De Caen à Ouagadougou, vent de frilosité sur la liberté d'expression
suivi

De Caen à Ouagadougou, vent de frilosité sur la liberté d'expression

Festival de dessin reporté à Caen. Projection de Timbuktu finalement maintenue au Burkina

Réservé à nos abonné.e.s
Les Burkinabè pourront bien voir Timbuktu. Après avoir annoncé le retrait du film

(qui dépeint Tombouctou occupée par des djihadistes) de leur compétition en raison du "contexte sécuritaire actuel en Afrique de l’Ouest", les organisateurs du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (Fespaco) ont décidé de maintenir sa projection. Dans le même temps, en France, la direction du Mémorial de Caen a annoncé le report d'un festival du dessin de presse qui devait accueillir quarante-quatre dessinateurs, par crainte d'attentats.

Après ses sept récompenses aux Césars, le film Timbuktu, qui raconte la vie à Tombouctou sous occupation djihadiste, concourt pour un autre trophée, africai...

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.