[Avent 2021] Présidentielle 2017 : Marine Le Pen se prend les pieds dans le Vél d'Hiv

Arrêt sur images

Henry Rousso sur le plateau d'"ASI" pour ce 20e chocolat de notre Avent 2021

Télécharger Écouter
Les années présidentielles se suivent et se ressemblent, hélas. Comme le candidat Zemmour et son enthousiasme pétainiste, la candidate Marine Le Pen voulait croire, en avril 2017, à la non-responsabilité de l'État français dans la rafle du Vél d'Hiv, en 1942. Sur cette falsification et sur autres outrances sur l'Histoire venues d'outre-Atlantique, notre débat d'alors avec Henry Rousso et Denis Lacorne.

14 avril 2017. Nos deux invités sont l’historien spécialiste de la Seconde guerre mondiale Henry Rousso et le politiste spécialiste de l’histoire politique des États-Unis, Denis Lacorne. Ils sont accompagnés de notre chroniqueuse Mathilde Larrère. La raison de cet aréopage ? Marine Le Pen, s'est pris les pieds dans l’Histoire. Alors que les références historiques sont omniprésentes dans la campagne présidentielle, Le Pen a stupéfié en expliquant que la France n’était pas responsable de la rafle du Vél d’Hiv en 1942. Presque simultanément, le porte-parole de la Maison-Blanche expliquait qu’à la différence de Bachar Al Assad, Hitler, lui, n’avait pas utilisé d’armes chimiques contre son peuple, semblant oublier l’existence des chambres à gaz. S’agit-il de provocations négationnistes ou de simples ignorances de l’Histoire ?


Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.