De Bygmalion à la dette de l'UMP : bataille de com' entre pro-Copé et pro-Sarkozy
article

De Bygmalion à la dette de l'UMP : bataille de com' entre pro-Copé et pro-Sarkozy

La presse tente de maintenir l'équilibre entre les deux camps

Réservé à nos abonné.e.s
Un emprunt caché par-ci, une clé usb par-là : les révélations sur le financement de l'UMP et les fausses factures Bygmalion de la campagne de Sarkozy se poursuivent. Avec en arrière-fond, le difficile équilibre du "temps de parole" entre pro-Copé et pro-Sarkozy dans la presse. Car derrière ces affaires, plusieurs thèses s'affrontent : Copé cherchait-il à se constituer un trésor de guerre via Bygmalion, société fondée par des proches et dont les factures ont flambé pendant la campagne ? Les fondateurs de Bygmalion ont-ils procédé à des surfacturations à des seules fins d'enrichissement personnel ? Ou bien l'explosion des coûts de la campagne de Sarkozy est-il dû à l'improvisation de cette campagne ? Autant de thèses défendues dans la presse par les "entourages". Objectif : faire porter la responsabilité de ce fiasco sur le camp adverse.



Les exclusivités se succèdent depuis une semaine. C'est le site Mediapart qui a dégainé en premier la fameuse clé USB contenant la double comptabilité de Bygmalion (si vous avez raté les trois premières saisons de l'affaire, c'est ici). Meeting par meeting, Mediapart a calculé la différence entre les coûts figurant sur les comptes officiels du candidat Sarkozy et les frais réels facturés par Event & Cie, la filiale de Bygmalion qui a organisé les 44 meetings du candidat en 2012. Résultat ? Près de 17 millions d'euros de coût ont été cachés, via des fausses factures de convention UMP.

Toujours en excl...

Il vous reste 92% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.