Bataille Murdoch-Mosley sur la surveillance de la presse britannique
article

Bataille Murdoch-Mosley sur la surveillance de la presse britannique

Réservé à nos abonné.e.s
Un débat qui sévit de longue date au sein des médias britanniques a été ravivé récemment du fait d'un édito, moqué, du Sun. En cause : "Impress", le nouvel organe de règlementation de la presse outre-Manche. Née après un immense scandale d'écoutes téléphoniques, la nouvelle instance, dont l'indépendance est sévèrement critiquée, subit l'ire d'une grande partie de la presse britannique. Explications.
nouveau media

L'édito du Sun daté du 4 janvier 2017, titré : "La presse libre ne devrait pas avoir à se soumettre à un magnat vindicatif – mais Max Mosley a presque gagné en Grande-Bretagne". Sous-titre : "Il est impardonnable que l'Etat ait "reconnu" Impress comme régulateur de presse officiel"

"Aucune démocratie ne devrait tolérer l'idée que des siècles de libertés de la presse soient laissés entre les mains d'un magnat vindicatif". C'est ce que le Sun, célèbre tabloïd britannique du magnat Rupert Murdoch, écrivait sans blaguer dans son édition du 4 janvier 2017.

nouveau media

"Trop drôle", s'amuse l'ex-star du football Gary Linek...

Il vous reste 96% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.