26
Commentaires

"Un pays bizarroïde qui devient totalitaire, ce n'est pas tenable"

Balade dans le port d’Athènes avec Panagiotis Grigoriou, anthropologue, à travers les rues désertes et les entrepôts à l'abandon. Ambiance western. Le temps est toujours aussi lourd.

Derniers commentaires

C'est chouette d'avoir fait remonter cet article.
je lis cet article avec retard - en fait, un an pile ! chouette article d'anne sophie, mais aussi bon choix d'informateur. panagiotis a un regard précieux sur la situation, SA situation : ironique, distancé, attentif, informé. si jamais, lisez son blog, c'est un rendez-vous précieux pour ceux qui ont envie de comprendre quelque chose à ce que vivent, dans leur chair, dans leur quotidien, tous les grecs. sans oublier son analyse politique de ce pays, dont le byzantinisme kafkaïen est source d'effarement et de consternation sans fin.
ça donne une étrange impression de boule de cristal ces articles quotidiens sur la Grèce, c'est en effet notre avenir que décrit Anne Sophie si on ne stoppe pas la Troika qui roule pour la finance.
Un pays qui a une caste de privilégiés richissimes qui ne payent pas d'impôts (pour la Grèce les armateurs), une propriété foncière détenue en grande partie par l'Eglise, un pays totalement en faillite. Un Etat déficient qui ne profite qu'aux riches. On ne peut rien y faire. Un très bon niveau d'alphabétisation.

Cela ne vous rappelle rien dans vos cours d'histoire ?

Ce sont les conditions qui ont précédé la Révolution Française.

Les mêmes causes produisent-elles forcément les mêmes effets ? On le saura dans quelques années.
Très bon reportage, c'est super que ASI commence à sortir des bureaux parisien et arpente la France et l'Europe !
Je suis contente d'être abonnée, c'est vrai ça donne envie de se réabonner...

Tiens d'ailleurs, question transparence, vous publiez vos comptes, budget etc... ? Pour qu'on sache de quelle manière est affecté l'argent qu'on tranfère chaque mois à ASI ?
merci
Je me joins à ce choeur de félicitations. Anne-Sophie est décidément la meilleure. Et comme c'est bien écrit!
Excellent reportage, humain, qui "prend le temps de" et à rebours des dépêches AFP recopiées dans nos médias...
Le vote de Dimanche pour la droite est d'autant moins compréhensible. Que peut-on craindre quand on n'a déjà plus rien et qu'on a été dépouillé de tout ?
Merci Anne-Sophie ! j'essaie d'envoyer le lien de vos reportages à des amis qui iront en juillet saluer les Grecs ..
Anne-Sophie, vous excellez dans le reportage à l'étranger.
Restez-y et rencontrez des Grecs de droite, pour nous raconter.

Une petite semaine de plus.
( comment ça vous avez aussi une vie à côté ?)


Je lance ici un appel à tous ceux qui partent (ou vivent) à l'étranger : racontez-nous ce qui se dit là vous êtes, sur la Grèce, les Grecs, l'Europe, la dette, comme l'a fait JC2 ci-dessus. Je trouve intéressant ce recueil d'opinions.

D'ailleurs, ce qui se dit en France dans différents milieux, c'est intéressant aussi.
Merci et bravo pour cet autre regard posé sur la Grèce.
Je conseille le "Terre à terre" sur France culture (le samedi de 7 à 8h) consacré à ce même pays et où on découvre que la crise peut avoir aussi du bon, dans le sens où elle renforce les solidarités, modifie le rapport à la consommation, fait renaître une agriculture de proximité...
Je surenchéri :
clap clap
gamma
Cet article est brillant, clair, très bien écrit.

Un seul mot :
Bravo !
Merci pour cet article, Anne-Sophie.
Un point de vue très intéressant, et qu'on entend jamais, avec en plus un lien vers un blog.
Parfait.
Très bon article. Merci Anne-Sophie. Cela faisait longtemps que je voulais avoir un aperçu de la situation en Grèce.

Par ailleurs, pour les fans de fog(pas de majuscules!) rencontrés dans un autre fil de discussion, j'ai trouvé ce lien dans le blog de l'anthropologue dont il est question dans l'article:
http://www.lepoint.fr/editos-du-point/franz-olivier-giesbert/et-si-l-on-rendait-la-grece-a-la-turquie-07-06-2012-1470412_70.php

En en lisant les commentaires, j'ai pris peur. Oui, la bêtise m'effraie. Vraiment. Il y a des gens qui clament haut et fort que les humbles travailleurs en ont trop demandé, et que non contents de s'être autant gavé sans vergogne, ils y ajoutent encore la lâcheté de "refuser les conséquences de leurs actes".
Mais... c'est horrible! C'est un contre-sens total.

