Iran et sanctions US : "les entreprises sont obligées de se taire"

Arrêt sur images

Guerre économique : comment les Américains font leur loi

L'émission
Réservé à nos abonné.e.s
Le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien annoncé par Donald Trump a marqué le début, en même temps que d'une crise internationale inédite, d'une grande campagne de communication ou d'intoxication internationale. Pourquoi les États-Unis veulent-ils rétablir les sanctions contre l'Iran, en quoi ces sanctions vont-elles consister, et comment les Européens peuvent-ils riposter contre cette utilisation du droit comme arme de guerre contre celles de leurs entreprises qui commercent avec l'Iran ? Derrière les communiqués ronflants, notre émission, avec Karine Berger, ancienne députée PS, co-autrice en 2016 d'un rapport parlementaire sur l'extraterritorialité de la législation américaine ; Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique, auteur d' "Alstom, un scandale d'Etat" ; et Olivier de Maison Rouge, avocat spécialisé en intelligence économique, auteur de "Penser la guerre économique".
28
28 commentaires
Remonter en haut de fil
Commentaires

Iran et sanctions US : "les entreprises sont obligées de se taire"

Le retrait des Etats-Unis de l'accord nucléaire iranien annoncé par Donald Trump a marqué le début, en même temps que d'une crise internationale inédite, d'une grande campagne de communication ou d'intoxication internationale. Pourquoi les États-Unis veulent-ils rétablir les sanctions contre l'Iran, en quoi ces sanctions vont-elles consister, et comment les Européens peuvent-ils riposter contre cette utilisation du droit comme arme de guerre contre celles de leurs entreprises qui commercent avec l'Iran ? Derrière les communiqués ronflants, notre émission, avec Karine Berger, ancienne députée PS, co-autrice en 2016 d'un rapport parlementaire sur l'extraterritorialité de la législation américaine ; Jean-Michel Quatrepoint, journaliste économique, auteur d' "Alstom, un scandale d'Etat" ; et Olivier de Maison Rouge, avocat spécialisé en intelligence économique, auteur de "Penser la guerre économique".

Commentaires préférés des abonnés

Émission très intéressante. Merci
Qui mérite effectivement des suites et pourquoi pas un scoop pour @si : Alstom et Alcatel, c'est de l'histoire ancienne. Le prochain scandale se précise : Technip, fleuron français de l'industrie pétrolère mondiale, à(...)

si j'ai bien compris : les US c'est un Impérialisme, sa monnaie sert de bombe atomique, et la représentante du PS,  comme ses semblables, a accepté cette domination en ronchonnant....bon, je vais relire le texte de Lénine écrit il y a 100 ans " (...)

Merci pour cette émission et surtout merci d’avoir invité Karine Berger, qui connaît visiblement très bien ce sujet. Cela dit il y quand même plusieurs inexactitudes dans cette émission dès qu’on parle de sanctions économiques.


Ce qu’il faut savoir à (...)

Derniers commentaires

Et si la raison de la rupture de l'accord était tout simplement l'impossibilité pour les USA de rendre à l'Iran les sous, qu'ils ont bloqués il y a longtemps.

En fait les américains n'ont aucune parole.Ils signent un accord et le renient 2 ans après. Je comprens les Iraniens,on ne peut pas faire confiance à l'empire..Et comme par hasard les européens font semblant de rouspéter, mais pas trop fort, des fois que Trump les engeule.

Bravo pour cette émission!

Une de vos meilleures émissions, ever. 

Je suis révolté, mais j'ai enfin l'impression d'y voir un peu plus clair dans ce sac de noeuds, merci !

Voici, pour ceux qui n'auraient pas vu, La guerre fantôme dont il est question dans l'émission. 

Le rôle de Macron dans la braderie de l'indépendance nationale y est montré. Mais bizarrement, dans le débat qui suit, le député LREM ne propose pas de le traduire devant la haute cour de justice.

Et en même temps, une pensée pour Michel Pierucci qui est toujours en prison abandonné de tous.

Quant au rôle de Macron, le Canard Enchaîné a révélé qu'il avait manigancé contre les intérêts de la France dans le dossier Alstom. Sur le plateau ils répètent "pas de complot pas de complot pas de complot Macron est un Grand Homme Très Compétent", mais le Canard pense plutôt que ce requin nous a volontairement volé Alstom pour l'offrir aux ricains.

