Misogynie : un accusé nommé Jean-Pierre Marielle ?
Post-pop
  • Presentation
    Rafik Djoumi et Daniel Schneidermann et Delphine Chedaleux
  • Préparation
    Antoine Streiff
  • Deco-Réalisation
    Sébastien Bourgine et Antoine Streiff
Réservé à nos abonné.e.s

Mais comment Jean-Pierre Marielle, disparu le mois dernier, est-il devenu un acteur-culte ? Comment les quelques rôles d' "hétéréo-beauf hâbleur" (Libération), parfois ignoble, qu'il interpréta dans les années 70, en pleine première vague du féminisme, lui ont-ils valu cette cote à retardement ? Peut-on dire que ses deux films les plus caractéristiques de ce point de vue, "Les galettes de Pont-Aven'" (1975) et "Calmos" (1976), participent d'une misogynie, voire d'une "culture du viol" à la française ? Jamais décalage n'avait été plus frappant entre l'époque de production d'un film, et aujourd'hui.  C'est pourquoi ce sujet s'est imposé, pour notre 7e édition de PostPop.

QUELQUES RÉFÉRENCES

Sur la déconstruction de la "cris...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.