474
Commentaires

Villepin-Sarkozy : la ligne j@une de la folie ?

Ils se le murmurent entre eux. Ils se répètent, faussement terrifiés, les menaces les plus sanglantes de l'un contre l'autre. La plupart des journalistes politiques français savent bien que la relation Villepin-Sarkozy est irrationnelle, tissée de haine pure.

Derniers commentaires

Quand Montvalon parle de fascination de la part de la gauche pour Sarkozy, je suppose qu'il parle de certains politiciens ..car je peux lui assurer que le peuple de gauche n' est nullement fasciné par ce président!!!
Secondement , si les journalistes se laissent insulter, tant pis pour eux s'ils perdent des lecteurs. Comment faire confiance à un journaliste qui accepte d' être humilié, rabattu à une pauvre chose. Devant l'insulte, on part: c'est simple...

arie
Sur la chute des ventes de Marianne, je dirais que les articles inacceptables sur le 11-Septembre, notamment ceux de Bénédicte Charles, ont certainement eu un effet désastreux. Cela m'a personnellement décidé de ne pas renouveler mon abonnement, et je connais d'autres personnes qui ont fait de même.
Gérard M. Spicoloque
C'est peut-être tard pour donner un point de vue! Essayons quand même.Je suis psychologue clinicien et je me suis pas mal intéressé aux personnage historiques qui ont dirigé des pays, et ont été diagnostiqué "fou",c-à-dire psychotique ( n'ayons pas peur des mots) par exemple, comme Louis 2 de Bavière. Ce dernier a fini noyé dans un étang avec le psychiatre qui voulait le soigner, et qu'il a englouti avec lui. Faut dire qu'il était un peu plus costaud que Sarko! Il faisait construire des châteaux--style walt Disney-- encore visible aujourd'hui, avec l'argent du contribuable; Avait nommé son cuisinier 1° ministre,et ne sortait jamais de ses donjons (peur des femmes!)
La question qui se pose c'est: "En quoi la folie de Sarko est contagieuse pour le bon peuple que nous sommes?" Je m'explique. Après tout, un fou ne me dérange absolument pas; j'en ai côtoyé quelques uns (j'ai 63 ans:20 ans éducateur,20 ans Psycho. un "chouilla" psychanalyste). Ce qui pose problème c'est la place où il se trouve. De là, non seulement il dicte sa loi, l'impose, manipule sans vergogne; mais qui plus est, il sert de modèle à nombre de nos concitoyens, qu'il arrive à fasciner, vous l'avez dit dans l'émission (c'est d'ailleurs le propre de la folie de faire peur, et en même temps de fasciner). Qu'il serve le capitalisme ne fait aucun doute, mais faut voir comment...même eux ne s'y retrouvent plus!
Désolé pour l'aspect didactique de mon texte,mais la question posée par "ligne jaune" est sérieuse! Effectivement elle aurait mérité qu'un Psy se mouille, pour laisser les journalistes faire leur boulot...ce qu'ils font d'ailleurs très bien à mon goût (je parle de toute l'équipe d'Asi).
Mais les psy ne veulent généralement pas sortir de leur nuage...tant pis.
Chavez imite de plus en plus Castro dans sa main mise sur les médias.
Je crois que il en fait vraiment trop.
Le delai officiel pour l'appel par le parquet a expiré....

On devrait en savoir plus dans les heures qui suivent..

Allo Denis Robert, zavez des nouvelles de votre avocat??
Pourquoi ne pas avoir invité un pshy?
Bon, juste un petit post pour signaler que Jeanphi a à mon sens soulevé un lièvre plus qu'intéressant.
Sans être "chaviste" ni anti - précision qu'il convient de faire, apparemment -, les commentaires qui ont suivi, notamment de Djac Baweur, Sleepless, Arya etc, m'ont semblé être ultra-pertinents quant à, effectivement, le degré de profondeur accordé aux sujets traités par @si.

Nous avions déjà eu une réponse de Daniel Schneidermann, que je n'ai pas oubliée: le choix des sujets et leur priorité établie en fonction des moyens et de l'effectif du site.
Je pense qu'elle est aussi valable, j'imagine, dans ce cas de figure. Que le site ne peut explorer forcément tous les méandres en profondeur des sujets décryptés, faute de temps, de moyens, d'effectif. Comme le disait Danette ci-dessus.
Déjà, 3 émissions pour le prix d'une, je trouve ça plus que positif: nombre d'autre sites d'infos ou de décryptage se contentent, pour le même prix et parfois bien plus d'abonnés et de moyens, d'articles et de chroniques.
Je ne dirai donc pas que je suis déçu par @si, puisque c'est le contraire, en fait, et ce, malgré ce que je dis parfois.

En revanche, il est aussi vrai que, pour rester dans le cadre et les moyens du site, inviter, comme il est dit plus haut, des personnes du Monde Diplomatique ou des sociologues. Où préciser s'ils n'ont pas souhaité intervenir ou fait suite à la demande.

S'il n'y a pas moyen, peut-être aussi le préciser dans un "chez nous" par exemple.

Sans être catalogué de manière surprenante, comme l'a justement signalé Sleepless ci-dessus, parce-qu'on met en lumière un point d'actualité, c'est peut-être possible ?
Il se trouve que je pense que Chavez effectivement pris part à la fermeture des chaines Vénézueliennes. Il est au pouvoir, des chaines ferment, il ne dément pas...
Toute information complémentaire est bienvenue à ce sujet. À l'heure qu'il est, je n'ai pas trouvé plus.
Une émission un peu décevante au vu de la richesse potentielle du sujet et de ce qu'il révèle de la psyche des deux protagoniostes.

Il y avait surtout une ligne jaune que seul Dominique de Montvallon a timidement aprochée , sans que personne ne rebondisse dessus : le fait que le caractère radical et (apparemment) irraisonné de la haine que porte Nicolas Sarkozy à Dominique de Villepin s'explique en grande partie par le rôle que le premier ferait porter au second dans sans déboires conjugaux et/ou leur colportage dans le tout Paris.

"En 2004 il (Nicolas Sarkozy) est l'objet de deux machinations. La première c'est l'affaire Clearstream, qui vise à faire croire qu'il possède des comptes bancaires à l'étranger, et qui rebondira spectaculairement en 2006. La seconde tient en un dossier monté par une officine qui atterrit sur le bureau de Cecilia : on y parle des voyages de Nicolas Sarkozy en Corse et à Nice, en galante compagnie. Cecilia décide de rompre et de rejoindre le publicitaire Richard Attias....Les rumeurs sur sa vie privé, écrit Catherine Pegard dans le Point du 15 janvier 2006, il ne les pardonnera jamais. Pour Nicolas Sarkozy, l'initiateur de ces basses manoeuvres ne peut être que son ennemi juré, le premier Ministre, Dominique de Villepin, avec l'aval de Jacques Chirac"
Histoire secrète de la 5è république Editions de la découverte 2006

Cette thèse on la retrouve à plusieurs reprises en filigrane dans des articles de presse sur les deux hommes. Elle ne peut pas être connue de la plupart des journalistes de la place de Paris, et elle est cruciale pour comprendre le caractère impitoyable de l'acharnement de Sarkozy contre Villepin (et à mon sens beaucoup plus compréhensible par tout un chacun s'il s'avère qu'on s'est effectivement également attaqué à sa famille, même si le mode de retorsion revient à une instrumentalisation malsaine de la justice par l'executif).

Ma question est donc : si elle est connue, vraie ou fausse, pourquoi n'est-elle pas abordée clairement, ne serait-ce que deux minutes dans une émission qui questionne les racines de la folie entre deux hommes.

