53
Commentaires

"Un appel aux dons efficace nécessite la victimisation"

En attaquant le Téléthon, Pierre Bergé, le président du Sidaction, a ouvert un vaste débat. Sur la répartition de la générosité publique, mais aussi sur les moyens audiovisuels et la mise en scène utilisés pour inciter les Français à donner. Quand on montre des malades pour inciter à la générosité, comme le fait le Téléthon tout ce week-end, verse-t-on dans l'inadmissible, comme Bergé l'a dit le 20 novembre, dans Parlons net ? Quelles sont les techniques de mise en scène les plus efficaces ? Certaines sont-elles morales, et d'autres non ?

Derniers commentaires

Excellente émission, vraiment, c'était très instructif, clair, et tout et tout. Un bijou. On est effectivement en plein dans le "but d'arrêt sur images".
j'aimerai savoir le nombre d'enfant atteint de la myopathie et le nombre de malade atteint du sida en France, j'ai souvent l'impression que certaines maladies comme les maladies-auto immunes par exemple interressent plus les laboratoires, donc plus de recherche , et pourtant à l'échelle mondiale ces maladies ne touchent qu'une minorité contrairement au palu ou le sida, plus la cause est proche de nous plus l'appel aux dons est efficace.
Encore une émission dont la qualité technique est atroce ; je suis passée en qualité basse alors que dire de l'image mais le son est correct.
Merci pour cette excellente émission,

Quoique: les cornes me poussent: je suis en train de trouver le publicitaire de Saatchi Saatchi sympathique.

C'est vraiment bien d'avoir fait cet exercice d'apprentissage de la com sur les nobles causes, au dela du simple charity business

Là ou j'ai un chagrin, c'est que le forum reste plat (une cinquantaine de messages à ce jour, plusieurs jours après le lancement) alors que nous sommes tous en train de nous étriper sur les problèmes de réchauffement climatique avec des attendus qui sont de l'ordre de la Vérité et du Bien, et pas de l'utilisation de l'image, sur le forum d'à coté
Petite faute à corriger :

"Dans sa chronique apéritive, Pierre-Henri Moreau revient sur une couleur qui s'est installée cette semaine un peu partout à la téléision"
J'ai beaucoup apprécié le clip sur la maladie d'Alzeimer. J'ai vécu la personne qui sort la nuit et mon fils a vécu la dernière scène où il s'est fait disputer pour une action qu'il n'avait pas commise.
J. Marion
Dans le genre 'les campagnes pour le OMG sont souvent réussies' :
http://www.creativereview.co.uk/cr-blog/2009/december/world-leaders-apologise-from-the-future

Sympa non ?
Il est où le vrai débat ? ! Mendicité à grande échelle autorisée par les pouvoirs publics et relayée par les TV nationales, les municipalités... impôt déguisé pour répondre aux défaillances de l'Etat ! c'est ça le vrai débat ! Daniel, réveille-toi ! J'ai stoppé ton émission après 20 mn (comme quoi, j'ai quand même de la constance...).

Ce n'est pas la gueguerre entre toutes ces associations du show biz... du cancer (on connait la suite, quoique pas toujours très claire), au téléthon (j'ai l'envie de vomir), en passant par le Sida, et d'autres... art. R. 610-5 du code pénal et art. L.131-13 du code pénal sur la mendicité...

Je paye ma redevance TV pour que la mendicité entre chez moi... pendant 48h + les pubs de temps à autres... je suis d'accord, je suis un con ! mais bon citoyen de merde puisque je paye pour ça !

De manière très provocatrice, j'ai fait une promesse de dons de 2 950 000 francs en 1999... sous réserve que le Trésor Public soit d'accord... c'était la somme d'impôt que je devais payer... le Trésor n'a pas été trop d'accord... mais où est passée cette somme que j'ai payée ? écoles, santé, culture, logements... ? je pense plutôt sous-marin nucléaire, armée, dépenses de l'état, etc... et après nous avoir pompé une fois par an avec les divers impôts et au quotidien avec la TVA, les taxes sur les carburants et les PV, ces grands seigneurs qui nous gouvernent font fi de leurs lois et nous "autorisent" à recracher au bassinet pour aider nos concitoyens dans des opérations caritatives qui sont la preuve flagrante de leur défaillance et de leur incurie ...

