5
Commentaires

Une occupation symbolique filmée au portable : en 2011 à Wall Street, déjà...

A la recherche d'un visage pour incarner le mouvement "Nuit Debout" qui, depuis la semaine dernière, campe place de la République à Paris, les medias français se sont jetés sur Rémy Buisine, jeune community manager qui "live" les Assemblées Générales quotidiennes sur son compte Periscope. En 2011, le mouvement "Occupy Wall Street" était aussi suivi en direct par un jeune Américain de 25 ans et son téléphone portable. Non sans quelques polémiques.

Derniers commentaires

Merci Robin Andraca de nous tenir informé aussi de ceux qui font l'information sous des formes non officielles, peut être brouillonnes, amateurs mais finalement plus vraies que les officielles car en plein dans le mouvement. Même si une certaine vanité se cache hélas derrière ces Périscopeurs que s'arrachent désormais les médias officiels.

Bien entendu, on est plus sensible aux informateurs plus informés sur le fond du mouvement, et qui en partagent l'inspiration, comme ceux dont vous parlez aujourd'hui et qui nous proposent Radio Debout.

Merci Robin
Le survol de manifestations par drones est interdit. C'est sans doute pour ça que il n'y en a pas.
« Une surveillance de la surveillance qui avait, à l'époque, inquiété deux journalistes du Guardian. Dans une tribune publiée en décembre 2011, Noel Sharkey et Sarah Knuckey, s'étaient émus de cette nouvelle forme de Big Brother, que même Orwell n'avait pas vu venir. »

Orwell n’a pas décrit de technologie qui servirait au quidam pour surveiller la police et des manifestants, certes.

Mais il a bien décrit l’esprit de la surveillance de masse poussée à son extrême :
Dans 1984, la surveillance de la population n’est pas exclusivement exercée par un organe central.
Chacun doit surveiller ses proches et les dénoncer en cas de comportement suspect.
La Police de la Pensée s’exerce grâce aux enfants qui ont pour mission de surveiller leurs parents, aux collègues
de travail qui observent leur collègue à chaque moment, à l’ami qui dénonce l’ami, etc.

La surveillance totale passe par, au minimum, trois formes :
- le télécran,
- les hélicoptères qui observent aux fenêtres (eh oui ! des formes de drones !)
- la surveillance de chacun par chacun.

Il ne reste au citoyen plus aucune intimité personnelle.

C’est toute l’ironie de ce que nous vivons aujourd’hui, la surveillance n’est pas que le fait de la NSA, des GPS,
des fichiers policiers, etc…
Avec la technologie que nous possédons tous entre les mains (téléphone mobile, ordinateurs, Périscope et autres drones),
et au nom de principes louables (l’information, la lutte contre les dérives de la police), nous en venons à appliquer
à tous ce que nous ne voudrions voir appliquer à nous-même.
Des manifestants et des policiers se retrouvent en garde à vue et en prison sur la bonne foi de vidéos, qu’elles soient captées
au sol ou par les airs.

Grand frère vous regarde avec les meilleures intentions, mais il vous regarde.
"Community Manager"? Comme Obama?
Et en France/français ça donne quoi, "Community Manager"? Faire des selfies avec des pop-stars?

Vous pourriez nous en dire un peu plus sur ce zouave?
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.