Parce qu'evoquer le sujet de la famille du président, c'est entrer sur un territoire radioactif, entrainant des mesures de retorsion de la part de l'elysée? (et la on a une véritable et absolue ligne jaune)

Parce que evoquer cette histoire, c'est redonner le mauvais rôle à Villepin, la nouvelle star du jour de tous les opposants à Sarkozy qui veulent le voir perdre la présidentielle de 2012?

Parce qu'on est en face de la vieille tradition française de pudeur concernant la vie privée, même si celle ci peut éclairer des zones d'ombres importantes de la vie publique?

Ceci me laisse assez perplexe...
Eh eh...
Dites moi, Jeanphi, si j'ai compris.
Votre sujet - parce que la ligne j@une est une émission, pas un article, il faut la pitcher ; - ) - c'est, en gros, comment les médias français (anciens et nouveaux) traitent - mal - de Chavez ? C'est bien ça ?
Autant vous dire que je me sens encore plus incompétent que sur les souffrances animales, le cash-back et le climat réunis ;-)
Ma proposition d'émission


Titre :
"Vénézuela : la technique du trapèze fait dérailler la Ligne Jaune"


I/ Dans la peau d'Hugo Chávezich

Point de départ de l'émission, l'article d'Audrey Fournier publié le 20 janvier 2010 dans le Monde.fr et intitulé :
"Pour Hugo Chávez, les Etats-Unis sont responsables du séisme".
http://news.blog.lemonde.fr/2010/01/20/haiti-et-ses-amis-venezuelien-et-cubain/
.......extrait : "Plus inattendu, M. Chavez soupçonne Washington d’être directement à l’origine du séisme. Selon le quotidien espagnol ABC, la télévision d’Etat vénézuélienne a récemment retransmis des propos du président évoquant “un test de la marine américaine”. Le test en question serait ni plus ni moins celui d’une “arme secrète” capable de provoquer des tremblements de terre. Pour la télévision russe Russia Today, qui s’amuse de la paranoïa vénézuélienne, l’administration du président Chavez est convaincue que cette arme est testée pour être, à terme, utilisée contre l’Iran."
Ancien élève de Sciences Po, Audrey Fournier a été consultante en analyse financière et chargée de relations Médias avant d'être journaliste pour LeMonde.fr

Nicolas Moscovici, journaliste pour le Journal Du Dimanche et blogueur, reprend l'information le 22 janvier 2010 sous le titre :
"Haïti: Les divagations de Chavez"
http://www.lejdd.fr/International/Ameriques/Actualite/Haiti-Les-divagations-de-Chavez-166843/
.......extrait : "Celui qui déconseille à ses concitoyens de chanter sous la douche - pour économiser l'eau - ou qui leur recommande de ne pas acheter des cadeaux de Noël aux enfants - pour endiguer "la folie consommatrice"- n'en est donc pas à une élucubration près. Cette dernière sortie d'Hugo Chavez pourrait même prêter à sourire si le peuple haïtien n'était pas confronté à un drame aussi épouvantable (selon le dernier bilan officiel, plus de 75 000 personnes ont trouvé la mort dans le tremblement de terre)."


II/ L'attaque des dérailleurs de train.

Le même jour que la parution de magnifique article de Nicolas Moscovici, Thierry Deronne, un journaliste belge résident au Vénézuela, vice président de Vive TV (une chaîne nationale culturelle et éducative Vénézuelienne), dément l'information sur le site Legrandsoir.info :
"Haïti : nouveau délire du "Monde" contre Chavez"
http://www.legrandsoir.info/Haiti-nouveau-delire-du-Monde-contre-Chavez.html
.......extrait 1 : "À aucun moment Audrey Fournier n’a cherché à vérifier à la source. Ce faux lui permet de nous expliquer que "La volonté d’Hugo Chavez de contester le leadership américain dans la gestion de la crise, en allant jusqu’à l’accuser d’être responsable de la catastrophe, s’inscrit dans une tentative de longue haleine du Venezuela d’étendre son influence sur la région Caraïbe."
Mensonge d’autant plus obscène (il a également circulé dans les colonnes de ABC (quotidien de droite espagnol) ou dans une news de "Russia Today") que le Vénézuéla n’a pas attendu les tremblements de terre pour découvrir le peuple haïtien, poussant un certain Bill Clinton à saluer il y a quelques mois son aide désintéressée."

.......extrait 2 : "Pendant ce temps les États-Unis installent sur place une base militaire de plus qui n’a bien entendu aucun lien avec le coup d’État au Honduras, ni avec les sept bases US en Colombie, ni avec les prochaines élections en Haïti, ni avec l’avancée des forces de changement au Venezuela et dans le reste de l’Amérique Latine.
Avec la nouvelle génération de "petits soldats" formatés par les "bonnes écoles de journalisme", la relève de Jean-Pierre Langellier et de Bertrand de la Grange est en tout cas assurée au Monde, au-delà de toutes les espérances."


Le 31 janvier, sur le site Acrimed, Henri Maler, Maître de conférences à l’Université de Paris 8 et co-animateur d’Acrimed, explique en détail comment la fausse information est arrivée sur le site du Monde.fr dans :
"Secret des sources ? Une introuvable déclaration « paranoïaque » d’Hugo Chávez",
http://www.acrimed.org/article3299.html
.......extrait 1 : "Où et quand Hugo Chávez a-t-il tenu les propos qu’on lui prête en lui attribuant un texte qu’il n’a pas signé ? Le Monde.fr le tient de source sûre, du moins le croit-il : « Pour la télévision russe Russia Today, qui s’amuse de la paranoïa vénézuélienne, l’administration du président Chávez est convaincue que cette arme est testée pour être, à terme, utilisée contre l’Iran. »
(...)Peu importe au Monde.fr. Le « quotidien de référence » reproduit la vidéo de cet « amusement » de Russia Today (RT), une chaîne de télévision d’information continue russe lancée en 2005 par l’agence gouvernementale RIA Novosti."

.......extrait 2 : "Reste un petit problème dont la journaliste du Monde.fr ne s’est manifestement pas inquiétée. En effet, si la vidéo en question, diffuse un commentaire (apparemment enregistré à Los Angeles) qui attribue à Chávez les propos controversés, il est impossible d’entendre ces derniers : les images montrent seulement Chávez intervenant devant un parterre de civils et de militaires.
Pis : Grégoire Souchay, dans un article publié sur le site « La Revolución Vive » (sous le titre « Le Parti de la Presse et l’Argent déclare la guerre à la nouvelle “conspiration chaviste” ! »), a établi que le commentaire en voix off s’impose sur « des images de Chavez datant du 30 décembre dernier qui traitaient... du bilan de la politique énergétique pour 2009. »
Or, écrit Grégoire Souchay, « après vérification attentive, Hugo Chávez n’a fait AUCUNE déclaration ou allusion sur une quelconque responsabilité américaine dans le déclenchement du séisme. »"


Résumé de ce qu'ont découvert Deronne et Maler :
Audrey Fournier a repris, sans le vérifier, un article du journal espagnol de droite ABC, qui attribuait arbitrairement à Chavez les affabulations d'un journaliste de la RNV (Radio Nacional de Venezuela) publié sur le site de Vive TV (télévision étatique vénézuélienne).
La journaliste du Monde agrémente l'article d'une vidéo Youtube, dans laquelle la chaîne Russia Today relaye la fausse information, l'illustrant d'images de Chavez tenant un discours sur bilan de la politique énergétique pour 2009 face à un parterre de militaires.
A Nicolas Moscovici d'écrire alors : "« A la tribune, devant un parterre de militaires et dans des propos relayés par la télévision publique ViveTV, Hugo Chávez a étayé sa démonstration en affirmant que "la semaine dernière, les tests américains ont provoqué un séisme de magnitude 6,5 sur l’échelle de Richter dans la ville d’Eureka, en Californie, sans faire de victimes".