Je vous quitte, je vais vomir sur l'Etat qui se moque de nous et pleurer sur ceux qui vont mourir faute de recherche et de soin...
Yves
Votre débat est largement tronqué, voire orienté pour servir vos propos.
Car enfin, il aurait fallu inviter des membres d'équipes scientifiques largement financées par le Téléthon et ce pour des maladies tout autre que les myopathies.
En passant je signale que d'une part la myopathie de duchenne n'a hélas que peu bénéficié des progrès de la recherche alors qu'elle est une des formes les plus graves, et d'autre part, que beaucoup de myopathes aimeraient avoir la même forme que celle qui touche Mr Bergé, ils auraient tous une longue vie devant eux. Car cette petite phrase du Pr Lenoir disant que tout va à la myopthie est prise comme une information ne souffrant aucune contradiction.

Comparer le mode de communication du Sidaction et du Téléthon est là encore malhonnête. Comment voulez vous faire parler des personnes adultes atteintes de maladies qui tuent les protagonistes à l'adolescence ?
De plus ces jeunes, même perturbés par les caméras, le public et les micros savent parfaitement bien ce qu'ils sont en train de faire. Derrière certains visages absents il y a une vraie conscience de la vie qui s'en va.
Certaines maladies frappent avec une telle violence que certains ont le sentiment de se noyer, et quand on se noie tout est bon pour être sauvé.

Quand au Professeur Lenoir, il doit savoir que ce n'est pas avec un simple courrier que l'on sollicite l'aide financière de l'AFM et logistique du Généthon. Il y a une série de protocoles très formalisés suivi par un grand nombre d'équipes de chercheurs qui voient leur démarches couronnées de succès.
J'aurais aimé savoir si Mr Lenoir bénéficie de VLM qui est aussi une association très puissante.

Une des grandes idées du Téléthon est d'avoir su rendre cette manifestation populaire et d'impliquer toutes les provinces et de ne pas en faire un évènement "parisien".

Je pourrais ici poursuivre pendant des heures sur ce que je sais du monde associatif dans le registre caritatif étant à plus d'un titre un des acteurs depuis plusieurs dizaines d'années.

Les sociétés de communication on bien flairé qu'il y avait de l'argent à se faire en venant "prêter" main forte aux associations. Ce qui est ironique, justement, dans cette affaire, c'est la genèse du Téléthon français qui doit tout à la force de conviction de quelques membres historiques de l'AFM, loin des boîtes de communication.
Ayant abandonné pratiquement la télévision depuis plusieurs années je ne
suis plus sensible à la mise en scène du Téléthon. Je donne tout de même (à des causes que j'ai sélectionnées dont la Croix Rouge).
J'ai aimé votre émission,pour les explications des invités qui ont souvent dépassé le simple décryptage. Le Professeur Gérard Lenoir a été très clair et parfois percutant mais Jean François Riffaud et Clément Chovin nous ont démontré que l'intelligence est aussi un ingrédient nécessaire d'une bonne communication. On a souvent l'impression que les soi-disant Grands Communicants de la politique n'atteignent pas ce niveau de sophistication (voir celle sur la grippe A
ou sur les Grands Emprunts, Debats etc.. )
Intéressante émission, intéressant aussi le monsieur (qui ne se laissait pas interrompre) mais avait clairement succombé à une (auto?) admiration des stratégies marketing...

