Cirque Romanès : "Roms" persécutés ou fraudeurs ?
enquête

Cirque Romanès : "Roms" persécutés ou fraudeurs ?

Réservé à nos abonné.e.s
Le cirque Romanès est sous le coup de plusieurs décisions de l'autorité administrative : annulations d’autorisation de travail pour des musiciens roumains, des enfants qui n'ont plus le droit de se produire, et lourde amende à payer à l’état pour "dissimulation de travail".

Le patron du cirque, Alexandre Bouglione, dit Romanès, se dit victime de la politique gouvernementale visant les Roms. Plusieurs journaux se sont emparés du sujet: "Le grand combat de la famille Romanes", titre Le Point, choisissant même en Une de l’hebdomadaire la photo de Rose Romanès, fille d'Alexandre et de Délia. Pétition, soirée de soutien avec des people: Romanès est devenu le symbole de la chasse aux "Roms".

"Manipulation", rétorque le ministère de l'Immigration. Qui pointe le fait que les contrôles ayant visé le cirque remontent au mois d’avril, soit bien avant la polémique sur les Roms.

Romanès est-il une victime collat&ea...

Il vous reste 95% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.