Délinquance : Le Progrès crée la polémique avec des "tendances" ethniques
enquête

Délinquance : Le Progrès crée la polémique avec des "tendances" ethniques

Le Monde et l'AFP avaient publié (presque) les mêmes "tendances" cinq mois plus tôt

Réservé à nos abonné.e.s
#stigmatisation, #racisme, #mauvaisjournalisme. Le Progrès vient de faire un tabac sur twitter avec une "infographie" sur les faits de délinquance par "spécialité"... et par provenance d'auteur. Les cambriolages dans le Rhône ? C'est à cause des "Géorgiens, Albanais, Roms, gens du voyage". Le trafic de stupéfiants ? C'est plutôt lié aux Marocains, Albanais ainsi qu'aux "locaux". Autant de qualificatifs qui ont fait bondir la twittosphère. Pourtant, cinq mois plus tôt, Le Monde et l'AFP avaient publié des conclusions du même type sur la délinquance, sans susciter une telle polémique.



Tout commence par une capture d'écran diffusée sur twitter : il s'agit d'une "infographie" publiée par Le Progrès dans son numéro du 22 avril. Le tableau recense les actes délinquance par type et par auteur. Parmi les "principales nationalités impliquées", on trouve des Géorgiens, des Bulgares, des Roumains ou des Russes. Mais aussi, plus surprenant s'agissant de "nationalités impliquées" : des "gens du voyage", des "Africaines", des "groupes des cités marseillaises" et, encore mieux, des "groupes des cités toxicomanes".

 

A noter également les images associées aux délits (braquage, petits vols), sortis tout droit d'une band...

Il vous reste 89% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.