23
Commentaires

"Valérian" : tapis rouge sur TF1 pour le dernier film de Luc Besson...

Valérian partout, à toutes les sauces. Alors que le dernier film de Luc Besson sort ce mercredi 26 juillet, TF1 a pesé de tout son poids dans la promo de cette adaptation d'une BD française des années 60. JT de 20h, coulisses de tournage et documentaire sur Luc Besson sponsorisé par Luc Besson, tout y est passé. Sans jamais que la chaîne ne précise qu'elle co-produisait le film le plus cher de l'histoire du cinéma français.

Derniers commentaires

Pour moi, Luc Besson c'était le Grand Bleu.
Enfin, pour ma fille surtout


Un jour, il a acheté un bout de côte varoise en croyant qu'il pourrait y faire ce qu'il voulait : un ascenceur qui descend dans la mer par exemple. Et là, il s'est fait taper sur les doigts.
Alors il a revendu son bout de côte varoise qui a atterri dans l'escarcelle d'un magnat russe.

Je n'ai pas beaucoup d'estime pour Luc Besson.
J' aime bien Clint Eastwood, comme réalisateur, et comme acteur: qualifié, en son temps, d' acteur de "western spaghetti", et de polars fachos ( Donc, facho lui-même...Ca va de soi! ), à l' époque où l' élite de la critique de gauche ( What else...!? ) encensait Hitchcock et Kubrick, il m' aura fallu attendre quelques années pour recevoir ( Enfin! ) l' imprimatur du Masque & la Plume...Tout (règlement de) comptes déduits, il était, peut-être et in fine, de gauche...Après tout!
C' est que nous autres, les NRV* de la race supérieure, on est doté de superpouvoirs qui nous facilitent l' existence: on peut aimer Hugo, ET Baudelaire, Pim, Pam, Poum ET Max Stirner, Starwar(s) ET Une femme sous influence...Comme on peut lire la BD de Christin / Mézières et regarder le film de Besson, en y prenant plaisir.
Après, je trouve plutôt bien d' avoir, en France, le choix, non exclusif, entre Besson ET Garrel, ET Ruffin, ET Lautner...Vous prendrez bien un peu de Beaufort, avant vos profiteroles, oui?
Carpe diem...
NdA: *NRV...Nationaliste Radical Virtuel...Le fascisme à visage humain, et plaisirs bestiaux.
Je n'ai pas regardé les vidéos suggérées dans les commentaires, alors je ne sais pas si le sujet a été abordé, mais si je me souviens bien, Besson avait organisé pour ce film un concours de dessins des costumes dont le premier prix devait être pour le dessinateur l'insigne mais peu lucratif honneur de voir son projet retenu et son nom au générique. Pas de rémunération, ou dérisoire pour le travail nécessaire.

Des centaines de graphistes ont donc planché GRATUITEMENT pour ce grand cinéaste plein de pognon et ultra-subventionné. Il n'y avait qu'un gagnant.

Besson, ou comment achever de dévaloriser une profession déjà rudement maltraitée par ses clients très souvent mauvais payeurs.

Depuis et pour le restant de mes jours, Besson, riche fossoyeur des graphistes, c'est sans moi.
Besson, Mozinor , la synthèse : https://www.youtube.com/watch?v=GJ1ySirkOAE
C'est quoi TF1 ?
Besson je crois que c'est quelqu'un qui aime bien les subventions.
A part ça, le soir c'est l'heure de ma valériane...

Ce message a été supprimé suite à la suppression du compte de son auteur

Sur le sujet, un point de vue américain (in english) : The real reason why Valerian flopped at the box office.
En résumé : les américains ne connaissent pas la BD et ont la référence de leurs comics à base de super-héros, l'histoire est confuse et on ne sait pas vraiment de quoi parle le film avec les bandes annonces, des critiques bof-bof, des acteurs principaux de 2nd rang, la concurrence le week-end de sortie, et en conclusion que le "business plan" doit sans doute compter sur un succès à l'international (= hors USA...) d'autant plus que Besson aurait profité de crédits à la production et utilisé un système de prévente.

Pour les finances, une petite recherche m'a donné cet article du Point où Besson aurait dit que le budget était déjà amorti à 90% par les préventes et où on apprend que EuropaCorp a la société chinoise Fundamental Films comme actionnaire à 28%, la sortie en Chine devant normalement remplir les caisses.
Il ne serait en effet pas étonnant que le film marche en Chine et il ne devrait avoir aucun souci de censure vu le ton gamin (en matière de super-héros pas politiquement correct, Deadpool avait été interdit en Chine).
A ajouter au dossier Besson, infâme parmi les infâmes : La tentative de torpillage judiciaire du magazine Brazil.

