[Avent 2021] Présidentielle 2007 : Sarkozy, le jogging, le peuple et les larmes

Arrêt sur images

Comment Sarkozy emprunte à Giscard et Mitterrand

Après quelques jours de présidence sarkozyenne se dégagent des stratégies de communication qui évoquent certains de ses prédecesseurs. Trois connaisseurs des années Giscard les passent en revue. "Quand les caméras sont là, c'est que les dés sont pipés" (Dominique Jamet).

27 mai 2007 : des vieux routiers du journalisme et de la politique autour de la table. Dominique Jamet, ancien grand reporter au quotidien L'Aurore, ancien rédacteur en chef au Quotidien de Paris ; Bernard Rideau, ancien conseiller en communication du président Valéry Giscard d'Estaing ;  Jean-Francois Kahn, directeur de Marianne, ancien journaliste à Europe 1. Le Sarkozy jeune et décontracté qui fait du jogging tous les matins évoque le Giscard à skis. On retrouve aussi chez Sarkozy l'affichage de la décontraction, avec un conseil des ministres où l'on se tutoie, se claque la bise et on débat. Nos invités se souviennent qu'ils avaient été épatés par Giscard. Jamet : en général, "on est frappé la première semaine", quand on compare avec la raideur du prédécesseur, "puis on s'aperçoit qu'on est tombé dans un panneau : quand les caméras sont là, c'est que les dés sont pipés." Kahn : "Toutes les présidences commencent bien." 

Le contact avec le peuple

Deux jours après son investiture, Nicolas Sarkozy mange des frites à la cafèt' d'EADS avec des ouvriers de l'aéronautique. On pense évidemment, et on regarde les images, au petit-déjeuner de Giscard avec des éboueurs maliens, à ses dîners chez des "Français moyens", à sa visite auprès de détenus à Lyon. Jamet déconstruit les séquences : cette proximité a progressivement disparu parce que c'est apparu factice. Rideau confirme : les effets sur l'opinion n'étaient pas bons ! "Nous avons assez vite arrêté tout cela." Séquence "diamants de Bokassa" qui montre le mépris total de Giscard pour les journalistes. 

Kahn, éditorialiste à Europe 1, raconte que Giscard l'avait appelé : "Vous avez vu, cher ami, j'ai fait des gestes modernes". Mais c'est aussi lui, assure-t-il, qui l'a fait virer d'Europe 1 pour son ton trop libre. Kahn d'Europe 1 analyse ensuite "le narcissisme et l'hypertrophie du moi" de Sarkozy, sa "volonté de tout contrôler" (cela nous fait penser à quelqu'un). Jamet parle, depuis l'élection de Sarkozy,  d'une "atmosphère diffuse de peur dans les médias". Il mentionne la censure du JDD par Lagardère à propos de Cécilia Sarkozy, épisode mentionné dans notre Avent 2021 précédent . 

Célébrer la Résistance

On compare la rose de Mitterrand déposée sur la tombe de Jean Moulin au Panthéon avec la lettre de Guy Moquet, jeune résistant communiste qui écrit à sa mère juste avant d'être fusillé en 1941, lue par une lycéenne à la demande de Nicolas Sarkozy. Il essuie deux larmes. Daniel préfère la cérémonie du Panthéon ; d'autres la trouvent beaucoup trop mise en scène. Et les larmes de Sarkozy ? Un peu trop travaillées pour Sébastien Bohler, notre chroniqueur. 


Partager cet article

 

Cet article est libre d’accès
En vous abonnant, vous contribuez
à une information sur les médias
indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.