22
Commentaires

Weinstein : info et spectacle en circuit court

"Pourquoi ne pas avoir apporté cette affaire à NBC ?" "Vous leur demanderez".

Derniers commentaires

Eh oui ! C'est ça la société du spectacle ! Elle s'auto-génère !
Alors, comme ça, à Hollywood, il y aurait des actrices (et peut-être aussi des acteurs) qui seraient obligées de coucher pour obtenir un rôle?
C'est pas chez nous qu'on verrait des choses pareilles!

Cela dit, je suis ravi que ce genre de comportement - connu de tous - soit maintenant condamné.
À ceux qui trouvent qu'il y a plus important ailleurs dans l'actualité, mais que "personne n'en parle", moi j'ai envie de répondre que ça fait des siècles que, pour BEAUCOUP de femmes, c'est l'enfer partout sur cette terre, et que ENFIN ON EN PARLE, et que C'EST PAS TROP TÔT.

Et je leur dis aussi que

QUAND ILS SE SENTIRONT AUSSI HARCELÉS par ce qui n'est pour eux qu'un SUJET JOURNALISTIQUE que sont harcelés LES ORIFICES ET ORGANES SEXUELS DES FEMMES PAR LES DOIGTS ET PÉNIS DE LEURS AGRESSEURS,

Alors seulement, ils commenceront à comprendre de quoi il retourne.

Et enfin, à ces gens-là, je dis

Moi je pense et j'espère que vous allez en bouffer, des infos sans importance comme celle-là. Parce qu'à mon avis, y a un sacré stock de ces scandales de merde encore bien planqués au chaud, et je pense que certains doivent commencer à sérieusement suer d'angoisse.

Parce qu'enfin, ça commence à sortir.

Et c'est bien au moins aussi important que les votants Macron ou non.

Pour moi, c'est même bien plus important.

Le sort des femmes, c'est le plus important.
Cette chronique serait encore plus intéressante si une ligne avait pu relier la perversité de ce microcosme à la perversité générale.
Celle du Capital endiablé et du vieux monde patriarcal qui va avec.
Une ligne aurait suffi.

Hier, il y a avait beaucoup de monde dans les rues, en effet, même en province.
Un édredon de soie, une petite culotte, ne pourront suffire à étouffer le bruit.
Quel cinéaste aura le talent de mettre en scène l'affaire Guarrido ?
Bof ... Pour un pervers dénoncé, combien courent toujours ?
C'est sans doute ça la vraie question.
Et il est fort probable que l'accusé - pour peu qu'il soit coupable - s'en sorte sans trop de mal ...
Merci pour cette chronique, mais considérant qu'il doit y avoir des Weinstein partout, dans le monde entier, dans tous les cercles où il y a du pouvoir, votre conclusion semble consister à énoncer que la particularité de l'industrie américaine du divertissement, c'est qu'elle est plus proche d'un de ses acteurs principaux, que de n'importe quel autre individu aux agissements comparables dans d'autres secteurs ou d'autres pays. Euh oui, et alors ? Est-ce vraiment la seule chose que cela vous inspire ?
Des quelques infos que j'ai pu lire sur l'affaire Weinstein, je retiens que ce type avait pour habitude d'organiser des réunions dans sa chambre d'hôtel.
Ça peut se comprendre vu qu'il se déplace beaucoup et ne pige pas dans des " Formule1".
Mais pour le coup, à l'heure où tout le monde se demande ce qui est faisable contre le harcèlement et les abus de pouvoir...par exemple, interdire qu'une discussion professionnelle ait lieu en dehors d'un lieu professionnel, ça serait une piste.
Il n'est pas normal d'avoir un entretien professionnel dans une chambre d'hôtel.
Lorsqu'un producteur le propose à une actrice, il faut qu'elle puisse lui faire remarquer que le lieu n'est pas approprié, que l'agent de la comédienne puisse rappeler que ça pourrait passer pour du harcèlement, donc, par précaution le rdv va se faire tout simplement dans une salle de réunion.
Bonjour
Et pendant de temps là les près 70% qui n'ont pas voté Micron se réunissent beaucoup plus nombreux que jamais depuis le début de la contestation automnale et défilent dans les rues… et personne n'en parle.
Et on nous parle de démocratie. C'est vrai que Micron élu par un vote minoritaire et l'indépendance votée dans les mêmes conditions minoritaires, des 2 l'une est défendue et l'autre est rejetée. Allez comprendre comment cela peut se faire en Europe.
Effectivement.
J'avais cru comprendre qu'arrêt sur image était un média de critique des médias.
Lorsqu'un rédacteur en chef de France 2, service public donc, fait l'apologie du meurtre de ché Guevara en citant le figaro dans sa revue de presse "mort quasi naturel pour un révolutionnaire, puisqu'il a été assassiné. il faut dire qu'il avait tellement tué que ça compense un peu".... cela ne fait pas tomber DS de l'armoire ce genre de propos sur le service public. DS a le tomber de l'armoire sélectif.....
La revolution d'abord, les femmes apres.
les femmes après, comme d'hab quoi..
Les trois lignes en toute fin me sont incompréhensibles quant à la chronique.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.