III/ La technique du trapèze

Le hasard faisant bien les choses, le jour même de la parution de l'article d'Audrey Fournier, Grégoire Souchay (@sinaute par ailleurs) et Thierry Deronne publiaient cet article visionnaire sur Jean-Pierre Langellier, "spécialiste" du Vénézuela pour le journal Le Monde :
" "Le Monde" : Jean-Pierre Langellier procède à une nouvelle dévaluation du journalisme "
http://www.legrandsoir.info/Le-Monde-Jean-Pierre-Langellier-procede-a-une-nouvelle-devaluation-du-journalisme.html
.......extrait 1 : "Les coupes claires dans le poste « international » des médias obligent à de périlleuses acrobaties. Par exemple, « Informer » sur le Venezuela de Chavez depuis... Rio de Janeiro (soit à 4500 Km de distance...). Cela ne semble pourtant pas effrayer le trapéziste Jean-Pierre Langellier. D’autant plus que le filet est solide : 99 % des médias du Venezuela et du monde le confortent d’avance dans son aversion pour Hugo Chavez et son « socialisme du XXIème siècle »."
.......extrait 2 : "La technique du trapèze est simple et nécessite une simple connexion internet : papillonner de thème en thème, reprendre les « informations » des médias d’opposition (majoritaires au Venezuela), refuser le droit de suite au lecteur, ne jamais enquêter sur les réformes en cours."


Je ne suis pas journaliste (je suis monteur), mais il me semble qu'à partir de l'article d'Audrey Fournier et de ces 2 derniers petits extraits, vous pourriez animer un débat très intéressant sur l'aversion présumée des médias Français à l'égard du président Chavez.
A-t-on affaire au malheureux résultat des coupes drastiques dans le budget des envoyés spéciaux ou à un nouvel épisode de la curée médiatique anti-Chavez ?
Et si curée médiatique il y a, de quoi est-elle le nom ?

A ma connaissance, Audrey Fournier et Nicolas Moscovici n'ont toujours pas rectifié le tir.

Liste d'invités possibles en fonction de chaque camp :
- Audrey Fournier (ou son représentant), Nicolas Moscovici, Jean-Pierre Langellier, Gérard Thomas, BHL, Michel Faure, Bertrand de la Grange pour le camp des gens vrais.
- Henri Maler, Maurice Lemoine, Renaud Lambert, Thierry Deronne et Grégoire Souchay (mais ils sont au Vénézuela semble-t-il), Serge Halimi (on peut rêver), Michel Collon, Maxime Vivas, Lucho Ziegler, Salim Lamrani pour le camp des "critiques radicaux".


Ci-dessous de quoi étayer le débat.
Une très bonne ligne jaune avec un très bon Guy Birenbaum et des invités qui jouent le jeu.
J'avais du mal au début avec la ligne jaune mais je commence à vraiment apprécier Guy et ses questions faussement naïves.
Ca change de Daniel Schneidermann qui m'apparait de plus en plus trop sur de lui et qui semble avoir un os à ronger.
Alors que Guy a l'air de chercher une réponse à travers ses invités, Daniel me donne l'impression de connaitre déjà la conclusion et de ne vouloir qu'une chose, que ses invités suivent sa pensée.
Merci Guy pour cette bonne émission! Mais... le débat n'était pas "villepin-sarkozy : la ligne jaune de la folie"? Parce que le cas De Villepin-sarko a quand même été mis de coté dans cette histoire...

Je sais bien que le personnage Sarkozy est tellement hallucinant qu'il est nécessaire de prendre son temps pour en parler : d'une part il est président, d'autre part il tisse des relations étranges avec les journalistes, ces adversaires politiques etc (A ce titre, je reste très troublée par le "si vous saviez tout ce qu'il a dit à de nombreuses reprises aux journalistes...1 milliard de choses insensés sur tous les sujets..." Enfin, c'est la vie.. ).

Mais, sur les relations "passionnelles" De Villepin-Sarzo et sur De Villepin et sa propre folie, on apprend pas grand chose... (Ha si pardon, on apprend que si De Villepin est sur la scène médiatique, c'est parce qu'il manque de voix antisarkozistes. He làà.. je ne comprend plus rien! Parce que justement le "vous etes antisarkozyste" ne cesse de raisonner dans les médias à chaque critique des choix gouvernementaux, comme le démontre les propos à l'encontre de ton invité bloggeuse dans ton émission précédente. Enfin, c'est une autre ligne jaune tout ça, alors passons).

Donc revenons au sujet de cette semaine : Guy, je suis frustrée!!!
Je n'ai rien appris de très claire sur la folie de De Villepin et sur la relation de folie qu'entretiennent ces deux hommes politiques, tous deux grands manipulateurs.
Alors bon : soit je n'ai tout simplement pas tout compris ; soit je faisais un petit voyage dans un autre espace temps à ce moment là...


Enfin, comme je suis une optimiste de caractère, je t'envoie Mon cher Guy un grand merci car, même si je n'ai pas plus d'info sur le sujet de la semaine, j'ai néanmoins pu relever une ligne jaune entre journalistes et lecteurs.
super l emission , ce qui est dit l' est certainement bien dit vu les invités de haut vol sur le plateau. On en apprend un peu , mais , c'est justement quand ça devient intéressant , qu ' on ne peut pas en dire plus , tout en prétendant que le off est une pratique qui n ' existe plus.
J ai essayé de suivre la saga clearstream , mais j 'ai un métier , et j'ai besoin de mes huit heures de sommeil .
Par contre , il me semble que Sarkozy est très habile pour ecarter ses rivaux potentiels comme strauss-khan en l envoyant de l autre coté de l atlantique ; récemment , en proposant un poste au gouvernement à juppé ; de même , que villepin soit inéligible doit très bien arrangé sarkozy .......
Je n ai pas compris les propos relatifs aux apparitions et intentions des deux protagonistes à la suite du procés ; en effet, les deux , qu' ils soient à l origine ou pas des peaux de bananes sous les pieds de l' autre, quel autre argumentaire peuvent ils developper sinon accuser l autre d ' en être responsable .
Pour la réponse à la question de fogiel qu ' on peut comprendre , mais sans oublier que Sarkozy doit savourer la puissance du pouvoir que lui confère sa fonction, sachant que son interlocuteur ne pourra pas lui répondre .( A savoir les charges subies par celui qui n avait qu' écrit les propos du président : " casses toi , pauvre con ") .
Par contre , que les emballements verbaux de Sarkozy soient le fruit du relachement de son tempérament ; j 'ai du mal à le croire , imaginant le controle sur ce même tempérament qu'il a du avoir tout au long de son parcours jusqu' au graal , le trône du président ; à moins que d' être réélu soit le dernier de ses soucis , n' est ce pas naif de croire que Sarkozy puisse agir sans avoir calculer le bénéfice qu' il pourrait en retirer pour son image , converti electoralement en voix supplémentaires .
N' est ce pas la finalité de chacune de leurs apparition au détriment justement de la politique , avec comme conséquence , un désintérêt pour celle ci par le " peuple " , de même que pour les journaux qui s' en font l'échos . D' ailleurs , qui sert qui dans cette histoire, les politiques les journalistes , ou le contraire ; le jour où les journalistes comprendront que les politiques ont plus besoin des journalistes que l' inverse , ceux ci arrêterons de leurs passer les plats.
ciao et bonne nuit
thierry
Bonjour,
J'ai regardé dernièrement sur la chaîne Histoire, une émission sur la Grèce Antique. A cette époque, les empereurs n'hésitaient pas à faire assassiner frère, père, mère ou amis pour détenir ou conserver le pouvoir. Le commentaire final était "qu'en ces temps révolus, l'assasinat politique était monnaie courante". Je ne suis pas sûre que ces temps soient si révolus que ça. On peut se poser la question !!
L'intervenant du journal Marianne nous dit qu'il connaît Monsieur Sarkozy depuis 25 ans et celui du Parsien qu'il ne révèle pas au Public le 1000è de ce que, prétend-il, dit ou aurait dit Monsieur Sarkozy, tout cela démontre bien l'inanité du "débat" politique. Le journalisme de connivence amène comme le dit Monsieur de Monvallon au désintérêt croissant de la population pour les médias en général, HADOPI n'y changera rien. Comme nous le savons, les journaux papier sont entièrement dépendants des aides publiques ou des marchands de canon comme Monsieur Dassault, mais la jeune journaliste qui travaille pour le Figaro, le sait-elle seulement ? Le jour où la Vè République sera vraiment en danger, bien peu de gens se lèveront pour la défendre. Le monde des médias se trouve dans la situation de la sidérurgie des années 1970. Faillite intellectuelle, faillite économique, faillite financière. Les générations futures devront réinventer leur devenir et oublier ces perroquets tes Alain Duhamel ou JM Apathie...
Si sarko n'est pas fou ? alors ce sont nous autres qui sommes fous ! Fous d' accepter cette façon de faire de la politique. Lorsque je vous écoute, messieurs les journalistes, je crains que nous ne vivions pas sur la même planète ?