Pourquoi la France ne fait pas exactement la même chose aux USA ? (retrait de licence bancaire, embargos, guerre économique, etc) Parce que nous sommes des vassaux et ils sont nos maîtres.

C'est rigolo, tous les spécialistes de la justice américaine, quand ils évoquent le DOJ (Department of Justice), prononcent "déodji", alors que c'est "diodjay". Du coup, on se demande s'ils comprenaient un traître mot lors de leurs multiples déplacements aux USA.

J'ai trouvé à mon grand étonnement (ne pigeant rien en matière d'économie/sanction etc) cette émission remarquable.


Tous les invités ont aidé à la compréhension du sujet, et je les remercie.
Comme RST je pense que nous devons donner aussi une mention spéciale à Juliette Gramaglia 


Une chose : je m'étonne qu'on ne mentionne pas la Chine et la Russie dans ce bras de fer avec les USA : un exemple, Total quitte donc l'Iran et ce sont des Chinois qui reprennent la filiale de Total


Peut-être une nouvelle émission sur ce déplacement géoécopolitique, la faiblesse prévisible des USA et la question de savoir si nous ne devrions pas en tant que Européens faire jouer le chantage vis à vis de ces anciens alliés qui font tout pour nous absorber en nous rapprochant plus activement de la Chine. Mais je ne pige pas grand chose, je ne parle qu'avec l'intuition ludique

Et mention spéciale à qui maitrise vraiment bien son sujet

Merci pour cette émission et surtout merci d’avoir invité Karine Berger, qui connaît visiblement très bien ce sujet. Cela dit il y quand même plusieurs inexactitudes dans cette émission dès qu’on parle de sanctions économiques.


Ce qu’il faut savoir à propos de l’affaire BNP Paribas c’est que la décision met en lumière un fait : toutes les transactions en dollars US finissent par transiter par la chambre de compensation de la banque de New-York. La décision prend d’ailleurs bien soin de créer un lien territorial avec le territoire des Etats-Unis pour asseoir la compétence des tribunaux américains. C’est pour cela que c’est toujours compliqué de dire qu’utiliser le dollar US ouvre le risque d’être frappé par des mesures extraterritoriales. C’est notre perception, mais visiblement pas la leur.


En outre, BNP Paribas n’avait pas coopéré et avait sciemment masqué la provenance de certaines transactions pour que leurs collègues américains ne s’aperçoivent pas de ce qui se passait. Deux grosses fautes du point de vue américain (même si la 2nde était inévitable) qui expliquent l’amende ait été particulièrement élevée.


D’ailleurs, ce lien de rattachement prend des formes de plus en plus saugrenues. L’année dernière, une société taiwanaise a reçu un « finding of violation » (= on t’a vu, c’est pas bien mais pour cette fois pas d’amende) de l’OFAC pour avoir reçu un transfert de pétrole d’un autre bateau iranien dans les eaux territoriales iraniennes. Ce bateau iranien était sanctionné par les Etats-Unis (car oui les bateaux aussi peuvent figurer sur des listes de sanctions). En l’occurrence, le lien de rattachement avec les Etats-Unis était que la société avait engagé une procédure de faillite devant des tribunaux américains. L’OFAC en a donc conclu que la société était dès lors soumise au droit US.


Les Etats-Unis ont 38 programmes de sanctions : Oui, certes mais l’Union Européenne en a pas mal non plus (cela s’appelle "mesures restrictives" dans l’UE). La plupart des sanctions économiques et financières mises en place par les Etats-Unis et l’Union Européenne ne sont pas des programmes autonomes (décidés souverainement par les Etats-Unis et l’Union Européenne). Ils ont été décidés et votés par le conseil de sécurité de l’ONU. Les Etats-Unis et l’UE les retranscrivent uniquement dans leur droit interne, comme sont censés le faire tous les pays membres de l’ONU.


En outre, de par leur puissance diplomatique et économique, les Etats-Unis et l’UE sont en capacité de mettre en place des régimes de sanctions autonomes. C’est le cas des sanctions contre la Syrie et contre la Russie/Crimée, qui n’ont pas pu être votées par le conseil de sécurité de l’ONU en raison de l’opposition de la Russie.


La plupart du temps l’UE et les Etats-Unis mettent en place des régimes de sanctions autonomes assez similaires. Néanmoins, depuis 2014, c’est de moins en moins le cas et on se retrouve maintenant à jongler avec des sanctions différentes contre la Russie/Crimée et l’Iran.


