Céline, et le côté obscur de la force, d@ns le texte

Arrêt sur images

La cause serait entendue: il y aurait un "bon" et un "mauvais" Céline.

Dans le texte
Réservé à nos abonné.e.s
La cause serait entendue: il y aurait un "bon" et un "mauvais" Céline.

Le génie du "Voyage au bout de la nuit", et l'immonde pamphlétaire antisémite de "Bagatelles pour un massacre". Et si les choses étaient plus compliquées ? Et si, dès le "Voyage", se dissimulait entre les lignes le futur monstre, vomissant le progrès, la démocratie, et se rangeant du côté des lyncheurs, plutôt que des lynchés ? C'est la thèse, à contre-courant, exposée par une jeune universitaire, Frédérique Leichter-Flack sur le site du Monde, dans un court texte qui nous a donné envie de l'approfondir, en pénétrant...d@ns le texte, au cours d'une émission qui n'a jamais si bien porté son nom. C'est peu dire que Judith est en désaccord avec cette thèse, et leur débat est sans concession.

Mais à propos, comment la critique des années trente...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.