Cette façon de laisser faire, ne vous honore guère, même si je comprends, comme cela est dit à un moment " que c'est difficile ? ! " Cela est révélateur du climat, des méthodes régnant à la cour !


Fogiel a posé la bonne question, la réponse étant non ! je n'aurais pas épousé cet inculte qui me prend d'ailleurs pour une plante verte, ce que je m'efforce d'être ! voila ce que normalement carla devait dire ! Remarquez elle doit être bien payée pour cela ? à nos frais !

Il est temps de ramener la politique sur le terrain quelle n'aurait jamais dû quitter, celui des valeurs. Il ne manque pas de femmes et hommes politiques honnêtes voulant le bonheur de leurs concitoyens, prêts à se battre au sens noble du terme pour leurs idées et non l'inverse se battre pour leur ambition personnelle, leur égo démesuré, leur bêtise en somme.
Un truc assez pénible et récurrent : tout le monde parle en même temps, Guy Barembaum coupe la parole au milieu d'une question (dont j'aurais aimé connaître la teneur, mais son auteur l'a oubliée en cours de route), c'est fatigant pour ma petite tête...Dommage parce que l'émission et le thème était plutôt intéressant, mais ça me laisse une impression de pas finie...
A part ça, que Sarkozy soit un malade mental (et non pas fou, ce serait dénigrer la folie...), pour moi, nul doute...et pire que ça sans doute, un dictateur en puissance.
Très intéressant de constater que les divers participants font, en quelque sorte à leur insu, en ce qui concerne Nicolas Sarkozy le portrait précis et détaillé d'une pathologie qui n'est effectivement pas considérée par les spécialistes comme une psychose par exemple (qualifiée de "folie" dans les interventions), mais comme de la perversion narcissique. (cf les ouvrages de Hurni et Stoll, Nazare-Aga). Il serait à cet égard intéressant de faire intervenir un spécialiste de cette pathologie (ils ne sont pas légion, il faut le reconnaître), en lui faisant visionner les débats. Son diagnostic serait probablement sans appel.
Quant au refus des journalistes d'aborder leur travail sous l'angle psychologique, on peut le comprendre dans le sens de leur manque de formation dans ce domaine. Mais n'aurait-il pas été sain pour l'Allemagne que la personnalité d'un Hitler soir décryptée, avant même les dégâts irréversibles dont elle allait être l'origine, de même pour un Staline et l'URSS?
A quand un permis de gouverner pour les candidats aux élections diverses, délivré par une sorte de Haute Autorité comptant en son sein des psychologues au fait du problème comme un permis de conduire pour les automobilistes? Mais il faudrait aussi délivrer le même type d'habilitation aux enseignants pour écarter de l'éducation nationale ou de l'enseignement du catéchisme les pédophiles par exemple, exclure des postes de chefs les persécuteurs, destructeurs pour certains de leur subordonnés.... Vaste programme!
Il suffit que l'invité ne s'habille pas en sombre ;-)
Bonsoir,
J'ai une requête à formuler: pourriez-vous améliorer l'éclairage de vos plateaux. Quand un invité porte un vêtement sombre, on ne voit que sa tête émerger d'une masse sombre. Je n'ai ce problème qu'avec la "ligne j@une" et "arrêt sur image". Merci mille fois.
Villepin et Sarkozy ? Ils tomberont d'accord ou ils tomberont tous les deux. Et je penche pour la deuxième hypothèse.
Je suis "pris la main dans le sac" ? "Pas vu pas pris" ?
Pouvez-vous me dire en quoi consisterait d'après vous le "courage" ?
Allez dites-moi tout ;-)
arret sur une phrase ....

Arret sur images deviendrait-il le site vidéo de Marianne.

pour la psychologie des marionnettes voici quelques références

http://www.integralpersonality.com/IPBlog/archives/328-Nicolas-Sarkozy.html
http://www.davinciblog.com/2009/05/ennéagramme-de-bruni-sarkozy.html
http://www.davinciblog.com/enneagramme_type_8/
http://www.wat.tv/audio/enneagramme-connaissance-soi-czmn_dn59_.html
http://www.meditationfrance.com/dossiers/07sarkozy-royal.htm
On se surprend à sourire sardoniquement quand, au détour d'une phrase, M. Szafran fait semblant de regretter la "psychologisation" du commentaire politique, alors que son sac-à-pub de niouze/magazine (environ 15% de sa surface éditoriale) en rajoute une grosse louche chaque semaine, à coups de Unes plus racoleuses les unes que les autres (voir une passionnante étude à ce sujet sur le site d'Acrimed) surtout en saison de plages et de monokinis!...

Il se fait gloire de figurer parmi les "quatre grands hebdomadaires" faiseurs d'opinion dans notre cher et vieux pays.

Heureusement, d'autres ont une approche plus sérieuse de l'actualité, c'est sans doute la raison pour laquelle ils sont constamment ostracisés dans les revues de presse matinales des médias dominants. Je pense à "Politis" et au "Monde Diplomatique" qui respectent leurs lecteurs en leur proposant des articles documentés s'appuyant sur d'autres ressorts que le "storytelling" à la mode.
Je n'ai vu que les 47 premières minutes, aussi ce que je vais dire ici peut s'avérer faux, mais j'ai l'impression que le sujet du débat (la santé mentale de Sarkozy et Villepin) n'a pas été traitée aussi profondément qu'il le méritait.

Ce n'était pas la faute de Guy, qui, il me semble a souvent essayé de relancer sur ce sujet ; mais les journalistes n'arrivaient pas à traiter cet aspect. Ils revenaient toujours sur l'affaire des listings ou sur x a-t-t'il fait un bon coup de comm etc ...
Peut-être parce qu'ils ne sont que journalistes (et pas psy) et qu'ils leur manquent les outils intellectuels et les concepts nécessaires.

Je trouve cela bien dommage, car il me semble que c'est une question vraiment importante à se poser.
Oui, donc, cela me parait un sujet essentiel.
Même si les journalistes disent que cela n'est pas nouveau et que tous y pensent en se rasant dès l'âge de 7 ans ...

Non pas la folie, car ce mot ne veut pas dire grand chose, mais sur la santé mentale, plus généralement, l'équilibre psychique, la capacité à garder son sang froid et à analyser les faits, prendre des décisions posées etc ... et non pas réagir et agir guidé par l'obsession du pouvoir ou son narcissisme (énorme).
Enfin, ces gens nous dirigent ! Ils prennent des décisions qui ont des répercussions sur notre vie !

