Nicolas Colin, un barbare numérique contre les empires

Arrêt sur images

Le fonctionnaire-blogueur-entreprenaute parle luxe, taxis, Obamacare, etc

14h42
Réservé à nos abonné.e.s
Drôle d'oiseau ! Depuis longtemps, on rêvait de le contempler de près. Quand Nicolas Colin, l'an dernier, a publié avec son quasi-homonyme Pierre Collin son rapport sur la monétisation des données des internautes, avec la modeste ambition d'inventer la fiscalité du XXIe siècle, notre éconaute, intriguée, était déjà allée lui rendre visite. C'est même ce rapport qui nous a donné envie de creuser la question de la valeur économique des données. Et voilà qu'on le retrouve, trainé au tribunal par le PDG des taxis G7, parce que notre chevalier du numérique s'est embringué dans la guerre des taxis. Et voilà qu'il en tire (encore) une brillante réflexion sur la révolution numérique. C'en était trop. Il fallait l'interroger devant nos caméras.

Inspecteur des finances parti créer des start-ups, esprit agile, paradoxal, Nicolas Colin, dans cette conversation qui roule du domaine de la santé à celui du luxe, en passant la presse et l'édition, fascinera sans doute autant qu'il énervera. Sa peinture des géants du numérique en barbares à l'assaut des empires surprendra. Sa foi aveugle dans les entrepreneurs comme moteurs du progrès pourra énerver. Une chose est sûre : il intéressera. Et sans doute pour longtemps. On n'en a pas fini avec Nicolas Colin.

L'émission est présentée par Jean-Marc Manach, en collaboration avec Next INpact

La vidéo dure 42 minutes.

Si la lecture des vidéos est saccadée, reportez-vous à nos conseils.



Vous pouvez aussi utiliser le découpage en actes.

Si ...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.