Ceci posé, je pratique la charité de proximité.(beuh, le mot 'charité est tellement galvaudé/détourné/avec relent chrétien-doloriste, que ça me fait tout bizarre de l'employer ici).
En clair, dans les rues que j'emprunte, je vois des gens qui mendient.
Quand j'ai de quoi, je donne un peu, et surtout, je parle avec. Ca m'a valu parfois des regards étonnés: une dame komilfo assise par terre avec un-e gueu-x-se? Ca n'existe pas, ça n'existe pas.
J'apprends ainsi que telles (une dame de 75 ans, une autre de 35) ont été envoyées paître par tous organismes, croix rouge compris, si si, et ne savent plus l'une où habiter (je vous le fais court), l'autre manger, que tel autre dans le même cas ne sait comment faire pour protéger son garçon d'un milieu délétère, que telle autre, oeil bandé, ne sait plus ni où ni comment se faire soigner, que tel autre encore.. tous ces gens que mêmes les orgas faisant profession d'aide charitable n'aident pas..
..bref, je n'apporte qu'un semblant de qqchose, et je le sais bien, ma culpabilité et ma colère de voir mes semblables dans un tel dénuement n'en sont en rien atténuées, mais au moins, ç'aura été un peu de relation humaine, car, disent-ils tous, l'absence de regard, la transparence totale dans l'espace public, c'est dur à vivre.
Je sais on s'éloigne du sujet du don à la recherche pour lutter contre certaines maladies, mais là je rejoins qq'un-e qui dit plus haut que c'est vraiment dommage que la charité doive se substituer à l'état. Ce qui ne m'empêche pas de fois à autre d'apporter mon obole ici ou là.
Notez que c'est dommage aussi qu'un bout de nos impôts n'aille pas vers les nécessiteux, ou alors, suffisamment mal pour que ceux ci aient à mendier.
Et le Pathosthon, comme le Cytomégalovirusthon, enfin, les thons en général (et plus ils sont rouges, plus j'évite) est un programme que j'évite résolument, depuis ses débuts, j'ai trop l'impression d'être prise pour un temps de cerveau et de cœur disponible:
mais il se trouve que je m'informe -ce que tout le monde ne peut faire, je comprends bien cela- et je donne si et quand je le souhaite, et les ressorts motivant mes dons varient au long des années.
Ce qui est constant est que plus je reçois de sollicitations, dont les lettres avec des trucs ('prime') dedans, moins je donne; j'ai horreur qu'on me prenne pour une idiote et surtout qu'on me fasse croire que donner pour la recherche, l'ératication de la pauvreté ou de la faim est un deal ou sera compensé par un cadeau bonux: ma satisfaction est plus large: œuvrer pour l'humanité, la rétribution est donc symbolique, j'ai pas besoin d'un gilet jaune ou d'une fourchette (ou cuillère chaiplu) culpabilisante dans un courrier pour me sentir concernée par l'humain .(et pas non plus imbécile circonstrite)
Potlatch ou pot-d'colle?

L'aspect cash cow institutionnalisé par la tévé me rebute à être: je n'arrive pas à y croire, les bons sentiments organisés et avec strass, etc, j'y peux rien, ça me fait rire, plutôt jaune d'ailleurs

(pataper sur la tête, merci, j'en ai encore un peu besoin)
Bravo et merci pour cette émission !
C'est toujours un plaisir quand @si est dans son "coeur de métier", avec des intervenants qui savent de quoi ils parlent.
J'ai bien fait de me réabonner.
En tout cas si @asi veut faire une campagne au don, vous savez maintenant comment faire:
- offrir un babiole
- se faire parrainer par un (beautiful) people
- faire pleurer dans les chaumière
- faire un spot de pub choc qui buzz

