Banon : un sujet du JT disparaît de France2.fr
Brève Vidéo

Banon : un sujet du JT disparaît de France2.fr

Très pratique la vidéo de rattrapage sur internet. Quand vous n'avez pas le temps de regarder le 20 heures de France 2 en direct, vous pouvez le revisionner sur France2.fr. Mais manque de chance, si vous avez raté le sujet d'ouverture du JT d'hier, consacré à la plainte de Tristane Banon contre DSK, vous l'avez vraiment loupé ! Car

contrairement à tous les autres sujets de ce JT, il n'est pas disponible en vidéo de rattrapage sur le site internet de la chaîne. Le reportage a été remplacé par un écran noir et un texte laconique évoquant "des raisons juridiques", sans plus de précisions. Contactée par @si, la chaîne s'explique sur cette non-rediffusion.

Mauvaise surprise pour les internautes de France 2.fr ! Le 20 heures du lundi 4 juillet a été amputé de plus de deux minutes dans sa version web. Au moment où David Pujadas lance le reportage sur la plainte de Tristane Banon contre DSK, un bandeau indique que la chaîne ne peut rediffuser le sujet...

et deux minutes plus tard, la vidéo reprend comme si de rien n'était picto

Pourquoi France 2 n'a-t-elle pas rediffusé le sujet d'hier soir ? Est-ce à la demande des avocats de DSK, ou de la direction de la chaîne ? @si a contacté dans un premier temps la juriste responsable du site internet, et le service juridique de l'antenne. Personne n'était au courant ce matin.

Dans un deuxième temps, le service juridique nous a recontacté pour expliquer que cette coupure est "une décision de la rédaction". "Le sujet ne doit pas être diffusé ni sur le web, ni sur France 24 et TV5, juste sur France 2", leur a-t-on signalé. C'est Menad Ladj, responsable de la coordination des reportages de France 2, qui a pris cette décision, conformément à ce qui était prévu. Pas de problème de censure, mais simplement une question de droits des images : dans le sujet de France 2, il y avait des images d'archives de la fameuse émission de Thierry Ardisson, 93 Faubourg St Honoré, qui date de février 2007 et au cours de laquelle Tristane Banon avait évoqué l'affaire pour la première fois. "On a acheté les images à la boîte de production pour une seule diffusion", explique Ladj. Le contrat stipulait que France 2 n'avait droit qu'à une diffusion, sans rediffusion possible sur les autres canaux habituels du groupe France Télévisions : le site internet, mais aussi France24 et TV5.

Le responsable des reportages de France 2 a tenu à nous préciser que ce type de procédé était assez courant : quand elles n'ont pas d'images d'archives, les chaînes les achètent, et doivent souvent respecter des clauses spécifiques. Par exemple, pour les images de la femme de chambre qui accuse DSK, Nafissatou Diallo, cachée sous un drap blanc, France 2 a négocié avec un intermédiaire en contact avec la chaîne américaine détentrice des droits pour diffuser ces images "par tranche de 24 heures". Si France 2 veut aujourd'hui réutiliser ces images dans un autre sujet, la chaîne devra donc repasser à la caisse.

Dans le cas du sujet sur Tristane Banon, France 2 pouvait-elle faire autrement ? Sans doute : le court extrait de l'émission d'Ardisson est commenté en voix off et pourrait s'inscrire dans le cadre du droit de citation (code de la propriété intellectuelle, art L122-5). Selon ce droit, des extraits d'un contenu sont librement utilisables dans un cadre pédagogique, de la même façon qu'un article de presse ou une émission de télévision peuvent être étudiés en classe. C'est au nom de ce droit de citation qu'@si vous propose de voir l'extrait du JT...

qui été retiré par France 2.

picto

Mise à jour - 15h50 : Le mystère de la disparition du sujet du 20 heures reste entier.

Ce mardi 5 juillet, le 13 heures de France 2 a repris 7 secondes d'images de l'émission d'Ardisson et le sujet est bien disponible...

... sur le site internet de la chaîne en ce début d'après-midi picto

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.