000 contribuables détenteurs de comptes dans les banques suisses dont une partie correspond très probablement à de l'évasion fiscale". "C'est la première fois que nous avons ce type d'informations, précises, avec les noms, les numéros de comptes et les montants en dépôt. C'est exceptionnel", fanfaronnait le ministre, qui donnait quatre mois aux contrevenants pour contacter la "cellule de régularisation" fiscale montée à Bercy : "...

Il vous reste 94% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Ces scandales médiatiques qui se dégonflent au tribunal (1)

De Bettencourt à Compiègne, les promenades judiciaires d'Eric Woerth

Johnny, Instagram et le fisc : la RTS allume le feu (de paille)

Comment une chronique de 2 minutes devient une enquête de 2 ans

L'affaire Seznec, symbole ou marronnier ?

Cent ans de rebondissements médiatiques. Mais pourquoi ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.