"Contamination radioactive" de l'eau au tritium : anatomie d'une panique
article

"Contamination radioactive" de l'eau au tritium : anatomie d'une panique

Réservé à nos abonné.e.s
À force de titres alarmistes et d'infos copiées-collées sans mise en perspective scientifique, un rapport sur la présence à très faibles doses de tritium (hydrogène radioactif) dans l'eau potable en France a pris des airs de catastrophe nucléaire de grande ampleur. Et quand les médias se sont corrigés, nulle autocritique n'a fleuri....

Les vacanciers rallumant leur téléphone ou leur ordinateur après quelques jours de déconnexion ont dû être surpris à la lecture de certains titres de presse, ce samedi 20 juillet au matin. "Arrêter de boire de l'eau du robinet à cause du tritium ? La préfecture dément et rassure" pouvaient-ils lire par exemple sur le site de L'Express... apprenant du même coup 1. qu'il y a du "tritium" dans leur robinet 2. qu'il a été question d'arrêter de boire l'eau pour cette raison 3. et que finalement cela ne sera pas nécessaire.

Ces drôles d'articles en forme de démenti sont le résultat de quatre jours de panique médiatique causée par un communiqué certes fait pour alerter mais qui, dans la torpeur de l'été (et en l'absence de journalistes scientifique...

Il vous reste 90% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.