Condamné, Me Eolas suspend son compte Twitter
Brève

Condamné, Me Eolas suspend son compte Twitter

Tremblement de terre sur Twitter.

L’avocat-blogueur-Twittos Maître Eolas a fermé son compte, qui comptait plus de 186 000 abonnés (ainsi qu’un compte consacré au rugby, qui en comptait 3 500). S’il a confirmé qu’il s’agissait bien de sa décision (et pas d’une fermeture par Twitter), il se refuse pour le moment à toute réaction ou à toute précision concernant le caractère temporaire ou définitif de la fermeture.

Cette suppression intervient alors qu’Eolas a été condamné ce mardi à Nanterre à 2 000 euros d'amende avec sursis et 5 000 euros de dommages et intérêts pour "diffamation" et "injures publiques", selon l’AFP. Une procédure intentée à son encontre par l'Institut pour la Justice, association qui milite pour un durcissement des politiques pénales.

L’IPJ reproche à Eolas un tweet insultant : "Je me torcherais bien avec l'institut pour la Justice si je n'avais pas peur de salir mon caca". Mais comme le rappelait @si lors du procès, le 6 juillet dernier, si l'IPJ a porté plainte, c'est surtout en raison des critiques d'Eolas contre une pétition lancée fin 2011. A l'occasion de la présidentielle, l'association avait mis en ligne un "Pacte 2012", texte reprenant une série de mesures répressives. Avec un succès impressionnant selon l'IPJ : 1,7 million de signatures. Un chiffre contesté à l'époque par Eolas, lequel avait ironisé sur le compteur "bidon" de l'IPJ, en montrant que l'augmentation du nombre de nouvelles signatures était beaucoup trop régulière. Sous-entendu : le compteur était truqué. De la pure diffamation pour l'IPJ.

Le tribunal a donc donné raison à l’IPJ, qui "se réjouit" de cette condamnation dans un communiqué. "L’Institut pour la justice tient à saluer cette décision sage et courageuse, qui permet de mettre un terme à cette malheureuse affaire et vient rappeler que personne n’est au-dessus des lois", avance l’IPJ. La décision a pu surprendre le blogueur, qui lors de la plainte, doutait même que la procédure suivrait son cours. "Les mots font défaut pour dire à quel point ça m'indiffère", twittait-il à l’époque. Motif de consolation pour les fans d’avocats-Twittos : le compte de l’avocat de Me Eolas, est lui, toujours en ligne.

Autre raison qui pourrait expliquer la suppression du compte, la lassitude ? Eolas a été vivement critiqué hier par des militants du Front de Gauche pour avoir pris le parti du DRH d’Air France agressé par des salariés, sur fond de plan social massif dans l’entreprise. Eolas a refusé de répondre à nos questions.

L’occasion de (re)voir notre émission, où il revenait (entre autres) sur le "Pacte" de l'IPJ : @ux sources d'Eolas

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Denis Robert poursuivi par un trader qu'il a outé

Accusé de violation de vie privée, Robert plaide la liberté d'expression

La tempête Harvey et son flot de fausses images

Requins, alligators, avions sous les eaux : des journalistes US dupés par les réseaux sociaux

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.