Et ce n'est pas du tout un sujet "pipole". C'est au contraire très important et cela peut poser des vraies questions sur le fonctionnement de la démocratie etc ... Est-ce correct que notre système mette à notre tête des malades avides de pouvoir et imbus de leur personne ?
A ce titre, j'ai trouvé des intéressant la remarque du journaliste suisse qui racontait comment Villepin, même en tête à tête, continuait à se comporter comme une espèce de machine.
Bref, cela aurait le mérite de poser les bases d'un vrai débat.

Si cela vous intéresse, il y en a eu un, assez intéressant ici
Potlatch ? Le mot indien (sabir chinook) signifie à la foi cadeau (don) et poison. (cf Marcel MAUSS)
Mais n'est ce pas ce que vivent nos journalistes dans leurs rapports humains avec les politiques?
Ces cadeaux verbaux empoisonnés dont ils n'osent pas parler dans les médias par peur de perte de sources ultérieures??

Par ailleurs si je trouve passionnant l'analyse psychologique de nos politiques, comme le dit justement Dominique de Monvallon, attention de ne voir que cela dans nos dirigeants. On en oublie le fond des problèmes.
Se pose la question de savoir si le machiavélisme politique ne cherche pas la mise en scène psychodramatique au détriment du débat politique vrai....
J'ai la conviction que la dame du Figaro n'a aucun souci à se faire. Elle va garder sa place.Avec en plus une petite légion d'honneur dans la prochaine fournée. Une chose m'a parue exacte ,c'est que toute la rage que suscite Sarkozy bénéficie à Villepin en ce moment.
acte 5, 13,38. je n'irai pas plus loin. L'ultime question posé au "cercle", je m'en passerai.

Aux journalistes soit dit en passant: faut-il leur rappeler qu'il n'y a pas de questions inconvenante pour un journaliste! A fortiori dans le contexte du mariage expresse bling et disney avec mannequin pop et message reviens moi... comme il a été d'ailleurs souligné. Seule la réponse était inconvenante (et justifie la question au passage) : car les mimiques et les propos en réponse de Carla Bruni étaient on ne peut plus claires... ou ambiguës comme vous voulez.


Je suis grippée donc même si j'avais d'autres choses à faire aujourd'hui du fond de mon lit, cette perte de temps à écouter des boniments et des bonimenteurs contents d'eux-mêmes est d'une certaine façon utile puisqu'elle m'amène à un point de dévoilement auquel je ne serais pas parvenu autrement : je ne renouvellerai pas mon abonnement en mai ou juin. Je promets même de ne plus jamais intervenir, voire de ne plus vous écouter pour éviter toute tentation, car je considère qu'il ne faut pas déranger les gens qui pensent en rond -seuls ou collectivement- qu'il font du très bon boulot directement ou indirectement. Et que le lecteur c'est de la merde.

J'ai suffisamment exprimé mon ennui avec beaucoup d'invités... Retenez cette idée que c'est toute une profession qui doit s'interroger sur ses pratiques, ses désirs, ses contraintes et ses mentalités... A présent, il n'y a manifestement rien d'autre à ajouter si je ne souhaite pas sombrer dans la complainte permanente. Car ce n'est plus simplement s'emmerder, c'est maintenant souffrir. (Et pourtant il y a de telles perles de bonheur sur ce site!!!) Souffrez en retour que je parte sur la pointe des pieds d'ici quelques mois lors de la date de réabonnement. Sans m'expliquer davantage que je ne fais ici.

Je ne suis pas masochiste, j'ai été patiente, j'aime beaucoup et admire DS mais je considère que ça suffit. Alors G. B. vous me mettrez dans la case que vous voulez -par ex, populiste,... ce n'est même plus mon problème.
Paradoxalement, le moment que j'ai préféré dans l'émission, c'est lorsque Sylvain Besson nous dit benoîtement, au moment où le débat crochète par le laminage en règle de Bayrou par les exécuteurs de basse besogne Elkabbach-Cohen, que Si Bayrou se fait houspiller ainsi, c'est bien fait pour sa gueule, il l'a bien cherché, il avait qu'à pas mettre en doute sans arrêt la probité et l'indépendance des journalistes, qui sont des principes sacro-saint aussi immuables que la pesanteur, on le constate tous les jours en regardant la télé et en lisant les journaux !

Szafran a d'ailleurs bien rebondi dessus, en disant que c'est le genre de remarques qui signaient la perte des médias (et il a tellement raison ! Ras-le-bol du corporatisme et de la médiocrité soumise des médias de masse !). Malheureusement pas soutenu par les autres qui ont rien capté.

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Oups pardon, j'ai démonté la gueule de quelqu'un mais j'ai une excuse, c'était à moitié pour impressionner.

Sinon, j'ai une petite question : pourquoi, pour avoir raison ou pour excuser un comportement, doit-on réfuter ce qui est nouveau et valider ad vitam ce qui a déjà existé ? (cf. début de l'émission).
Acte 3 scène 10, 33 : '' je ne suis pas du tout entrain de défendre dominique de villepin" nous dit le brave endimanché.


Qu'il se rassure on s'en doutait.

Mieux l'emjabotté était tout juste entrain d'enfoncer le susdit suspect en reprenant, sans rien étayer, la théorie du complot politique ourdi contre (le pauvre sous entendu) Sarko...

Je pense qu'il (Villepin) a le bras enfoncé profond dedans (Cleamstreat) affirmait d'ailleurs l'endimanché à 9 et des poussières. Comme s'il y était autorisé .

Je lui suggère d'avancer des arguments sérieux car il y a tout de même d'un procès pénal (pas banal &) en cours avec un appel, pas banal non plus, en cours, une incrimination et des peines à la clé, certaines.

Et d'envisager aussi d'autres options par exemple. Une responsabilité de Sarko ministre de l'intérieur... par exemple, ou même la volonté farouche et illégitime d'exploiter une abstention politique pour en faire une montagne criminelle et neutraliser définitivement un opposant.

Peu importe : car tout est sur la table, sauf les intuitions non-argumentées! Intuitions sauvages et violentes dont on se passerait.

Non messieurs les en-Cours, ce n'est pas Villepin qui a gagné, c'est Sarko qui est entrain de perdre à force de vouloir trop gagner. Il y a rebattage des cartes à la clé pour une nouvelle partie. Qu'à cela ne tienne... La première n'a donc pas suffit au mauvais perdant qui risque de sortir une toute autre artillerie. Pourquoi ne nous en parlez vous pas? Après tout cela ferait des intuitions intéressantes...


Pathétiques, vos commentaires, je vous disais.
La lecture de la page 2 du canard enchaîné nous informe sur la véritable genèse de l'appel du procureur inféodé. On éprouve un vrai malaise devant les entourloupes de Sarkozy,devant la vulgarité et la haine de cet homme qui,décidément,n'a ni les qualités ni la hauteur d'un président de la REPUBLIQUE. On dirait plutôt un petit monarque vindicatif,complexé,qu'un orgueil démesuré étouffe.
Non je ne tiendrai pas ma promesse : acte 3, 6,4 ou quelque chose comme ça : mais pourquoi tout ce petit monde stupide d'invités, avec une unanimité touchante, trouve-t-il si inapproprié d'être "habité" par la mission ? Ou par un idéal? Si fou de passer sa nuit à écrire des poèmes.... Faut-il absolument la passer à enculer des mouches tsétsé ou des coquettes? Est-ce là plus virile? plus normal? plus rassurant?
Rendez-vous compte de l'ignominie de vos propos, de vos accusations, de vos suggestions ? N'y a-t-il aucune place pour la différence ? Et un être un homme politique, n'est-ce pas avoir une densité, une différence, quitte à ce que celle-ci signe aussi la limite.

