Allemagne / Todd : "ce numéro qui mériterait d'être interdit d'antenne" (Quatremer)
Brève

Allemagne / Todd : "ce numéro qui mériterait d'être interdit d'antenne" (Quatremer)

Interdire Todd d'antenne ? Après avoir débattu, à propos de la germanophobie, avec Emmanuel Todd sur le plateau de l'émission Ce soir ou jamais, sur France 2, vendredi soir, Jean Quatremer

(Libération) estime qu'au vu de ses déclarations anti-allemandes, dans lesquelles Quatremer voit du "racisme", Todd "mériterait d'être interdit d'antenne".

"J'étais, vendredi soir, sur le plateau de «Ce soir ou jamais» (France 2), où le démographe Emmanuel Todd, icône de la droite et de la gauche radicale, s'est livré à un numéro de racisme antiallemand de la plus belle facture (c'est ici) " écrit sur blog, Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles.

Pour Quatremer, Todd a fait "un numéro pathétique de haine nationaliste recuite dans le passé (son discours rappelle celui des nationalistes français entre 1870 et 1940)."

Quatremer ajoute que "ce numéro, hélas, tue le débat sur la politique d'Angela Merkel, alors qu'il y a matière à critiques (comme je l'ai dit à la fin de l'émission). C'est la seconde fois que j'assiste à ce numéro toddien qui mériterait d'être interdit d'antenne (il n'y pas de racisme acceptable): sur Mots croisés, il y a quelques mois, et sous le regard approbateur de Marine Le Pen cette fois, il s'était déjà livré aux mêmes attaques germanophobes."

Qu'a dit Todd excatement ? "La France est le moins germanophobe qui soit" a assuré le démographe au cours de l'émission de Taddeï, ajoutant qu'il y a une "arrogance française à s'acharner à ne pas juger l'Allemagne et son économie à sa juste valeur (...) La vérité de l'Allemagne c'est qu'elle est peut-être en train d'être ramenée à celle qu'elle ne veut pas être" "Le problème n'est pas de juger l'Allemagne" mais elle a besoin de l'euro pour "concurrencer, exterminer ses partenaires" pour "exterminer ce qui reste d'industrie dans les pays de sa couronne". Todd pense que le patronat allemand veut une "élimination de la concurrence européenne", tout en nuançant: : "je ne suis pas sûr, c'est une une question que je pose, c'est une hypothèse". Mais il ajoute néanmoins "Je recommande, à propos de cette Allemagne si sympathique, et si nécessaire, l'application d'une sorte de principe de précaution."

Ce n'est pas la première fois que Quatremer critique Todd, en janvier 2012, il décernait à ce dernier un "Audiard d'or" pour tourner en dérision la prophétie de Todd: «je serais très étonné que l’euro, dans sa forme actuelle, survive à l’année 2011».

Dans ses analyses sur l'Allemagne, Todd se fonde notamment sur ses constatations sur les structures familiales allemandes. Nous avons rediffusé un extrait de ses déclarations dans notre émission de la semaine dernière, consacrée à l'exposition-polémique du Louvre, "De l'Allemagne".

Quatremer: "je pose la question, en fin de papier et au conditionnel"

A la suite de ce vite-dit, nous avons reçu de Jean Quatremer la mise au point suivante:

"Résumer mes propos sur Todd par un titre faux est un procédé curieux. Non, je n'appelle pas "à interdire d'antenne Todd" (au fait, où est le papier sur un député PS demandant explicitement et à plusieurs reprises à ce que Libération me décharge de l'Europe, un fait autrement plus grave), mais je pose la question en fin de papier et au conditionnel : "un discours toddien qui mériterait d'être interdit d'antenne", ce qui n'est pas exactement la même chose qu'un "appel". Mon papier est surtout une condamnation des propos de Todd qui m'ont profondément choqué et je m'étonne qu'ils ne choquent pas davantage. C'est tout. Mais un "appel". Pourquoi pas une "pétition" ou "Quatremer fait pression pour interdire Todd d'antenne" (tu connais mes pouvoirs sur la télé). Entre le temps d'antenne de Todd et le mien, entre le temps dont a disposé Todd pendant CSOJ et le mien, je crois que la messe est dite. Il y a un dominant dans le champ média-culturel et vouloir le transformer en victime d'un Quatremer surpuissant est ridicule".


Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.