27
Commentaires

Violence scolaire : un prof conteste un reportage de TF1

Ce n'est pas un bidonnage, mais certainement un montage hasardeux. Un enseignant, interviewé dans un reportage diffusé mardi 23 mai au 20 heures de TF1, a contacté @si car il a eu la mauvaise surprise de se voir témoigner dans un montage sur la violence scolaire... alors qu'il n'en a jamais été victime. Joint par @si, le journaliste de TF1 rejette toute volonté de manipulation.

Derniers commentaires

Histoire curieuse .
Donc ce prof n'a jamais connu ni insultes ni violence .
Doit être bien noté j'espère .
PS : vaut mieux se méfier des gros médias .Sont pas là pour l'info mais pour faire de l'audience, du fric quoi .
Si vous n'avez rien à vendre, envoyez les balader quand ils vous contactent. Vous ne serez jamais gagnant.
Ne vous déplaise Monsieur Daniel... :-)
Paroles d'expérience et de pro.... re :-)
Mais alors s'il n'a pas été insulté, pourquoi le dit-il dans une de ses phrases ???

Il faut faire attention au moindre mot quand on parle à la presse.

Quant à ce qu'un syndicat ait transmis son numéro sans lui demander son avis, a priori, cela m'étonne aussi... La démarche du miens est tout autre : quand la presses cherches des témoignages,elle contacte le syndicat puis il transmet à aux adhérents. S'ils ne répondent pas, ils ne sont pas désignés d'office...
je suis nouveau, alors bonjour à tous,


Le problème c'est la perception de la Télévision et des images produites. A partir du moment où il y a du montage, une voix off et de la musique, une durée limitée on bascule dans les codes de la narration d'une belle histoire, aussi proche soit-elle de la réalité. Il faut abandonner l'idée d'un journal Télé, mais parler de fiction d'après le réél. On accepte d'être interviewé en sachant que le discours sera fictionné.
bonjour et bienvenue
bon ben alors, arrêtons les montages, les voix off et la musique puisque visiblement ça n'offre pas la possibilité d'informer (ou de fournir un discours non fictionné)

j'adore l'expression "discours fictionné" ça me fait penser à la novlangue pédagogique: "référentiel bondissant, géniteur d'apprenant, apprenant en réussite différée etc). tu as fait une école de journalisme (ou d'audiovisuel) ?
Je ne suis pas d'accord du tout : on peut s'approcher de la réalité avec un montage honnête, une voix off qui ne ment pas, une musique adaptée et même avec une durée limitée.
Reprocher à la forme seule de dénaturer le fond, c'est une approche qui me semble tout à fait incorrecte.

Il est vrai que la forme devrait toujours s'adapter au fond, mais un cadre défini, aussi court soit-il ne conduit pas nécessairement à la malhonnêteté et peut même pousser à la créativité.

On n'accepte pas d'être interviewé quand on sait qu'on ne peut pas faire confiance à celui qui nous interview.

(Sinon, bienvenue au fait ^^)
Le problème ce n'est pas celui qui fabrique le reportage ou bien celui qui est interviewé, c'est la manière de recevoir le message par le Téléspectateur : ce qui est dit au au journal Télé sur un sujet, devient un Principe général : c'est dans la nature même de l'outil.

Dans le reportage en question, personne ne remet en cause le fond, mais la forme. En cherchant bien TF1 aurait pu trouver dix autre prof avec les mêmes réponses.

Pour répondre à Winston Smith, non je n'ai pas fait d'école de journalisme ou d'audiovisuel mais je travaille avec les images.
Le reportage est peut-être cohérent, mais, factuel, apparemment, beaucoup moins! Remarquez, j'ai l'impression que ce genre de manipulation par touches plus ou moins appuyées me semble plus fréquent qu'on ne l'imagine. J'ai moi-même été victime d'une manoeuvre similaire, mais heureusement, le résultat n'était pas particulièrement négatif, donc, je n'ai rien dit. Mais, on a aussi intégré dans un reportage une interview que j'avais donnée 3-4 mois auparavant sur un sujet parallèle. Je pensais donc participer à un reportage sur un thème et me suis retrouvée à "m'exprimer" sur un autre thème, certes lié à celui pour lequel j'avais été sollicitée, mais quand même différent. Mais, il reste quand même un arrière-goût amer lié à l'impression de s'être fait utilisé et manipulé. J'ai subi une autre tricherie de la part d'un autre journaliste, une année auparavant, beaucoup plus grave et qui m'a presque coûté mon poste à l'époque. En effet, il m'avait attribué des propos en citations directes que je n'avais jamais tenus, mais qu'il avait effectivement tenté vainement de me faire dire pendant l'entretien téléphonique. Autant dire que maintenant, je fais beaucoup plus attention.
Le petit journal de canal plus a encore bidonné une séquence il y a peu, Arte vient de censurer des propos dans un documentaire, et revoici une manipulation éhontée de TF1.

Le gros problème, à mon avis, c'est qu'il n'y a aucun contre-pouvoir à la télé pour dénoncer ces bidonnages propagandistes, cette même télé qui ne cesse de dénigrer l'information sur internet...
Les putes de la télé peuvent donc continuer à désinformer à tout-va, elles ne seront ni sanctionnées ni contredites.

En fait, ce qui pourrait arriver de mieux à la télé, ce serait qu'@si y revienne... On peut rêver, ou pas ?
au delà de la critique légitime de bidonnage, j'ai trouvé le reportage plutôt conforme à la réalité (ce qui est plutot rare quand TF1 parle de l'école)
par contre une critique fondamentale n'a été relevée par personne.
TF1 ne dit pas que ce qui est dénoncé par le reportage n'existe que depuis 2 ans grace à Luc Chatel.
En écoutant le reportage on a l'impression que ça a toujours été comme ça.
C'est rien de moins qu'un mensonge par omission commis de manière tout à fait délibérée.
je vous dis que contrairement aux apparences la presse mainstream reste profondément sarkozyste
Que dire d'autre si ça n'est que "tout peut être dit grâce au montage"... ??? En tout cas, une attitude :
Suivre les conseils de Winston Smith
Géniale, la défense "c'est cohérent", plus rien n'a besoin d'être véridique!
règle n°1 : n'acceptez jamais d'interview pour TF1
règle n°2 : n'acceptez jamais aucun interview télé sauf éventuellement pour France3 région (et encore ....)
règle n°3 : bien écouter Lordon avant d'accepter de venir sur un plateau de talk shaw, ce qui revient à dire que vous refuserez
règle n°4 : enregistrez-vous vous même et balancez sur dailymotion puis envoyez l'URL à la presse

en ce qui me concerne je me suis déjà fait avoir 3 fois (sur 3 :p ). Je me suis toujours fixé le chiffre 3 comme limite. Il n'y aura pas de 4° tentative.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.