51
Commentaires

Vive Nicolas Bouzou, l'expert incontournable du mois d'août !

Il est l'expert omni-chaînes du mois d'août. Libération révélait le 5 août que les traders de la BNP allaient toucher un milliard d'euros de primes, sujet amplement repris (avec un temps de retard) par les JT. Mais les chaînes n'ont pas brillé par leur pluralisme : toutes ont interviewé Nicolas Bouzou, fondateur de la société d'analyse économique pour les entreprises Asterès, un des premiers dans le carnet d'adresses des journalistes télé. Un expert disponible et concis, à défaut d'être clairvoyant : "c'est le moment d'acheter en Bourse !" assurait-il en avril 2008.  

Derniers commentaires

Etant donné le secteur d'activité dans lequel ils évoluent : ca me paraitrait assez normal que leurs comptes soient publiés et il me semble que cela n'est pas le cas depuis plusieurs années :

pour Touati : dernier bilan publié : 2005,
pour Bouzou : aucun bilan de publié depuis la création en 2006,

Peut être ne sont ils que les vrp des sociétés pour lesquelles ils travaillent et qu'ils n'ont pas de pouvoir de décision sur ces publications de bilan ?

En tout cas : j'aimerai bien les entendre répondre sur ces éléments.

Touati était encore aujourd'hui dans Ripostes....
Pire qu'une simple faute d'orthographe sur un nom, on a parfois droit à de véritables problèmes d'identité.

Deux exemples récents autour du procès d'une Française en Iran :

Deux identités

Trois identités
Et bien avec des gens comme ça qui conseille les grands de ce monde, nous ne sommes pas prêts de changer de modèle économique.

Il ne ne reste plus qu'à attendre la relance avant l'inévitable prochain crash en priant pour faire partie des chanceux qui seront du bon côté de la barrière !!!

Pitoyable horizon que celui-ci...
on lui permet pas de critiquer le paquet fisca à la télé quand même?l
Le plus désespérant, ce n'est pas Nicolas Bouzou à qui on demande de lire dans une boule de cristal : c'est l'inévitable train-train de toutes ces émissions (Risposte, C dans l'air...) qui finissent par reprendre les mêmes et on recommence, au titre du "the show must go on"
Il y a aux USA une rêgle journalistique de morale assez simple, celle d'annoncer si un intervenant dans les mèdias est aussi intervenants sur les marchés dont il parle. Ou encore celle d'afficher clairement la filiation de sociétés entre elle, lorsque c'est nécessair comme quand CNWn parle de Time Warner, il est toujours précisé "CNN's parent 's company" pour savoir qui parle de quoi!
J'aime bien cet article et il ne tourne pas completement la cible en ridicule. et je trouve cela interessant. en effet, ce serait pas mal de faire parler les "acteurs" du "PAF" comme, par exemple, celui qui declara vendre du temps de cerveau disponible. C'est tres instructif. J'ai, par exemple, appris que Nicolas Bouzou preparait ses 10 secondes d'intervention ; je suppose que cela necessite de formaliser une intention, une disponibilite, une mise... en gros c'est un vrai travail d'evangeliste du marche. peut etre qu'en gardant ce ton vous parviendrez a construire la nouvelle carte du tendre mediatique. en tout cas je suis Lecteur ^^ ! (felicitations a tous vos chroniqueurs et journalistes)
Nicolas continuera à "bouzouter" sous les chaleurs estivales jusqu'à ce que les habitués du crachoir-du-temps-médiatique-ultra-court reviennent de vacances, prêts pour de nouvelles aventures. C'est tout un cycle.
Mais à quoi sert Nicolas Bouzou ?
Au moins, il est honnête : il se prend pour un homme de spectacle, il fait son numéro.
Il prend les JT pour ce qu'ils sont : un cirque et pas un espace de réflexion et d'analyse.
D'ailleurs, il a même un nom de clown, c'est prédestiné.

Vive le Bouzou Circus, en tournage tout l'été !!