Il y également des velléités d’autres pays de mettre en place des régimes de sanctions autonomes (hors ONU) :

  • - Le Qatar fait l’objet d’un embargo de la part de pays du Golfe
  • - La Chine devrait voter cette année une nouvelle loi sur le contrôle des exportations (les deux sujets sont souvent liés) dans laquelle elle devrait ouvrir la possibilité de mettre en place des interdictions d’exportation de certains produits contrôlés contre des personnes ou organisations, de manière autonome.
  • - Un projet de loi est en cours de discussion à la Douma visant à mettre en place des sanctions contre les Etats-Unis et d’autres pays « non amicaux »


Le lien de rattachement sur serveur américain : merci merci merci d’avoir rectifié sur l’iphone. J’avais entendu ça dans une émission de France Culture dans la bouche d’un « spécialiste » et j’avais immédiatement arrêté d’écouter l’émission. Le lien de rattachement utilisé dans les cas cités en matière de corruption d’agent public est celui de l’ « utilisation des moyens du commerce américain » dans lequel sont inclus les réseaux de télécommunication et les serveurs électroniques. A ma connaissance, aucune condamnation pour violation de sanctions économiques n’a utilisé ce lien de rattachement mais il est souvent utilisé dans le cadre du FCPA.


Quand vous parlez de loi de blocage (au sein de la loi de blocage européenne), il aurait pu être intéressant de parler de deux autres lois russes qui devraient être votés à la fin du mois et visant à infliger des sanctions pénales aux individus et des sanctions administratives aux sociétés se conformant à des mesures de sanctions économiques de pays étrangers.


En conclusion, à mon avis, le fond du problème c’est plus le manque de volonté des gouvernements européens de soutenir leurs entreprises (sans doute effectivement lié à des questions militaires) que véritablement une question de monnaie. De ce point de vue-là, l’annonce d’un CFIUS à la française ou à l’européenne est déjà une bonne nouvelle.

Karine Berger (sur laquelle il y aurait beaucoup à dire), à propos du poids de l'euro face au dollar, se désole que "personne ne l'ait voulu", à savoir que l'euro soit une monnaie de référence capable de concurrencer le dollar. Mais c'est qui personne ? Pas nos dirigeants assurément qui, en bons collabos inféodés aux USA qu'ils sont, voulaient exactement le contraire à savoir que le dollar continue de mener le monde, pour leur plus grand bénéfice personnel.  

Émission très intéressante. Merci
Qui mérite effectivement des suites et pourquoi pas un scoop pour @si : Alstom et Alcatel, c'est de l'histoire ancienne. Le prochain scandale se précise : Technip, fleuron français de l'industrie pétrolère mondiale, à l'origine de nombreuses innovations techniques, précurseur et leader dans le développement des FLNG notamment, est en cours de démantèlement et va être vendu à KBR et Haliburton.

E.Macron (entre autres) devrait être traduit devant la justice pour haute trahison pour avoir non seulement permis,  mais encouragé cette affaire qui voit une fois de plus une entreprise française tomber sous contrôle américain.  

Les nouveaux commentaires ne sont plus identifiables, c'est normal ?

Quel galimatias ! Encore des « experts » plus que confus sur la plupart des questions. Faut vraiment s’accrocher pour en fin de compte conclure que : face aux US, on est les dindons, les « rois » de la farce. C’est comme ça. Pas la peine d’aller déterrer des grimoires de 1996. Bon week-end !

P.A.S.S.I.O.N.N.A.N.T. ! Si l'on comprend bien , Echelon serait donc devenu un dinosaure en matière de renseignements économiques ? On découvre une multitude de canaux de fuites , une multitude de prétextes à sanctions judiciaires. Le concept de "découplage" est il entendu en haut lieu (on pense à TAFTA et son sous-marin canadien) , sera-t-il mis en œuvre ? Du pain sur une planche savonneuse !

 

vivent l'UE et l'OMC! qui s'aplatissent devant Nos Saigneurs américains!

si j'ai bien compris : les US c'est un Impérialisme, sa monnaie sert de bombe atomique, et la représentante du PS,  comme ses semblables, a accepté cette domination en ronchonnant....bon, je vais relire le texte de Lénine écrit il y a 100 ans " L'impérialisme, stade suprême du capitalisme "

https://www.marxists.org/francais/lenin/works/1916/vlimperi/vlimp.htm

pas de lien de téléchargement video ? ou juste retard ?

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.