Sur la polémique de Berger c'est vrai qu'on est peu sur sa faim car in fine il manque une vraie enquête, quid de la thune du telethon et des acusation de Berger ? J'aurais aimer entendre plus le Pr (et moins le communiquant de la croix rouge) sur la recherche, ont ils besoin d'autant de thune si ce n'est que la recherche fondamentale qui est financée ? Je trouve incroyable que son service (pédiatrie donc tourné vers la recherche appliquée et la thérapeutique) ne soit pas financé par le telethon, que je trouve trop dégoulinant de pathos pour être honnête.
Bonné émission mais les promesses de DS de décortiquer sur le fond les accusations de Berger n'ont pas été suivi... un vrai Charles pasqua ce DS qui fait du teasing pour garder ses auditeurs...
Mon avis est aussi que le téléthon (dans le sens 48 heures de TV en direct) est démesuré en terme de hierarchie du don. D'où le système de causes tournantes qui serait bienvenu!!
Je n'ai pas encore vu l'émission et lu les commentaires, mais la citation en guise de titre m'a fait pensé à ça
Triangle de Karpman
Certains un peu plus, certains un peu moins, mais dans l'ensemble, tout le monde il est bon tout le monde il est gentil, surtout sur le plateau, et le système il très bien aussi: la croix-rouge-marque-référante-qui-a-un-très-bon-produit, un mannequin qui fait mettre la main au porte-monnaie humanitaire, les agences de pub comme agents créatifs de prise de conscience et tout ça espace de don et contre-don (là DS a fait très fort), vive la société spectaculaire-marchande!
Très bonne émission où l'approche de la COMMUNICATION du Found Raising ou Collecte de Fonds ou Charity Business a été très bien décriptée. Je ne suis pas étonnée que les intervenants soient bien restés sur la ligne de la communication uniquement.
Les dessous de cette activité sont parfois bien plus opaques....
Le marketing Direct, c'est mon activité et je travaille -entre autres- avec la plupart des organismes de collectes de fonds en France.
Il faut savoir que la réglementation française (Loi Coluche) leur permet de bénéficer soit de tarifs préférentiels, soit d'abattement fiscaux très intéressants et que cette activité est TRES RENTABLE !!!
Tout le long de la chaine, les coûts sont réduits (agence de pub, imprimeurs, routeurs, affranchissement) et ce système attire bien des convoitises.
J'ai certainement une vision déformée par la connaissance de la gestion "de l'intérieur" mais je ne me fais plus aucune illusion sur "l'humanité" de cette activité. C'est du BUSINESS et c'est tout.
Les étasuniens l'ont bien compris, qui viennent prospecter en France pour bénéficier de la réglementation très favorable et qui ensuite rapatrie cette activité aux USA où l'usage des dons n'est pas aussi sévèrement surveillé.... Et les fonds de pension américains ne disent même pas merci à nos gentils donateurs !!!
Il va sans dire que mon dernier don remonte aux calendes grecques.....
Il est clair que Riffaud a un discours construit et intelligent, mais à force d'avoir réfléchi il me semble être tombé dans l'admiration des stratégies de communication.
Sans le cité, il évoque, par la société du spectacle, Debord. Il parait la dénoncer mais finalement s'en réjouit.

Les congratulations que s'adressent (à eux et à l'autre ) des 2 communicants, unis dans une même complicité a sans doute encore un peu écœuré le Pr Lenoir.
Accessoirement, il était amusant de voir un invité ne se laissant pas couper la parole, et il a même tenté de diriger l'émission, faire les transitions, "la vraie question en creux c'est" etc... MAIS
Certes le sujet est moins complexe que dans la dernière ligne j@une mais voilà bien qq'un qui sait exprimer le fond de sa pensée sans aucune aggressivité!
Super intéressante émission, pas vraiment de langue de bois, avec des intervenants qui ont pensé leur action et ont réfléchi aux limites morales qu'ils pouvaient assumer, et nous l'expriment sans faux semblants. DS appuie là où ça fait mal, et la sincérité paie.

Bravo.
Je n'ai encore pas vu l'émission et certains d'entre vous pourrons penser que c'est hors sujet mais une petite reflexion:

La fraude fiscale en France s'élève à 40 Milliards d'Euros, le téléthon récolte environ 100 Millions d'Euros. Donc en ne récupérant que 1% de cette fraude, on finance 4 téléthon.
(reflexion entendu sur le répondeur de Mermet il y a quelques jours)

J'y ajoute mon grain de sel, prenez les 100 plus grandes fortunes de France et tapez leur 1 million à chacune. Ca leur fait quoi 1 million en moins ? Cela va t-il gravement impacter leur niveau de vie ?. Je vous rassure pas plus qu'aux millions de personnes qui donne entre 10 et 100 euros. Mme Bétancourt a perdu une vingtaine de MILLIARDS de dollars avec Madoff Vit elle plus mal aujourd'hui ? - Traduction 20 Miliards = 2 SIECLES de Téléthon

Seraient ce ces mêmes généreux spectateurs, qui se retrouvent tous dérrière l'équipe de France de Football sans même s'interroger sur les 22 joueurs dont les salaires cumulés s'élèvent environ à 1 Téléthon ? L'équipe de France, vous savez les 22 "éxilés fiscaux", une belle image de l'identité nationale. (avec le drapeau, la Marseillaise et tout et tout...)

On continue avec les banques ?

Voila, le premier malaise avec le charity business.