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Une petite imprécision factuelle s'est doublement glissé dans les introductions des deux articles concernés.
Sur son blog, et je suppose également dans les articles dérivés dans Libération - mais je les ai pas vérifié - Nicolas Cori ne prétend pas que les traders de BNP Paribas, vont toucher 10^9 € mais que leur employeur a provisionné la dite somme pour potentiellement leur verser. (i.e. : ils ont pas encore mis la main sur le magot).
En outre j'ai pas suivi tout le traitement médiatique de l'affaire, mais il y a quelques questions qui ne semblent pas explorées dans le matériel cité sur Fillon qui fait la grosse voix ou l'expert si bien habillé.
Potentiels angles morts du traitement médiatique :
- la nature des engagements des banques vis à vis des bonus :
BNP dit qu'ils sont clean que leur engagements étaient sur l'étalement des bonus, éviter certains effets d'aubaine, etc. Fillon fait des rodomontades pour dire que les banques doivent tenir leurs engagements, sous entendu, là ça va pas. Mais les organes de presse ont-ils rééllement enquêté sur les dits engagements ; il y a-t-il des éléments qui empêchent de délivrer des rémunérations astronomiques, si elles sont convenablement étalées et patati et patata ?
- les engagements contractuels des banques vis-a-vis de leur salariés :
il y a déjà eu le problème il y a quelques mois avec les bonus d'AIG : certaines dispositions sont inscrites dans des contrats, les froncements de sourcils de Fillon ne donnent pas beaucoup d'outils juridiques pour réviser des contrats, et le moment du paiement de la facture, c'est à dire généralement celui où tout le monde s'affole, c'est un peu tard. Une des manière de forcer la révision d'un contrat, c'est de faire une loi ; les dispositions légales prenant le pas sur les engagements inscrits dans le contrat. Mais Crisetine Lagarde ( (c) Martin Vidberg) elle a dit que c'était pas utile de faire une loi.


Bonjour, je suis un économiste bien habillé, disponible, je parle de façon claire et précise. Puis-je devenir moi aussi un expert médiatique ?

Ah ouais, j'oubliais, je suis marxiste
Bonjour la France,

Comme l'écrivent les "jeunes" MDR !

Ce cher Monsieur BOUZEU est une buse. Ici à NYC il ne ferait même pas une heure dans un pool financier.

Et on parle bien sûr de ce que l'on connait bien.

Surement par faiblesse voire pis par fainéantises, les journalistes frappent toujours aux mêmes portes.

Dans l'émission "C dans l'air" on peut y visionner de belles brochettes d'experts qui sont là à longueur d'année.

Nous sommes très loin de la vrai actu du Daily show. http://www.thedailyshow.com/

La France n'a que ce qu'elle mérité. Elle ne peut s'en prendre qu'à elle même dans le fond.

A plus et courage.

JD
l'Equipe
gueulante.fr & battresarkozy.fr
un propagandiste de la belle parole libérale, un de plus...

petit flashback sur les bons clients précédents:

Gérard Augustin Normand, patron de la société de gestion Richelieu Finance qu'il a dû vendre à la banque belge KBC car il s'était emballé sur des titre peu liquides et/ou sur des daubes dont il avait pris une grosse participation (Club Med)

Marc Fiorentino, président d'Euroland Finance, condamné à 3 reprises la même année par l'AMF

souhaitons "bonne chance" à notre Bouzou...
Dans un jité (me souviens plus sur quelle chaîne) ce midi, un cadre de la Société Générale, interrogé sur les bonus que s'apprêtent à palper ses homologues de la BNP, déclarait en substance : "c'est normal, il faut des stimuli".
Et je dois dire que ça m'a littéralement abasourdi. Que bonus donne bonus au pluriel, alors que stimulus donne stimuli.
« Bonne nouvelle » [M6], « tout le monde s’accorde » [TF], pour dire que « la situation des marchés financiers s’envole» [France 2] alors « les bonus, pourquoi pas ? » [France 3].
Est-ce type d’expert qui conseillait d’investir chez Bernard Madoff ?

Merci pour cette étude de médialogie.

Stan 1000g
Je suis resté sur ma faim, j'attendais qu'il s'explique sur sa prévision "erroné".

Mais bon y a une définition bien connu des économistes :
"les économistes passent leur temps a expliquer pourquoi ils se sont trompés la veille."
En plus d'être de bon conseil financier, Bouzou choisit bien ses modèles.
Son souhait en octobre 2008 : être le Bashung ou le Daho de l'économie. Pour durer...
Il était déjà bien malade, Bashung, à l'époque, non ?
Daho, lui, n'est pas mort. Quoique des fois, je me demande...
Dans le titre il est dit "avril 2008" et dans le chapô c'est "avril 2007", si j'ai bien lu.
Oui, et puis Bourse, dans ce sens-là, ça s'écrit toujours avec une majuscule, non mais sans blague. On voit que le chef, il est las et pas là. ;-)
Ah oui, on sent le relâchement :

[quote=Sophie Gindensperger]comme il le disait déjà que Nouvel économiste en octobre 2008

Ah que je pas avoir tout août 2009 comprendre.
Relâchement ou fatigue :)

Je crois avoir tout corrigé, désolée pour ces fautes de relecture.

Sophie-@si
Ça ne se voulait pas méchant, hein, merci d'avoir corrigé.
Oui, c'était pas méchant. Par contre, mettre deux fois le même type en tête de gondole, une fois sous le nom de Bouzou et une autre fois sous le pseudo de Pellerin, je dis non ! Trop, c'est trop.
Et c'est pareil du tout!
En un an les boursicotiers ont eu le temps de se faire des c... en or!
edit : problème d'emplacement.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.