Luc Besson, ou le paradigme de la censure culturelle capitaliste

Un extrait : "Le prétexte de la diffamation sur ses frasques sexuelles, est bien évidemment creux. Ce qu’il ne supporte pas c’est tout simplement, qu’un magazine qui touche véritablement les passionnés de cinéma, et donc qui peut s’inscrire dans le temps et construire une réelle généalogie d’analyse (car en effet certains de ce magazine proviennent déjà de Starfix comme l’explique Christophe Goffette à Frédéric Vignale lors d’un e-terview reprenant cette affaire), puisse ainsi le brocarder, remette en cause son aura, et émette l’hypothèse que derrière son regard de chien battu, il y a l’étincelle d’un assassin du cinéma français d’auteur.
Or portant ainsi plainte, Besson, point dupe des rouages économiques propres à la survie des petits magazines, demande 50 000 EUROS de dommage et intérêt, de quoi assassiner toute trésorie de structure de faible ampleur. Pas la sienne pour sûr. Dès lors, nous le percevons, non content de dupliquer les techniques marketing et médiatiques au niveau de la commercialisation de son cinéma, il en vient à reproduire la même logique que celle mise en évidence par Chomsky aux Etats-Unis, et qui peu à peu tend à se généraliser en Europe (cf. le modèle Murdoch en Angleterre par exemple)."
La tentative de torpillage judiciaire du magazine Brazil.

Dans les faits, il n'y a eu aucun torpillage judiciaire et ce magazine Brazil a réussi à se torpiller tout seul.
Dans les faits, il n'y a eu aucun torpillage judiciaire Parce que Besson a été débouté. Mais il y a bien eu tentative.

ce magazine Brazil a réussi à se torpiller tout seul En effet, tout le monde n'a pas le talent de Dassault, dont le titre de presse phare est soutenu à bout de bras par des subventions publiques et qui lui, au contraire, fabrique des torpilles. Malheur aux vaincus de la presse ! Jolie morale darwiniste-entrepreneuriale que vous nous servez là, Tigi.
Quand un magazine publie des "critiques" aussi ineptes que celle que Deplasse a consacré à Besson, il ne faut vraiment pas s'étonner que les lecteurs n'aient pas suivi...

("George Lucas, le mec qui a tué le cinéma américain" (sic), "Besson n’est pas un cinéaste" (sic))
Ouais...

Aucune sympathie, estime ou admiration pour Besson en ce qui me concerne (je crois qu'il est difficile de rivaliser avec un tel niveau d'indigence scénaristique, en particulier), mais le papier de "LeMag" cité est un torchon d'attaque ad hominem de caniveau, en effet.

Ce qu’il ne supporte pas c’est tout simplement, qu’un magazine qui touche véritablement les passionnés de cinéma, et donc qui peut s’inscrire dans le temps et construire une réelle généalogie d’analyse (car en effet certains de ce magazine proviennent déjà de Starfix comme l’explique Christophe Goffette à Frédéric Vignale lors d’un e-terview reprenant cette affaire), puisse ainsi le brocarder, remette en cause son aura, et émette l’hypothèse que derrière son regard de chien battu, il y a l’étincelle d’un assassin du cinéma français d’auteur.

Ha, Brazil fut et reste la seule revue cinéphile à brocarder Besson. Intéressant horizon culturel.

Notons le passage de Goffette à Fluide Glacial, durant lequel il faillit torpiller la revue trentenaire sans même revenir sur les histoires de cul de Besson ! Un complot, assurément.
C' est ce genre de pensum, à l' arrogance putassière et l' intransigeance stalinoïde ( Que les Joseph me pardonnent... ) qui m' a fait détester, depuis tout petit, cette engeance: pratiquant, sans états d' âme, les délits de sale gueule, usant d' une morale sexuelle étriquée, dégueulant, ad nauseam, ses certitudes avariées sur les normes de " L' Art Vrai "...On dirait du mauvais Gobbels, ou pire: du Jean Cau!!
Et le plus triste, c' est que ça se prétend " de gôche "....C' est malheureux à penser ( Plus qu' à dire, ou faire... ), mais j' ai dû, au long de ma chaotique existence, en flinguer des qui, en saloperie, leur arrivaient sûrement pas au haut de la semelle!
D' ailleurs, mes compagnes font pas faute de me le faire, quotidiennement, remarquer: je suis jamais le premier à descendre les ordures...Mea culpa!
Carpe diem...
Un film français tourné intégralement en anglais, la vision du cinéma français chez Besson.
Un clip publicitaire de plusieurs heures... sans moi !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.