Défaite des Bleus : la presse étrangère plus sévère
Brève

Défaite des Bleus : la presse étrangère plus sévère

Hold-up portugais ou victoire méritée ?

Au lendemain de la défaite de l’équipe de France en finale de l’Euro face au Portugal, la presse européenne s’est montrée bien plus sévère avec les Bleus que la presse nationale. Et pour cause : côté français, les journaux n’avaient aujourd’hui que deux mots à la bouche : "déception" et "désillusion".

"Chapeau quand même", tentait L’Echo du Centre, quand L’Humanité a salué "ces bleus qui gagnent à être aimés".

De son côté, Le Monde n’hésitait pas à qualifier la victoire portugaise de "hold-up". Comprendre : une victoire imméritée en raison de la domination de l’équipe de France. L’Équipe a vu de son côté des Bleus "volontaires" même s'ils "n'ont pas su être complètement à la hauteur de l'événement" et qu'ils ont du concéder une "défaite cruelle" qualifiée de "poignard en plein cœur" par le journaliste Vincent Duluc.

"La France s'est assise, a attendu et s'est retrouvée trop faible"

A l'inverse, le reste de la presse européenne n'a pas tout à la même lecture de l'événement. Pour un langage moins diplomatique, direction par exemple le Royaume-Uni où le Guardian explique que les Français "n’étaient simplement pas assez bons", comme le rapporte Courrier International. "On aurait dit que la sortie de Cristiano Ronaldo sur blessure avait vidé les Bleus de leur énergie, comme s’ils pensaient que le match allait simplement leur tomber entre les mains en son absence, fustige le quotidien britannique. Les finales sont faites pour être gagnées, pas pour être prises par défaut. Là, la France s’est assise, a attendu et s’est retrouvée trop faible."

Pour le Guardian, les Portugais sont des vainqueurs "méritants"

Surtout, contrairement à la presse française, le reste des journaux européens n’adhère pas franchement à la thèse du "hold-up" : "Personne ne peut crier à l’injustice. Le Portugal était la meilleure équipe sur le terrain cette nuit, et son premier titre de champion d’Europe est largement mérité", affirme l’Irish Times, pas tendre également avec le sélectionneur tricolore : "La vérité qui hantera pour toujours Didier Deschamps est que son équipe avait peur de perdre. Le courage implique des risques, et cette France de Deschamps ne voulait en prendre aucun." Même constat pour le quotidien allemand Die Welt : "Tout dans cette finale donnait à croire que c’était pour la France. La table était mise. Le champion du monde éliminé en demies, la finale se déroulait à la maison, et puis la France, grand favori contre le Portugal, a perdu à la fin. C’était même mérité."

Le chroniqueur du journal conservateur espagnol El Mundo, Julian Ruiz, régulièrement critique des Bleus selon Courrier International, se réjouit de son côté de la défaite française : "La France se devait de gagner la finale la plus facile de toute son histoire après la blessure de Cristiano Ronaldo : les Bleus sont une honte pour le monde entier et je suis heureux que le faible ait triomphé du puissant."

Lot de consolation : un point semble mettre d’accord les presses française et européenne. Cette équipe de France a "du potentiel" et "elle aura de nombreuses opportunités de soulever un trophée dans le futur", comme l’annonce le journal barcelonais La Vanguardia.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.