Grégoire Chamayou et la théorie du drone, d@ns le texte.

Arrêt sur images

C’est une espèce de guerre fantôme, qui se déploie au dessus de nos têtes et loin de nos consciences: des drones circulent, là haut, espionnent et frappent, sans faire de bruit dans nos radios ni d’images dans nos télés. On les voit bien pointer leur drôl(...)

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
C’est une espèce de guerre fantôme, qui se déploie au dessus de nos têtes et loin de nos consciences: des drones circulent, là haut, espionnent et frappent, sans faire de bruit dans nos radios ni d’images dans nos télés. On les voit bien pointer leur drôle de nez sans yeux dans les colonnes de nos journaux – La France en achète deux, la France va en acheter 12 - ah, fort bien, et quoi? Rien. Pas de débat, pas de pensée, pas de «théorie» du drone, comme si la chose allait de soi, comme si, plutôt, nous étions bien trop désarmés intellectuellement pour concevoir la révolution que cette nouvelle arme a introduite à notre insu depuis dix ans dans l’art de la guerre.

C’est ici que Grégoire Chamayou (La théorie du drone, Ed La Fabrique) nous est précieux: philosophe au CNRS, il bosse sur la question depuis plusieurs années, et rien ne lui a échappé: chiffres, témoignages, tactiques, enjeux, et surtout discours – des tonnes de discours, car la «grande muette» devient bavarde, quand elle prétend légitimer son action et faire croire que les frappes de drone s’inscrivent dans la philosophie de la guerre juste. Pas dupe, il démonte chacun des syllogismes que l’armée balance, et révèle le fond de l’affaire, abyssal: le drone ne tue pas seulement des civils innocents, il an&eacute...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.