Enfin je préfère m'arrêter là, la nausée me prend.
C'est surtout un contresens extremement répandu. Mon anecdote, je vis aux US et travaille dans un laboratoire, donc croise des collègues qui ont pour seul point commun de ne pas être américains. Après la première élection en Grèce il y a une paire de mois, je ne sais plus comment le sujet arrive sur la table avec mon collègue japonais (je crois que je me plaignais du score des racistes en France), lui me dit "oui en Europe, vous êtes dans la panade, et les grecs visiblement ils ont décidé de se suicider tous ensemble". Pas bien sur de comprendre, je lui demande à quoi il pense : leur incapacité à faire un gouvernement? Leur obstination dans les plans mortifères de l'europe ? Non, il parlait du score de Syriza et de ce qu'ils préfèrent faire faillite plutôt que d'assumer leurs dettes et les conséquences de leur train de vie. Il parlait du fait que les grecs au lieu de travailler et de faire profil bas, descendent dans la rue et cassent tout. Le fait est que le monde pense que la Grèce, et par extension les PIGS, et par extension l'Europe, a vécu la dolce vita pendant trop longtemps et doit payer maintenant. Et tant pis si la réalité c'est que les gens de ces pays perdent tout, travail, santé, logement. Et tant pis si la jeunesse de ces pays n'a pas d'espoir d'amélioration. Et tant pis si l'argent a été dépensé en dépis du bon sens. Et tant pis si un pays doit payer pour faire peur aux autres. Quand on a fauté, collectivement parait-il, on paye collectivement, et surtout on reste bien sage.
Totu ça me donne surtout envie d'apprendre à parler grec. Parce qu'il sont notre triste futur, et aussi parce que ça semble peu de chose mais c'est déjà un pas vers eux.
Lucidité chirurgicale de JC2. L'attitude des média vis-à-vis de la Grèce est celle du moralisme le plus glauque: Même pas de simulacre d'analyse sauce libérale. Le festival de conneries sur les chaînes info bat son plein et ressemble presque à la PropagandaStaffel, sauf qu'ils sont sincéres, sincèrement cons. Ça va durer combien de temps ?
Je vis en Allemagne et j'oriente souvent les discussions à table vers de la politique (moi et mes collèges sommes informaticiens dans un grand groupe - un de ceux qui payent peu d'impôts).

Chaque pays possède son histoire/identité imaginaire cultivé et colporté par les élites/médias. Ayant la double nationalité, étant trilingue et lisant beaucoup les infos dans divers pays; je reste fasciné par ces histoires que les médias servent au bon peuple... La crise de l'euro est optimale pour cela, on peut comparer les 20H allemands et français où la version de qui possède le contrôle diverge de manière cocasse...

Donc: Merkel contrôle tous les autres gouvernements européens par son rationalisme économique et son talent politique, elle est la seule a vouloir et pouvoir sauver l'euro - tous les autres son des néo-keynésien stupide. L'Allemagne paye pour tous ces feignants (PIGS) qui ont fraudé pour entrer dans l'euro. Tous les grecques sont des corrompus qui payent pas leurs impôts et qui ont vécu au dessus de leurs moyens. Pas besoin de s’apitoyer sur leur sort...

Oublier que les dépenses de l'état ne se trouvent pas vraiment sous contrôle démocratique (a moins qu'un vote tous les 4-5 ans ait valeur de participation active dans la vie politique) et que des intérêts puissants influent dessus (lobby divers et variés). Rend le rejet de la responsabilité sur toute la population grecque hautement stupide.
Ensuite, les médias allemands "oublient" que l'économie allemande à beaucoup gagnée par la zone euro (~40% des exports en 2010) et par des contacts divers avec le gouvernement grecque (notamment armement)... et cetera... Bref les informations sont biaisées et simplistes, mais ce n'est pas nouveau.

Je reste perplexe comment des personnes intelligentes (mes collèges) gobent toutes ces conneries au point de ne pas voir - ou, pire, de cautionner - le mal que les réformes appliquées à la Grèce font à sa population... À la jeune génération (budget éducatif), qui n'y peu rien et qui est sacrifié pour les banques allemandes (gros créanciers) - par exemple...

À leur décharge, mes collèges n'ont pas eux la chance et le privilège de grandir dans un milieu militant et malheureusement les questions de droit/justice sociale, solidarité ne sont pas de celles que l'on voit largement débattue dans les médias dominants...
Joindre avec une telle efficacité journalisme et littérature: Il n'y a que sur ASI qu'on a ça ! Je vais résilier mon abonnement pour pouvoir le renouveler !
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.