Concours / Juifs : "demandes pas nouvelles" (Le Monde)
Brève

Concours / Juifs : "demandes pas nouvelles" (Le Monde)

Nouveau rebondissement dans l'affaire des "concours de nuit" pour les étudiants juifs pratiquants. Décaler les horaires de composition lors des sessions d'examen dans une université ou des écoles serait une pratique assez banale selon Le Monde. Le site Mediapart aurait-il légèrement survendu son enquête d'étudiants chauve-souris composant la nuit en secret ?


C'est une petite mise au point sans en avoir l'air. Alors que Mediapart révélait mercredi 12 avril que "des sessions secrètes de nuit ont été prévues" pour les étudiants juifs pratiquants pour leur permettre de se présenter aux concours des grandes écoles qui doivent se tenir le jour de la fête de la Pâques juive, Le Monde semble indiquer que ces dérogations sont relativement courantes.

Dans un article intitulé sobrement "Concours : la communauté juive réagit à la polémique", Le Monde relativise l’importance des révélations de Mediapart : "Comme elles le font régulièrement lorsque, pour des raisons religieuses (interdiction d'écrire ou de se déplacer autrement qu'à pied...), les étudiants les plus pratiquants ne peuvent pas composer, les organisations juives ont demandé aux grandes écoles une organisation spécifique". Des sessions secrètes de nuit ? Non, de simples horaires décalés : "lorsque les universités ou les écoles acceptent de prendre en compte ces demandes, les étudiants juifs sont confinés le temps de l'épreuve qu'ils ne peuvent pas passer et composent en horaires décalés, comme cela arrive pour les étudiants ultramarins" poursuit le quotidien.

Le Monde et la polémique des étudiants chauve-souris

Face aux étudiants chauve-souris qui participent à des sessions secrètes de "nuit", Le Monde préfère donc le terme plus sobre d'horaires décalés et insiste sur le fait que ces demandes de dérogation sont récurrentes et pas toujours acceptées : "Il semble que les directeurs des écoles aient refusé tout aménagement" ajoute le quotidien. Les responsables des concours ont même démenti que de telles options aient été envisagées cette année comme nous l'avions déjà souligné.

Dans cette affaire, il n'y aurait donc rien de neuf, si ce n'est l'importance accordée cette année à ces demandes en raison des révélations de Mediapart : "Mais même si ces demandes ne sont pas nouvelles et se règlent habituellement "dans la discrétion, mais pas dans le secret", selon un rabbin, la publicité donnée au concours 2011 embarrasse les institutions juives" précise le quotidien. En cause, le fameux débat sur la laïcité organisée par l’UMP : "La présidente de l'Union des étudiants juifs de France (UEJF), Arielle Schwab, s'inquiète que cette affaire ne donne lieu à "de nouvelles crispations identitaires, servant à monter les communautés les unes contre les autres". Pour elle, il n'y a pas de problème, cette pratique est banale (ce qu'elle avait déjà signalé dans Libération).

Sujet de concours de culture générale: entre des aménagements "secrets" ou "discrets", des "horaires décalés" ou des "sessions de nuit", montrez comme le choix des mots banalise ou dramatise. Durée de l'épreuve: 4 heures.

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.