Elle s'engage pour "Mademoiselle"...
article

Elle s'engage pour "Mademoiselle"...

Et ça fait grincer les blogueuses

Réservé à nos abonné.e.s
Elle aime "Mademoiselle". Dans son édito du 19 octobre, la journaliste Alix Girod de l'Ain prend la défense du terme, alors que les associations féministes Osez le féminisme! et Les chiennes de garde veulent le faire supprimer des papiers administratifs. Dans un appel lancé fin septembre, elles soulignaient que "la distinction Madame/Mademoiselle n’est ni flatteuse, ni obligatoire" et "est le signe du sexisme ordinaire qui perdure dans notre société".

elles soulignaient que "la distinction Madame/Mademoiselle n’est ni flatteuse, ni obligatoire" et "est le signe du sexisme ordinaire qui perdure dans notre société". Elle est peu tendre envers cette démarche militante, ce qui provoque la polémique sur Internet.

Presse féminine rime-t-elle avec engagement féministe ? Si l'on en juge par l'édito signé Alix Girod de l'Ain, non, et ça n'a même parfois rien à voir. C'est en tous cas ce que lui reprochent de nombreux blogueurs aujourd'hui.

Certes, Girod de l'Ain n'est pas la première à défendre le terme "Mademoiselle". Sophie Fontanel, autre plume du magazine, avait même affirmé...

Il vous reste 87% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Femmes afghanes : haro sur le "silence" féministe

Caroline Fourest et Rachel Khan ciblent les "intersectionnelles", pourtant actives

Sandrine Rousseau, de "victimaire" à "favorite"

La candidate à la primaire écolo a "percé" dans les médias, pour le meilleur et surtout pour le pire

Des rédactions épinglées pour racisme et sexisme

Le compte Instagram "Balance ta rédaction" publie des témoignages

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.