Campagne Macron 2017 : "Sur ce reportage, ma liberté était proche du néant"

Arrêt sur images

Les documentaires sur des campagnes électorales constituent un genre à part entière. Mais des documentaires suivant, non pas un candidat ou un parti, mais une journaliste, sont beaucoup plus rares. C'est ce qui fait tout le prix de "Première campagne" (so(...)

L'émission
  • Avec
    Gilles Perret et Astrid Mezmorian et Audrey Gordon
  • Presentation
    Daniel Schneidermann
  • Préparation
    Adèle Bellot
  • Deco-Réalisation
    Antoine Streiff et Sébastien Bourgine
Réservé à nos abonné.e.s
Les documentaires sur des campagnes électorales constituent un genre à part entière. Mais des documentaires suivant, non pas un candidat ou un parti, mais une journaliste, sont beaucoup plus rares. C'est ce qui fait tout le prix de "Première campagne" (sortie en salles le 17 avril), qui suit une journaliste de France 2 tout au long de la campagne 2017 d'Emmanuel Macron. Hasard du calendrier : Voici quelques jours sortait "J'veux du soleil", road trip de François Ruffin en pays "Gilet jaune". Pour mettre en regard ces deux documentaires atypiques : Audrey Gordon, réalisatrice de "Première campagne" ; Astrid Mezmorian, journaliste au service politique de France 2 ; et Gilles Perret, réalisateur de "J'veux du soleil". Et en bonus à la fin du résumé : l'après-débat vivace entre Astrid Mezmorian et Gilles Perret sur la fabrique de l'information.

Se plonger dans une campagne à travers le regard d'une journaliste

Astrid Mezmorian arrive au service politique de France 2, le 1er septembre 2016, alors qu'Emmanuel Macron vient de démissionner de son poste de ministre. Première campagne raconte les deux derniers mois de la campagne, suivis par Mezmorian. "L'idée est venue parce qu'Astrid me racontait régulièrement ses récits de campagne", raconte Audrey Gordon. "Je me suis plongée dans cette élection à travers son regard à elle, la manière dont elle le vivait". Pourquoi la suivre, elle ? "Une des choses qui me touchaient le plus chez elle, c'était son authenticité en toute circonstance, le fait qu'elle n'ait aucune fascination pour le pouvoir".

"Je pense que ce qui me définit plus, c'e...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.