6
Commentaires

Wikipédia, royaume de l'impunité ? Pas davantage que les journaux !

Derniers commentaires

Pour info, voici comment les frères Bogdanov justifient leur vandalisme sur Wikipedia, tout en se plaignant de l'impact des vérités (et non des diffamations, comme ils le disent) présentes dans leur article sur leurs « carrières » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip%C3%A9dia:Demande_d%27intervention_sur_une_page_prot%C3%A9g%C3%A9e#INTERVENTIONS_DIFFAMATOIRES_D.27ALAIN_R_SUR_ARTICLE_BIOGRAPHIQUE_IGOR.26GRICHKA_BOGDANOFF


Bonjour,

La page qui nous est consacrée fait l'objet d'une série d'interventions systématique à caractère diffamatoire de la part d'Alain r, unique "contributeur". Ses interventions n'ont qu'un seul objectif : celui de porter atteinte à notre crédibilité et même à notre honneur. Les "informations" versées à cet articles se réduisent aux opinions personnelles d'Alain r : elles sont faussement sourcées (la plupart reposent sur des blogs ou des articles eux-mêmes douteux) ou tout simplement non sourcées.

Sous sa forme actuelle, cet article porte gravement atteinte à notre image et constitue un préjudice sérieux pour toute nos négociations audiovisuelles; Nous ne pouvons pas davantage l'accepter.Peut-être s'agit-il d'un jeu pervers pour Alain r, mais sûrement pas pour nous. Ce trouble sur les personnages publics que nous sommes doit absolument prendre fin.

Dans une présentation biographiques, seules doivent compter les pièces officielles (en particulier dans des travaux de thèses de doctorat où seuls doivent compter les rapports de thèses remis à l'université et non pas les articles de journaux qui n'ont, en l'occurence, aucune valeur). Au demeurant, il existe pour le débat suscité par la prétendue "affaire bogdanoff" un article déjà développé dans Wikipédia : les développements critiques et biaisés d'Alain r n'ont pas leur place dans un présentation biographique.

Or il se trouve que notre biographie a été protégé dans la version diffamatoire d'"Alain r".

Nous demandons donc que cet article fasse au minimum l'objet d'une protection dans une version "neutre", par exemple celle de "Flying Jacket".

Merci de votre aide pour rétablir, simplement, le caractère objectif de cet article.

Bien cordialement,

I/G Bogdanoff
Entant qu'étudiant et ancien utilisateur de Wikipédia je trouve que cette "encyclopédie gratuite et librement diffusable" n'a ni queue ni tête, et dans notre université (en Algèrie) nous luttons activement contre Wikipédia car en quelques années tous les étudiants se sont mis à "copier/coller" les contenus -parfois inexact- de Wikipédia donc pour lutter contre cette "désencyclopédie" j'ai écrit ce petit article sur notre journal:

[large]Wikipédia : le monopole de la désinformation, de l’abrutissement et de l’inculture.[/large]

Tout d’abords Wikipédia c’est quoi ?
Wikipédia est une encyclopédie multilingue, universelle, librement diffusable, disponible sur le Web et écrite par les internautes du monde entier (je tiens à préciser que cette définition viens de Wikipédia) donc analysons ensemble cette définition.
1. « …librement diffusable… » donc les informations de Wikipédia peuvent être retranscrites sans aucune modification légalement, ce qui n’encourage même pas la reformulation de la part des utilisateurs (en particulier des étudiants).
2. « … écrite par les internautes.. » par conséquent les informations diffusées sur Wikipédia ne sont pas écrites par des spécialistes, mais simplement par des dilettantes dont parfois l’exactitude et l’objectivité et plus que douteuse.

