Tout savoir (ou presque) sur Big brother

Arrêt sur images

Fantasmes ou frayeurs réelles ? Le 12 avril, Le Monde consacrait sa une au "big brother du rens(...)

14h42
Réservé à nos abonné.e.s
Fantasmes ou frayeurs réelles ? Le 12 avril, Le Monde consacrait sa une au "big brother du renseignement français" en affirmant que les services de renseignement disposaient d'un "programme secret de surveillance" permettant "d'intercepter et de stocker des milliards de données et de communication". Une information censée alimenter la crainte d'une surveillance généralisée au moment où le parlement se penche sur la nouvelle loi renseignement. Pour faire la part des choses entre les risques et les fantasmes de cette loi et des systèmes de surveillance déjà en place, nous avons invité Eduardo Rihan-Cypel, député socialiste, porte-parole du PS et membre de la commission de la défense nationale et des forces armées, Alexandre Archambault, ancien cadre chez Free, et Andrea Fradin journaliste à Rue 89 et auteur d'un article sur le sujet.

 

Une émission présentée par Jean-Marc Manach



Nom de code : PNCD, pour Pôle national de cryptanalyse et de décryptement. D'après Le Monde, c'est un programme qui permettrait aux services de renseignement de surveiller les communications en France et à l'étranger. Un "Big brother" dont l'existence a été confirmée par François Hollande en direct sur Canal+... Sauf que comme l'a démontré Jean-Marc Manach dans une chronique, Le Monde s'est planté et Hollande s'est sans doute emmêlé les pinceaux. Le terme de PNCD ne renvoie pas à un système de surveillance, mais à un programme permettant à la DGSE de décoder les communications internationales interceptées. "Il y a une grande paranoia [a propos] d'une machine qui capterait tout ce...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.