Appels à la "purge" : plus de buzz que de mal
article

Appels à la "purge" : plus de buzz que de mal

Réservé à nos abonné.e.s
Des appels à la violence gratuite durant la nuit d'Halloween postés sur Snapchat, et c'est l'emballement. Les réseaux sociaux s'enflamment, le ministre de l'intérieur monte au créneau, la presse abonde. Mais les appels à la "purge" ont-ils vraiment eu un effet ?

A l'origine de l’emballement médiatique, une "story "(ensemble de messages) postée sur le réseau social Snapchat par un étudiant grenoblois de 19 ans, comme l'a noté Numerama. L'un des messages annonce une "purge" pour la nuit du 31 octobre, incitant tous les quartiers grenoblois à "monte[r] une équipe". Quand deux d'entre elles se croisent dans la rue, "obliger [sic] de s'affronter!!!". "Tous les coups sont permis", précise aussi l'étudiant. Les messages Snapchat disparaissant rapidement après leur envoi, seul le snap suivant, dont la capture d'écran a tourné sur internet, est encore visible sur les réseaux sociaux.

Snap purge

Il vous reste 91% de cet article à lire

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.