Le second est: les généreux téléspectateurs financent la recherche, très bien. Mais qu'en est t-il de cette recherche, des laboratoires publics, privés ? Serait ce toujours le même mécanisme qui consiste à faire toujours financer la recherche et le dévelopement par tout le monde (Etat, collectivités ou même généreux donnateurs cités plus haut), pour que, une fois la technologie devenue rentable, elle soit exploitée par de grands groupes privés dont la performance se mesure en dividendes versés à leurs actionnaires ?

En gros si des traitements miracles venaient à être mis au point contre telle ou telle maladie génétique, qui en tirerait les bénéfices financiers ? Dans une Société où le sytème de protection social est dépecé un peu plus tous les jours, tout le monde aura t-il encore demain un accès égal aux traitements ?

Voila, je ne doute pas du coté marketing de ce charité business qui joue sur un certain apitoiement face à la souffrance, mais après tout n'est ce pas plus noble, pour une fois de faire appel à la générosité plutôt qu'à la cupidité?

Bien à vous
Imaginons : la sécurité sociale n'existe plus, le système des retraites par répartition non plus.
Ils sont remplacés par des appels aux dons, des campagnes publicitaires montrant des retraités misérables, des malades pathétiques qui ne peuvent pas se soigner ... rêve ou cauchemar ?
Le don dans les relations inter-individuelles, amicales, familiales, c'est très bien.
Quand il s'agit de remplacer les politiques de solidarité, c'est une régression gravissime.
C'est la dictature de l'émotion, le gaspillage, l'absence de transparence, la répartition anarchique, l'absence de réflexion sur le long terme, sur les priorités.
Si l'on veut vraiment aider nos frères humains qui souffrent, IL NE FAUT PAS DONNER, il faut refuser de participer au marché de la charité.
il faut se battre pour défendre et développer les politiques de solidarité.
Un exemple : faire honte aux 25 % de médecins qui refusent de soigner les malades relevant de la CMU.
Hé alors c'est quoi le problème?
Qui ne se fait pas passer pour une victime! La première version du site "@rret" en 2007 passer pour des victimes de pas mal de politiques et d'homme d'influence. Le type du sidaction lui-même se pause en victime de l'écrasant Telethon. Pour beaucoup passer pour la victime légitimiste ta cause, il faut te réagir a tes souffrances ne pas excepter indifférence et le monde en est gavé. Donnée un but à c'est malade utiliser leur quotidien qui est bien reel, tu le vois dans leur attitude, il y croit. Ils vivent avec des maladies plus terribles aucun mot ne peut décrire et pas uniquement au téléthon. Comment ne pas donner de sont temps ou un peu de sont argents. Ne pas êtres ému ne pas réagir c'est pas humain. Dans ce cas comme dans beaucoup d'autres il faut choquer, provoquer, implorer, dénoncer sans relâche comme vous le faite sur ce site pour d'autres maux, qui amen toujours au pourquoi?
Pour améliorer le quotidien des malades
pour les soins
pour la recherche
Pour ne pas oublier qu’être en bonne santé, c'est mieux que tout.
Le petit donneur et acteur que je suis préfère donner plutôt, que recevoir des leçons à tout va de type qui pence que la guérison c'est n’ai uniquement que des chercheurs, mais c'est surtout aux malades le temps à leur accordeur que l'on doit penser. Jeter le discrédit sur une asso ça rebondit sur les malades et sur les donneurs qui n'en non pas besoin.Le discrédit pour faire quoi?
Pour parler gros sous sur place publique faire dégouter le donneur
pour faire parler de toi est passé à la télé il y a aussi la maison des secrets
Pour oublier que seuls les dons de temps et d'amour font des avancés significative dans les guérisons 70% dit-on dans les hôpitaux
pour une guerre des assos ne profitera a personne comme tout conflit aussi médiatique. (à quand l'Abblé VS Coluche)
pour que plus personne ne donne
Oui les Maladies c'est pas juste, les temps d'antenne c'est pas juste, donc la répartition des dons c'est pas juste, quand bien même tu rassemblerais le tout dans un pot commun ce ne seras pas juste, il faudrais payer d'autre personne pour gérée les fonds sur ce fric qui manque tant :
pour améliorer un peu le quotidien des malades
pour les soins
