Collège / allemand : Inter contredit Vallaud-Belkacem
Brève Vidéo

Collège / allemand : Inter contredit Vallaud-Belkacem

Des "arguments plutôt trompeurs". En ce jour de grève contre la réforme du collège, France inter a accusé la ministre de l'Education d'enfumage. Le tort de Najat Vallaud-Belkacem ? Sous-entendre qu'elle va offrir des classes bi-langues pour tous les élèves, dès la cinquième. Ce qui n'est pas le cas.



Cascade de chiffres sur France inter ce matin. Vallaud-Belkacem propose du bilinguisme pour tous dès la Cinquième ? "C'est faux", explique le journal de 8h. Les élèves en Cinquième n'auront que 2h30 de cours de Langue vivante 2 contre 3h dès la sixième en classe bilangue. Pour cette deuxième langue, les élèves bénéficieront sur toutes leurs années de collège de 270 heures de cours contre 432 heures aujourd'hui en classe bi-langue, c'est 37% d'heures en moins".


Une réforme qui retire 37% d'heures de cours de langues ? Présenté comme ça, on comprend mieux l'hostilité, notamment des profs d'allemand, contre la réforme. Mais d'où viennent ces chiffres ? Et qu'a dit exactement la ministre ?

En réalité, Vallaud-Belkacem marche sur un fil. Elle n'a jamais formellement déclaré qu'elle généralisait les classes bi-langues, ce dispositif permettant à un élève d'apprendre deux langues vivantes (souvent anglais et allemand) dès la Sixième. Et pour cause : la réforme supprime ce dispositif. Tout en reconnaissant la fin de ces classes qui ne concernent que 10% des élèves, Vallaud-Belkacem a toujours préféré insister sur l'avancée d'une année de l'enseignement de la LV2 (qui débuterait en Cinquième).

Passer rapidement sur la suppression de ces classes bi-langues, et insister sur la généralisation de la LV2 dès la Cinquième : c'est la tactique de la ministre depuis le début de la polémique sur la réforme du collège. Depuis plusieurs semaines, elle répète cette même argumentation. A l'Assemblée nationale, cela donne ceci : "Oui, les classes bi-langues n'existeront plus comme elles existent aujourd'hui. Au lieu que seulement 10% des élèves puissent commencer plus tôt leur deuxième langue vivante, c'est 100% des collégiens qui commenceront dès la classe de cinquième leur deuxième langue vivante". Sur RTL, même tactique : elle a insisté sur l’augmentation du nombre d'heures (+54) de LV2 pour les collégiens qui la commenceront désormais en Cinquième.

 

Alors, avec cette réforme, y aura-t-il 37% d'heures de cours de langues en moins ou 54 heures de plus pour les collégiens ? Les deux. Tout dépend de quels collégiens on parle. Pour bien comprendre cette bataille de chiffres, il faut revenir au principe même de la réforme : Vallaud-Belkacem supprime un dispositif qui touche une minorité d'élèves (environ 10% des collégiens sont dans une classe bi-langue) pour permettre à tous les élèves de commencer plus tôt une langue vivante. En substance, on supprime des heures qui bénéficiaient à une minorité, pour les répartir entre la totalité des élèves.

Aujourd'hui, d'après les chiffres de l'Adeaf (association qui défend l'enseignement de l'Allemand en France), repris en partie par France inter, un élève qui suit une scolarité en classe bi-langue bénéficie de 3 heures de LV2 par semaine, de la Sixième à la Troisième. Soit 432 heures. Avec la suppression de la bi-langue et la généralisation de la LV2 en Cinquième, un élève en classe bi-langue aujourd'hui va donc perdre des heures de langue (en passant de 432 à 270 heures de cours pour la seconde langue). Seulement cette perte d'heures d'enseignement ne concerne qu'une minorité d'élèves (les fameux 10%). Tous les autres élèves, ceux qui ne sont pas actuellement en classe bi-langue, vont bénéficier d'heures supplémentaires en commençant la seconde langue un an plus tôt. Résultat : 54 heures de plus sur toute leur scolarité. Au total, difficile de savoir si le volume horaire global de l'enseignement de l'Allemand va augmenter ou pas. Le gouvernement assure qu'il faudra embaucher plus d'une centaine de profs d'allemand dès la rentrée 2015. Mais y parviendra-t-il ?

L'occasion de relire notre observatoire : "Collège : pour comprendre la bataille des classes bi-langues"

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.