Donc étant la gratuité du service, l’absence de droits d’auteur et sans oublier l’affichage plus qu’avantageux dont dispose le site Wikipédia dans les moteurs de recherches les plus utilisées lors d’une recherche pour donner un exemple concret tapons: Sartre dans les trois plus grands moteurs de recherche, la première page proposé sur Google sera…Wikipédia ! Sur MSN la deuxième alors que sur Yahoo elle figure en quatrième position.
Que dire de plus à part que cette « désencyclopédie » ne peut à long terme que nuire aux jeunes essentiellement qui sont les plus fervents utilisateurs d’Internet et donc les susceptibles d’être contaminé par ce mal de l’Internet.
Je suis en désacord avec votre conclusion :
<< En réalité, Wikipédia ne pose pas un problème juridique mais culturel qui est celui du refus de toute hiérarchie et du fantasme d’une égalité de tous face au savoir. Cette dangereuse utopie est dénoncée comme un facteur d’appauvrissement et de déclin dans un ouvrage publié récemment aux Etats-Unis par un adepte repenti de la religion numérique (Andrew Keen, The Cult of the Amateur, Doubleday. Voir Le Monde, 12 septembre 2007). Dans ces conditions, plutôt que de s’indigner du laxisme du juge, il faut cesser de célébrer internet comme l’agora universelle, l’espace hyper-démocratique et hautement participatif où chacun serait enfin journaliste, poète, savant, encyclopédiste. Car le culte de l’amateur finira par tuer la culture. >>

Wikipédia et tout autre support d'information (voir de formation ou pédagogique) dont vous faite la description est loin, très loin d'être le havre de tous les farfelus tenant des propos incohérents ou diffamants. L'information y est libre d'accès car libre de droit (si l'on se conforme à la licence de Wikipédia: verser des textes gratuitement, citer ses sources et donner des références). Ce support n'est autre qu'un grand livre ouvert à tous qui se crée au jour le jour, se renouvelle et s'épaissi par les apports de chacun pour la plus grande gloire de la liberté d'accès à l'information. Que de temps en temps certains écrits soient faux (par erreur ou maladresse), volontairement orientés ou controversés, c'est dans le débat d'opinion que l'on se trouve et moins dans le partage des connaissances. Mais pour ce qui est des sujets moins polémiques, vérifiables par croisement avec d’autres sources, ce contenu est très utile à tous. Quand il traite des sciences: des techniques, de la physique, des mathématiques, de la biologie, de l'histoire ou de la géographie, c'est un support gratuit et accessible à l'ensemble des internautes n'étant pas soumis à la censure de leur gouvernement. Il ne s'agit pas là de droit d'expression politique mais bien de diffusion de connaissance.

Je n’ai jamais connu tel support ou l’accès à la connaissance est quasi gratuit. Et comme le dit l’adage : La connaissance n’a de valeur que si elle est partagée. Ce n’est pas en diffusant massivement l’information que l’on risque de la détruire ou de la dévaloriser, bien au contraire. C’est en diffusant ce qui existe déjà que l’on amènera d’autres personnes (pas forcément les plus à même de le pouvoir en terme de classe) à faire des pas vers des notions inconnues du public, à rechercher d’autres voies de compréhension de notre environnement. Si à l’âge de 13 ans j’avais pu accéder à cette manne, ma vie en aurait été changée car à l’époque (et même maintenant) je n’avais pas les moyens financiers de me payer un livre par jour sur les différents sujets dont mon esprit avait besoin pour se nourir.

Le seul problème restant, les lecteurs auront-il la sagesse de garder à l’esprit que l’écrit libre n’a pas de contingence éditoriale et qu’il est de leur responsabilité de vérifier, d’accepter, de refuser ou même de réfuter (et de corriger si on s’en sent capable) les arguments avancés. Wikipédia de par sa déontologie permet tout cela. Wikipédia est un média citoyen qui met fermement en garde les utilisateurs tentés par la polémique. Mais dans ce monde, la polémique existe heureusement, sinon @si n’aurait pas d’existence.

Pour quelle raison devrions-nous nous passer d’un tel outil ? A quelle loi ancestrale devrions nous nous plier pour préserver le pré carré de quelques uns sous prétexte qu’ils font autorité en la matière ? Internet n’est qu’un support. Il élargit le domaine des possibles en matière de diffusion et de partage de l’information. En cela, il est une révolution (évolution, transformation) que nul n’arrêtera et cela pour le meilleur aussi sûrement que pour le pire.

Je constate personnellement que pour l’instant, on y trouve plus de meilleur que de pire. Restons sur nos gardes.

Régis
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.