La différence d'un Sarko, celle par laquelle il est arrivé au pouvoir, c'est celle de vous avoir séduit au sens le plus immédiat et prosaïque du terme : il vous a scotché avec ses audaces impertinentes et grossières, sans doute avez vous joui quand il vous insultait, exactement comme sont scotchées les donzelles par les mauvais garçons ou les promesses des hussards de régiment...

Alors effectivement, les propos d'un Villepin, le niveau de sérieux dans lequel il s'entretient, vous cela vous dépasse, c'est de la folie riez-vous coquettement, sans réaliser que cela peut correspondre à des aspirations réelles.. Toutes extraordinaires quelles soient.

Moi le père Villepin me fait peur pour son inappétence pour les choses intérieures, son peu de sens politique politicienne, pour son absence relative de la compréhension du danger politique (bref les quelques erreurs graves qu'il a commises) et il me scotche pour son sens de la politique internationale, son dessein et sa vision d'une France qui a quelque chose à dire et à montrer.

Même cette toute petite analyse vaut mieux que vos gaussements dubitatifs et vos bêlements moqueurs!!!

Finalement Sarko, toute la petite brochette journalistique du plateau l'a parfaitement méritée.
Désolée de revenir importuner, il semble aussi que je n'ai aucune chance de terminer de visionner l'émission : toujours... Acte 3!!!! Scène 6,32 cette fois, soit à peine une minute après ce qui a susciter ma précédente ire .... Bon que dit le bonhomme (je ne retiens même pas les noms...) : en substance, si tous les journaux sérieux font du politique people, c'est de la faute du lecteur qui n'est pas intéressé par la politique au sens noble. Pauvre monsieur... ne peut-il trente seconde s'interroger et se surprendre lui-même à inverser la donne : si l'on ne lit plus les papapiers de politique des grands média "sérieux", c'est bien peut-être parce que lesdits papiers n'en sont pas, des papiers ... politiques!!!! & digne de ce nom de politique. Il est vrai qu'avec des a priori cyniques n'exprimant que leur propre inappétence vis à vis du métier, (des a priori tels que l'idéologie a disparu), ils ne risquent pas de produire des papiers susceptibles de nous intéresser. les gens croquent du people politique faute de mieux, parce qu'il n'y a pas.

Et c'est bien pour cela que personne ne traite du sujet du jour à savoir villepin sarko fou ou pas fous. Non pas fous du tout!!! Idéologiquement totalement opposés cela oui, cela se creuse. Mais pour creuser il faut encore appréhender. C'est tellement plus commode de rester à la surface people vide et floutée des choses.

Carla n'évoquait-elle pas récemment l'écume des choses.... Ah ah! vous rendez-vous compte : se faire remonter les bretelles par Carla qui est l'écume même des choses, et pour moi citer la Première dame dans le texte./

Chose promise chose due, j'arrête je visionnerai désormais jusqu'au bout et sans plus m'interrompre au moindre de mes émois.
ha cette clique de journalistes sur plateau, et ça pérore, et ça piapiate ... on se croirait à la Closerie des Lilas, manquent plus que les tasses de thé et les macarons, même Guy en perd son sujet en route.
@Guy

"Le forum sert notamment à des mises en perspective." Dont acte. A quand une analyse de la raison pour laquelle, la vraie affaire Clearstream, celle de la chambre de compensation internationale située au Luxembourg, celle des frégates de Taïwan, celle qui fait que la grande majorité des chroniques / éditos / billets / articles semblent oublier un peu vite, pourquoi cette affaire là n'intéresse pas la majorité des médias français. Parce que cela n'intéresse pas les lecteurs / auditeurs / téléspectateurs, que c'est trop compliqué ? Moi aussi l'affaire Villepin-Sarkozy me passionne et mérite d'être décryptée (et @si joue ici son rôle), mais j'essaie de me mettre à la place de Denis Robert : quel doit être son écoeurement devant tout ce spectacle ! Attention je ne dis pas que l'affaire dans l'affaire ne mérite pas qu'@si s'y intéresse, au contraire, et je suis conscient qu'étant donné les moyens d'investigation (limités) d'@si vous ne pouvez pas tout traiter, mais voilà je souhaitais prendre un peu de recul sur tout cela...

PS : je me dois de signaler qu'à l'heure à laquelle j'écris ce billet, je n'ai pas encore visionné l'émission.
Dominique de Montvalon, celui qui pendant des mois est venu le dimanche soir nous prêcher la parole Elyséenne sur LCI...
ma petite contribution : je suis frappée par l'irréalité dans laquelle nagent ces braves invités, tous, hommes, femme aussi ( surtout?) sans même s'en rendre compte d'ailleurs, si bien que je me demande si d'un certain point de vue, ils ne sont pas au moins aussi fous que les politiques qu'ils suivent. Les aspects éthiques de leur profession leur échappent complètement, je pense particulièrement à leur dette, leur obligation, vis à vis du lecteur... Complètement à côté de leur pompes, très suffisants en même temps.. Lisibles et prévisibles comme du parchemin. Ils assènent ce qui les arrange comme des vérités, à la façon des clercs du haut d'une chaire, vérités qui ne sont que l'expression-verso des entraves et des limites morales/ethiques et intellectuelles qui sont les leurs.

Chacun apparaît avec pour but de protéger son job, très concrètement son job et son utilité, justifiant l'importance de sa contribution journalistique ou professionnelle, défendant ses partis-pris de compromission et de lâcheté, protégeant ainsi et l'argent et l'égo, habillant toute cette "merditude" sous les honorables couleurs de la défense de leur expertise, et ou de leur indépendance au sein de leur rédaction et in fine de l'indépendance de leur canard ... Pathétique.

Il y aura du ménage dans les années qui viennent... Ce n'est pas là exprimer un désir personnel de vengeance ou d'autre chose, parce quye je me contre-fous de ces gens, et à la limite je les comprends, mais c'est le constat auquel aboutit ma propre expertise qui vaut ce qu'elle vaut, ces gens n'étant plus du tout en phase avec les exigences sociales qui montent..Ils sont du monde ancien.

L'essentiel est qu'ils arrivent jusqu'à la retraite, si j'ai bien compris. Mais qu'ont-ils pollué jusque là? Personne ne se sent donc responsable d'avoir permis au président actuel d'arriver au pouvoir et d'exercer ses compétences perverses. N'ont-ils vécu que pour bouffer des petits fours et ressentir les spasmes de leur fascination pour le pouvoir du plus fort ou du plus fou, et assouvir leur goût du privilège (privilège de savoir, du off, des secrets...) ?
J'ai bien aimé le passage où Dominique de Montvalon nous sort la rengaine "Sarkozy a été très profondément blessé par cette affaire Clearstream..." et où Waintraub semble être d'accord avec lui. Ils ont l'air d'y croire vraiment en plus.
Je me demande si ce n'est pas plutôt la psychologie des journalistes politiques qu'il conviendrait d'étudier, celle de ceux qui idolâtrent Sarko en particulier. Ils semblent perdre de vue que Villepin n'a pas pu se présenter en 2007 à cause de ce procès.

Que pensez vous, Guy, et plus généralement les @sinautes des éléments qu'apporte Meyssan dans cette histoire ? http://www.voltairenet.org/article163784.html

Je précise tout de suite que je ne suis pas un fanatique de reopen 911, mais je ne pars pas non plus de l'idée que les analyses de Meyssan sur différents sujets n'ont pas une certaine justesse (cf : Arche de Zoé notamment).

