16
Commentaires

Wikileaks a fait fuiter des noms d'informateurs afghans

Des informations permettant d'identifier des informateurs afghans aidant les troupes américaines n'ont pas été masquées par Wikileaks, a révélé le quotidien britannique The Times. Information confirmée aujourd'hui par le New York Times. Le porte-parole du site est mis en difficulté.

Derniers commentaires

Ne pas tomber dans le piège non plus.
Un pretexte pour eclipser l'affaire globale comme dit assange.

En tout cas, c'est une impression, mais on dirait que plus de médias ont parler de ce soucis de noms que du contenu des rapports...
1./ Le Times est jaloux de ne pas avoir participé à la petite opération auprès du NYT, du Guardian et du Spiegel.
2./ Le Times est lui même responsable du sort des informateurs Afghan puisqu'il publie en premier une infos qui pouvaient passer inaperçu après des auteurs d'éventuelles représailles.
quand des civils, parfaitement innocents ceux là, se prennent une bonbinette sur la tête, ils sont victimes de, comment ils disent déjà, nos

grands stratèges, ah oui, dégâts collatéraux...
Ça ressemble beaucoup à la théorie du complot mais à l'envers, tout ce tintamarre médiatique.
on pourrait avoir l'impression que cette fuite aurait pu avoir été initiée par les USA comme un désaveu de légitimité d'une sale guerre, manière atrocement subtile de sortir de l'Afganistan en ralliant plus subtilement encore contre soi, l'opinion mondiale. La méthode pourrait surprendre mais demeure néanmoins un possible stratagème des généraux du Département d'État et de la Maison Blanche. De surcroît, la récente tournée de Hillary Clinton n'est ni anodine ni innocente.
Ou comment échapper au sens unique de la pensée unique des innombrables sources d'informations et de connivences politiquement correctes et acceptables?
ce type de commentaires (sur l'irresponsabilité ou l'incompétence d'assange ne sont relayés que par la presse française y compris arrêt sur images) par la presse US à qui on avait fait parvenir TOUS les documents 1 mois AVANT la mise en ligne...
nous avons droit au couplet habituel sur le VRAI journalisme par notre inénarrable joffrin... (comment cela pourrait-il être une surprise???)
et par d'autres...

mais en aucun cas sur le site du guardian.
http://www.guardian.co.uk/world/2010/jul/30/wikileaks-data-suspected-army-source

"Assange said yesterday that Wikileaks had contacted the White House via the New York Times and offered to let government officials go through the documents to make sure no innocent people were identified. The White House did not respond to the approach, he told the Australian Broadcasting Corporation."
Assange dit hier que WL avait contacté la maison blanche par l'intermédiaire du NYT et offert de laisser les officiels analyser les documents pour être sûr qu'aucun innocent ne pourrait être mis en danger/identifié. La maison blanche n'a pas répondu.
Le Guardian semble être le seul à garder son sang-froid face à ces accusations, qui ne sont peut-être qu'une nouvelle façon de décrédibiliser Assange.

INFO/INTOX?????
J'étais persuadé que ca ferait des dégâts réels, mais je n'avais même pas pensé à cet aspect, pourtant le plus évident. Et franchement un service spécialisé dans la récupération d'informations confidentielles devrait le savoir! Et savoir aussi que le degré de confidentialité varie, car le nom d'un informateur après tout quand c'est à des milliers de kilomètres une simple restriction des accès suffit à éviter la fuite. C'est une liste d'informateurs (ou alors un nom de quelqu'un de très important, mais là pour le coup la confidentialité doit grimper.. Dans le film Les Patriotes, inspiré de l'affaire Pollard, l'identité de "Aladdin" est très naturellement plus que secrète au sein même des hautes instances...) qui peut avoir une valeur suffisante pour motiver l'adversaire à trouver des moyens de la récupérer (mettre le prix quoi).

Ca montre bien l'idiotie de révéler 92 000 informations en accès libre d'un coup, même sans informations en clair personne sauf ceux qui connaissent les situations locales de chaque rapport ne peut savoir quels recoupements peut être induits par les documents. Mais POURQUOI ne pas s'être contenté des 3 journaux, c'était très bien comme idée (il faut des journaux fiables après, car des documents qui circulent deviennent des cibles de récupération plus facile qu'au fin fond des locaux du ministère de la Défense -même si vous l'aurez remarqué la compromission a semblé assez facile...- Mais rien n'est pire qu'un accès libre, on peut révéler des informations à tous sans même les comprendre soi-même, et surtout ça sert à rien pour les gens lambdas sauf à calmer la paranoia ou à satisfaire de la curiosité parfois malsaine)? Je suis souvent un peu antireligieux, mais là ca fait très "péché d'orgueil". Un peu d'idéalisme, de naïveté, des possibilités techniques et des chevilles qui enflent et vlan, triste retour à la réalité. Enfin ce sont les afghans qui vont trinquer (car Assange a beau se défendre si des gens sont suspectés d'espionnage, après ça suffit pour les plaindre... Car partout il n'a jamais fait bon d'être suspecté d'espionnage, et je pense pas que les Talibans soient plus respectueux de l'équité de jugement et de la dignité du suspecté/inculpé/coupable que d'autres dans ce domaine).
Voilà un adepte de la liberté d'expression qui n'aura pas de souci avec les fondamentalistes musulmans violents... Et au passage cette liberté (ou plutôt le droit à l'information) vient d'être pas mal discréditée par une gaminerie.
et oui il y a parfois des bonnes raisons de garder des documents "confidentiels"
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.