Accord Comcast/Netflix : la fin de la neutralité du Net ?
Brève

Accord Comcast/Netflix : la fin de la neutralité du Net ?

Révolution pour Internet tel qu'on le connait : pour la première fois, un éditeur de contenu va payer pour que les Internautes accèdent plus confortablement à son service. Le service de diffusion de films via Internet, Netflix, gros consommateur de bande passante, a ainsi conclu un accord avec le plus grand fournisseur d'accès Internet américain. La fin de la neutralité du Net ?

"Un jalon dans l'histoire d'Internet" Pour le New York Times, l'accord entre Netflix et Comcast représente bien plus qu'une affaire de gros dollars.

Netflix qui diffuse, via Internet, des films et séries à ses 44 millions d'abonnés (@si vous en parlait ici) va verser de l'argent à Comcast, le plus gros fournisseur d'accès Internet américain (100 000 employés) pour que les 22 millions d'abonnés de Comcast puissent accéder dans de meilleures conditions techniques au streaming vidéo. Au cours des derniers mois, les abonnés Netflix avaient en effet subi des coupures ou des ralentissements, même si Comcast démentait en être responsable.

Si les détails financiers de l'accord n'ont pas été rendus publics (le New York Times parle de plusieurs millions de dollars par an), il s'agit quoi qu'il arrive d'une grande première depuis les débuts de l'Internet, il y a 20 ans. Désormais les serveurs de Netflix seront donc connectés directement à ceux de Comcast.

Officiellement, l'accord est présenté comme purement technique. Mais il est vu comme une menace par les partisans de la neutralité du Net (bien que Netflix se dise partisan de cette neutralité) qui considèrent que tous les contenus doivent être transportés de la même manière par les fournisseurs d'accès, sans que l'un ou l'autre ne bénéficie d'un privlège à titre gratuit ou payant.

Capture NYTimes.com

Comcast a répondu que l'accord ne donnait aucun traitement préférentiel au flux vidéo de Netflix. Jusqu'à présent, Netflix passait par des intermédiaires, ce qui dégradait la qualité du service, et souhaitait pouvoir être relié directement et gratuitement à Comcast pour que ses abonnés aient la meilleure qualité d'image possible. Mais Comcast exigeait une compensation financière. L'accord montre la puissance de Comcast qui va encore augmenter si les autorités fédérales valident son projet de rachat de Time Warner Cable (8 millions d'abonnés). Surtout, cet accord pourrait créer un précédent en montrant la voie aux plus gros fournisseurs d'accès Internet, qui pourraient monnayer un accès de haute qualité à leurs abonnés en faisant payer les fournisseurs de vidéo qui ont les moyens de le faire.

Cet accord survient quelques semaines après un premier coup dur pour le principe de neutralité. En janvier, la cour d'appel américaine du district de Columbia avait jugé inconstitutionnelle une loi imposant le principe de neutralité aux fournisseurs d'accès à Internet (@si vous en parlait ici). Par ailleurs, Google, propriétaire de YouTube, est actuellement en train d'investir dans un certain nombre de grandes villes américaines pour y proposer un accès haut débit qui n'existe pas encore. Une manière d'installer un réseau de tuyaux permettant d'acheminer jusqu'au consommateur final sans avoir besoin de passer par des intermédiaires qui pourraient devenir gourmands ?

(avec Vincent Coquaz)

L'occasion de revoir notre émission 14h42 consacrée à la neutralité du net : "Netflix, sur le cheval blanc de la neutralité..."

Partager cet article Commenter

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.