Alors ça peut se discuter ou ça pue trop le complot ourdi par la CIA et ce n'est pas crédible ?
Hummm… (juste avant visionnage) cette LJ-là, bien sûr… me dis-je, on ne pouvait pas y couper… ces deux-là, c'est de le vrai chair-à-médias façon sushi de gras de thon rouge 1er choix, savez…çui qui fond délicieusement dans la bouche en vous laissant tout chose…
Donc aussi Mmmm… voire Miamm!… car je confesse m'en délecter d'avance quoique Desper nous dise, songeant que la majeure partie des décennies à venir devra être consacrée par la France à d'énormes et parfaitement contingents frais et efforts de "désarkoïzation", augurant à part moi que la ou le Croûtechève de cette période-là devra faire preuve d'une dose d'abnégation sortant de l'ordinaire pour se coltiner un ou deux mandat(s) aux allures de lancinante GdB…, souhaitant même à GB de ne pas alors présenter le JT ;-)
Bref, et sorry pour le pré-commentaire qu'intéresse personne, j'ai la gourmandise coupable, le rassasiement inquiet avant de cliquer sur la flèche…
Et pour vous rappeler votre jeunesse, Guy, ainsi que la fine stratégie politique, qui veut qu'il faut toujours limiter le nombre de ses enemis, l'article du Figaro du jour Sarkozy et Copé enterrent la hache de guerre (titre de l'aticle en une, version papier)

Tant que Villepin était en, justice, pas besoin de Copé, il pouvait rester en dehors du "clan", le jour où Villepin revient dans le jeu, il vaut mieux limiter la casse, et les oppositions...
Qui a dit que la politique, ce n'était pas violent?? (même si la hâche de guerre esr une image)

Ca on ne peut lui oter, cette qualité de stratège politicien à koko.. aussi fertile que n'importe quel lisier d'épandage...

Le pire étant que copé va maintenant se placer en bons godillots, lui qui avait tenter redonner un semblant d'indépendance aux députés, encore une belle lacheté politique, et que lorsqu'on demandera à Copé, "alors comment va avec Koko", il osera répondre "bah ça a toujours été le bonheur"...

Mais tout ceci n'est qu'un hypothèse, tout comme on pourrait imaginer que Koko ait attendu que Copé soit attendri par la naissance d'une petite fille, et devienne d'un coup un gentil agneau pour quelques jours, pour qu'il se fasse manger tout cru, par le loup Koko qui l'attendait au coin du bois....
Comme il en a été question dans l'émission, sinon promis, j'en aurai pas causé, jetons un petit coup d'oeil, à l'article du Figaro sur Marin, à son itw plutôt:

*Alors sur Europe1, vide aboslu de la réponse...

*Plus globalement, étrange déclaration, du jour:

LE FIGARO. - Avez-vous envisagé de ne pas faire appel du jugement Clearstream ?

Jean-Claude MARIN. - Oui, si Dominique de Villepin avait été condamné… Bien avant le prononcé du jugement, j'avais indiqué que cette affaire irait en appel, d'une façon ou d'une autre. Le tribunal a validé mon raisonnement sur la possibilité d'une complicité par abstention concernant l'ex-premier ministre, mais m'a donné tort dans le domaine factuel. Selon moi, en juillet 2004 (et non en octobre, comme l'a jugé le tribunal), M. de Villepin savait que les listings Clearstream étaient faux, et il savait nécessairement que le corbeau était Jean-Louis Gergorin. Or, il n'a rien fait pour mettre un terme à la machination. En conscience, je devais faire appel.

Quand le vendredi il déclarait cela:

Pour Jean-Claude Marin, l'appel coulait de source. « On ne comprendrait pas que je n'interjette pas appel » étant donné qu'Imad Lahoud (condamné à 3 ans de prison donc 18 mois ferme) et Jean-Louis Gergorin ( 3 ans de prison dont 15 mois ferme) ont fait appel avant lui. « Deux prévenus font appel, le parquet doit être au tribunal », déclare-t-il.


Deux versions, deux propos, pas contradictoires, mais complémentaires, qui ne se croisent pas au même moment... Les propos du vendredi, tout à fait juridiquement justifiés et logiques, et ceux du mardi, reposant uniquement sur les faits, sur la croyance de la véraicté de certains faits, ses convictions profondes. L'un et l'autre sont complémentaires, pourtant le second ignore le premier, puisque Villepin, n'est pas le seul acquité, il y a Denis Robert, également, pour lequel, à la vue de son acquitemment et de l'appel de Gergorin et Lahoud, il aurait été également justifié que le parquet fasse appel (encore faut il que l'appel soit général, encore une fois). Or de cette hypothèse, d'un Villepin condamné, et un autre prévenu relaxé, rien de rien dans la version du mardi, étrange pour un juriste de cette taille. Il ne parle que d'un Villepin condamné, cas dans lequel il n'aurait pas fait appel, alors que sa version du vendredi, la plus logique, explique clairement qu'il aurait été "obligé" de faire appel, quoi qu'il en soit puisqu'il y a eut relaxe partielle (principe juridique, pour éviter que les anciens prévenus relaxés, ne deviennent témoins en appel, amenant à des situations ubuesques).

Après les diverses déclarations du WE, et celle-ci, peut être bien que cet appel "obligatoire", n'arrange personne, et que ces déclarations pas très convainquantes, n'aillent compléter une requête invalidant l'appel du parquet, au motif "d'acharnement personnel" en effet... Resterait à s'assurer cette hypothèse, si par hasard Marin "oubliait" de renvoyer Denis Robert devant les juges... hypothèse, hypothèse toujours donc... avec ce petit oubli, pas plus gros que celui du jour, Villepin ne va pas en cours d'appel, et les deux autres prévenus, sans les témoignages à charge de Robert et Villepin, voient leurs peines réduites, voir annulées.... et tout le monde est content, et tout le monde peut rependre, corruption as usual... Elle est pas belle la vie?
Est-ce en sondant la forme qu'on finit par toucher le fond ?

Encore une belle ligne jaune. Cette émission vieillit comme le vin ; le bon.

Loin des premières versions occupées par les agressions dans le bus ou l'enfant de Rachida Dati, elle s'est recentrée sur la mise en lumière de l'inconsistance médiatique, sur le mélange public-privé et toutes les connivences, conscientes ou non, mais qui font perdre aux journalistes leur esprit critique et leur crédibilité. En analysant pertinemment la forme, elle crée du débat, dévoilant le vide intersidéral du fond du discours politique et chacun de s'interroger perplexe sur le spectacle, sur cette politique d'opérette dont le livret se vide année après année de tout contenu signifiant.

L'émission est si riche que toutes les pièces du puzzle sont là. Mais étonnamment, personne ne prend la peine de les assembler :

Pendant la première partie de l'émission, les questions tournent autour de la folie, de la dinguerie des politiques, et un consensus se dégage chez tous les intervenants pour dire que premièrement « De mémoire de journaliste politique, cela a toujours existé. Il y a toujours eu des luttes de pouvoir très violentes et les passions haineuses qui vont avec. » et que deuxièmement « Cela s'explique parfaitement, car pour avoir le pouvoir, il faut être un peu dingue. C'est-à-dire que pour avoir le pouvoir, il faut le vouloir passionnément, déraisonnablement. » Même Guy, en classe avec Copé, confirme la pertinence de cette analyse. Ainsi, il y aurait une sorte de fatalité dans le fait que la classe politique soit toute entière composée de gens qui n'y pensent pas qu'en se rasant ou en s'épilant. C'est comme ça, c'est fatal, c'est structurel et nous sommes condamnés à être dirigés par Macbeth. Sujet suivant.
Là où je tique un peu, c'est quand Judith Waintraub fait remonter jusqu'à De Gaulle cet amour passionnel pour le pouvoir et qui serait la condition sine qua non de l'accession audit pouvoir. Car enfin, si quelqu'un a eu le pouvoir par accident, c'est bien ce général de seconde zone qui a eu ce comportement totalement déraisonnable d'aller s'installer à Londres et de prétendre incarner la France au début de la guerre. Qui peut sérieusement soutenir que De Gaulle pensait en se rasant à autre chose qu'à ses blindés et à donner son point de vue sur l'armée de métier ? Sans les hasards de l'histoire, il est fort peu probable qu'il aurait jamais accédé au pouvoir.

