Guy Birenbaum, l'hyper connecté repenti

Arrêt sur images

L'abus de Twitter, dangereux pour la santé mentale ?

14h42
Réservé à nos abonné.e.s
Trop connecté. Avec une moyenne de 60 tweets envoyés par jour, une omniprésence sur les réseaux sociaux, des photos Instagram, un blog, il a fini par céder. Guy Birenbaum, qui animait l'émission Ligne Jaune, a fait une dépression. Il le raconte dans un livre intitulé Vous m'avez manqué (Les Arènes). L'hyper connexion est l'une des raisons, parmi d'autres, de son basculement.



La dérive a été progressive. "En dix ans, je suis passé de la thèse de doctorat au livre, du document d'actualité au blog, puis au fait de basher en 140 signes sur Twitter, écrit Guy Birenbaum. Les facilités du web m'ont détourné de l'essentiel, je suis devenu expert en instantanéité, c'est-à-dire en rien, spécialiste du vent, j'ai abandonné le fond pour la forme, j'ai arrêté de réfléchir pour écrire en temps réel".

Comment bascule-t-on dans l'hyper connexion, l'instantanéité ? Internet nous a-t-il changé intellectuellement ? Comment réussir à se déconnecter, à sortir de ce monde virtuel ? Pourquoi Guy a-t-il encore besoin de tweeter son arrivée dans nos locaux ? "On ne tombe pas malade parce qu'on tweete trop", se défend Birenbaum. L'hyper...

Vous ne pouvez pas (encore) lire cette vidéo...

Cet article est réservé aux abonné.e.s
Rejoignez-les pour une information sur
les médias indépendante et sans pub.

Déjà abonné.e ?

Partager cet article Commenter

Lire aussi

Voir aussi

Ne pas manquer

Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.