Déplacements de Le Pen : comment la presse est mise à l'écart
enquête

Déplacements de Le Pen : comment la presse est mise à l'écart

Protestation de 36 sociétés de journalistes

Réservé à nos abonné.e.s
De longue date tumultueuses, les relations du FN avec les journalistes se sont encore durcies entre les deux tours. Depuis la fin de la semaine dernière, les sociétés de journalistes de 36 rédactions françaises dénoncent "l’entrave" du FN à la liberté d’informer et la décision du parti de "choisir les médias autorisés" à suivre Marine Le Pen. Mais comment cela se traduit-il sur le terrain ?

Couvrir la campagne du FN, mission impossible pour certains journalistes ? Cette fin de campagne en offre quelques exemples. Dernier en date : le grand meeting de Marine Le Pen, organisé ce 1er mai au Parc des exposition de Villepinte. Lors de ce meeting, encore une fois, les journalistes de Mediapart et de Quotidien, systématiquement bannis des événements organisés par le FN, se sont vus refuser l’entrée, quand d’autres, comme les journalistes de 20 minutes et du Monde rapportent que les médias présents dans l’enceinte du Parc des expositions, n’ont pas eu le droit de quitter le coin réservé à la presse pour discuter avec des militants, sou...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.