Mais pour autant, l'analyse du type anthropologique de l'homme politique contemporain, formulée par les intervenants sur le plateau, est aujourd'hui parfaitement pertinente. Et dans ce récent contexte où comme le dit encore l'excellente Judith Waintraub : « il n'y a plus d'affrontement idéologique. », la problématique de l'homme politique devient uniquement de séduire (« ces gens veulent être aimés » dit un des participants) pour obtenir, à tout prix, le maximum de vote. Il ne faut pas chercher ailleurs, à mon sens, l'hystérisation de la vie politique française dont Sarkozy est le dernier avatar et une des formes les plus abouties. Sarkozy le dragueur, Sarkozy le séducteur, celui qui tutoie tout le monde et s'en excuse ensuite les yeux dans les yeux. Sarkozy qui met en scène, comme beaucoup d'autres, sa vie familiale pour ensuite s'en plaindre quand Fogiel apporte la réponse du berger à la bergère. Sarkozy qui gesticule, se pâme et simule des indignations, jouant la comédie pour susciter l'intérêt des foules. Il est dans son rôle. L'art pour l'art. La séduction pour la séduction. Le pouvoir pour le pouvoir.

Avec Ségolène Royal, nous aurions eu le défilé de jupes blanches, la bravitude et les propos crypto-religieux, la belle affaire. Même hystérie, même volonté de séduire dans le vide.

C'est dans ce contexte de forme sans fond que Maurice Szafran analyse l'intérêt des médias pour de Villepin : comme il n'y a plus d'affrontements idéologiques, on cherche des contradicteurs sur la forme, des luttes intestines minables mais qui serviront de climax à la fable insignifiante du jeu politique. La machine politique tourne à vide sur la scène médiatique et les spectateurs-électeurs s'ennuient, gagnés par le cynisme et le dénigrement de tous et toutes. Là encore, qui doit-on incriminer ? N'est-ce pas cette vacuité des propos qui pousse à l'analyse psychologique goguenarde des acteurs et qui est aussi responsable, par contagion, de la perte de crédibilité des journalistes qui s'en font le relais ?

Vous évoquez à tout bout de champ la rationalité ou l'irrationalité des politiciens comme synonyme de leur folie, mais où est donc la rationalité dans ce vaste conte, conté par un idiot et qui ne signifie rien ?

Sarkozy's but a walking shadow, a poor player
That struts and frets his hour upon the stage
And then is heard no more: it is a tale
Told by an idiot, full of sound and fury,
Signifying nothing.
j'éspere que cette émission ne servira pas de caviar au service de communication de l'élyssée pour le futur car il me semble que l'on rentre vraiment dans ce dont il a besoin et vous lui donnez une opportunitée de résoudre ses gros problèmes [s][sub][/sub][/s]
Je voudrai pas être rabat joie, je n'ai pas encore vu l'émission et Guy, je ne doute pas de sa qualité. Mais, ya un truc qui me chiffonne en découvrant le titre de LJ ce soir.

Voici les titres des 3 émissions diffusées en une semaine:

Avec les vrais gens, Sarkozy a-t-il traversé la ligne j@une ?
"Non, FO et la CGT ne soutiennent pas Proglio" Sur notre plateau, les syndicalistes contredisent Sarkozy
"Villepin-Sarkozy : la ligne j@une de la folie ?"

Je ne sais pas pourquoi, mais il y a comme quelque chose qui revient, lancinant et qui finit par me donner la [s]gerbe[/s] nausée.

Bon Daniel, ...l'Amérique latine ou tout autre sujet international d'ailleurs, comme un bol d'air frais, c'est pour quand ?

Avant de faire un No sarkozy day national, ne pourrait on pas commencer par un No Sarkozy week sur @si?
Je sais c'est pas facile, mais essayez les chewing gum, les patchs, l'acupuncture ou la méditation...ou simplement la volonté.

Bien @ vous
Que de beaux discours, il ne faut pas psychologiser, il faut protéger la vie privée etc etc.

Mais enfin, c'est faire de la psy que de rappeler que le président est un cocufieur de première, et au delà de ça, un sacré pervers, puisque la fin de Cécilia et lui ont été évoqué, mais que dire de leurs débuts, du début de l'obsession de koko, pour elle, qui date, pour ceux qui l'ignore, du jour où il a marié Jacques Martin et Cécilia... En la voyant à la mairie, il s'est dit, elle sera ma femme!!!!
Et personne pour rappeler de temps à autre, cette incroyable perversité, celle qui explique "sa vision de l'amour", comme celle de la haine!!
Il n'y a pas besoin de checher midi à quatorze heures, d'avoir fait les grandes écoles en la matière pour comprendre, la perversion, l'irrespect de la personne, de ses fonctions, que ce type représente à la la lecture unique de l'évolution de sa vie privée.
J'ai aussi voté pour cette émission.
Par moment, en pleine utopie, je rêvais de voir un débat comme celui-ci à une heure de grande écoute à la télé.

Merci.
Emission sympa, j'ai surtout apprecié le duo Maurice & Dominique.
Aborder le thème de la folie n'est pas si simple. Perso, Au sujet de l'affaire Naboleon vs DDV, Je pencherais tout bêtement pour une simple querelle entre ego surdimensionnés.
Et pour célébrer ce mois de février que je déteste tant, voici mon poncif préféré: Nous sommes tous le fou de quelqu'un d'autre....
Vous m'ferez cent lignes là-dessus....
Tadaaaa :-)
acte 3 vers 6min40 la journaliste du figaro (quelle rigueur cette dame !) résume toute la situation actuelle avec cette phrase:"il n'y a plus d'affrontement idéologique", une phrase à creuser, incontestablement.
J’ai fini le visionnage, une émission très intéressante.
J’ai voté pour le contenu.

Sarko n’est peut-être pas fou, mais il est schizo... Sarko est petit et c'est pas mon ami
Sur l’air de « kirikou n’est pas grand mais il est vaillant »
http://www.youtube.com/watch?v=OZ7kAfsqkKE
Je viens de terminer les 5 actes.
Sérieux là !
Je veux que vous m'aimez !
asinautes débiles;-)
votez pour moi !
et respectez ma vie privée ( je me suis fais jeter par ma nana,
j'ai perdu ma maison et mon boulot, et je glande depuis 21 ans
et je suis heureux ! )
et je cause bien !
et j'aime les fous
et je suis moins dingue que vous !
et je ne suis pas fou... hum ! je démens....

1ere chose
2eme chose
et je terminerais ...

je pense très sincérement et profondément
et le premier qui me contredit ,
je " lui démonte la gueule"
La classe !
gamma
Le journaliste qui nous sort à chaque ligne jaune l'argument du populisme anti-médiatique, ça devient un running gag. La dernière fois c'était un gagman bougonnant, ici une tête à claque au sourire madré. Toujours les mêmes foutaises corporatistes.

Sinon c'était po mal.
Quand même, ce que vous êtes bon Guy ! Ça décoiffe !

Bon, je continue mon visionnage...
Pourquoi commencer à finaliser la vidéo par les actes 4 et 5 ?

et l'acte 5 a disparu !
et maintenant l'acte 4.

Mais l'acte 1 est maintenant disponible.
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.