pour la recherche
pour former du personnels...
Il me semble que l'on a pas mentionné une "variable" primordiable dans la différence de récolte de dons entre le téléthon et le sidaction.
Au téléthon, on vient en aide à des enfants victimes, sans défense, etc, alors que le sida est une maladie, avec tous les guillemets du monde """""""" d'homosexuels, drogués, et autres pratiquants aux moeurs déviantes et que finalement ces gens n'ont que ce qu'ils
méritent...""""""""""""""
Gérard Lenoir vous l'a dit , Daniel , laissez vos interlocuteurs parler !!!!
Interessant ce débat . J'ai moi même participé au Téléthon de ce soir
car j'ai été filmé sur le lieu de mes cours de musique (j'ai un élève atteint d'une
maladie génétique) . Donc dans ce cas précis je ne peux pas être juge et parti .
Il est vrai que je trouve un peu excessif le Bulldozer Téléthon martelant toutes les
30 secondes "Donner de l'argent" !!
Mais d'un autre côté que faire ? Comment agir ? Peut on réellement faire autrement ?
Ah peut être oui ! Suprimons le budget de l'armée pour le donner à la recherche .
Réduisons le train de vie de Bling Bling et de son équipe et je suis sur que nous aurons
une somme non négligeable au bout du compte .
Personne n'a trouvé que le communiquant de la croix rouge avait la meme voie et le meme ton que Jean-Francois Copé? J'écoutais l'émission en mode radio et ca m'a sauté aux oreilles.
Une question qui n'a pas été traitée et qui je pense le mérite. On a vu que les gens ne donnaient pas rationnellement mais plus émotionnellement ; dans ce cas, ne faut-il pas arrêter d'essayer de faire financer la recherche par la générosité publique ? N'est-ce le rôle de l'Etat d'impulser des directions à la recherche, de permettre des choix rationnels ? J'ai trouvé en cherchant sur le site du CNRS cette page : http://www.cnrs.fr/Cnrspresse/n03a6.html . Les données sont un peu anciennes : en 93, les Français donnaient, toute action confondue environ 2,1 Milliards d'euros (en comptant les églises). Cela fait 36€ par Français et sans doute beaucoup moins pour la recherche... D'où la quesion : pourquoi ne pas intégrer cette somme à l'impôts et faire gérer cela par l'Etat ?
Il faut arrêter de croire que l'intuition du public est la mieux placée pour décider d'une politique de recherche... Une comparaison : cela représente deux tiers de la réduction d'impôts aux restaurateurs ; cela représente aussi moins d'un sixième du coût de la loi TEPA...
Enfin, ce mode de récolte est profondément injuste : les donnateurs donnent beaucoup plus que 36€ à la place du nombre important de personnes qui ne donnent rien. Les gens ne contribuent pas en fonction de leur richesse... Finalement, c'est le contraire de l'idéal républicain qui voudrait que les gens donnent en fonction de ce qu'ils ont et pas de leur générosité.
A noter que la stratégie référence / préférence évoquée par JF Riffaud est la même que celle des spots pétroliers dont le slogan est : vous ne viendrez plus chez nous par hasard. C'est une excellente stratégie, notamment dans le cas de la Croix Rouge, visant à modifier la manière dont l'entité promue est perçue. Dans le cas de la Croix-Rouge, c'est absolument légitime.

Je comprends les remarques de Daniel sur la fin, sur le ton : "vous êtes un bon commmuniquant et vous venez de manger quelques minutes d'exposition dans mon emission pour faire votre pub". Cela rejoint un très ancien débat, celui de la légitimité de la rhétorique. Parler bien, communiquer bien, n'est pas suspicieux en soi, et on ne peut pas faire de procès à la technique de comm' pour elle-même, sans aborder l'aspect moral qu'elle charrie. La remarque était donc un peu limite.

De même, questionner le publicitaire C. Chauvin, certes en prévenant du cynisme, sur les "retours sur investissement" que constituent les productions de spots axés grandes causes, c'est d'une certaine manière encore plus lui servir la soupe puisque la réponse est évidente et glorifiante pour celui qui la fait : "oui, nous y gagnons, mais au delà de l'aspect financier, nous y gagnons en grandeur d'âme et par le fait que nous servons la société qui nous nourrit".

Le débat de Riffaud sur la structure de la société qui oblige à recquérir au don, et donc au marketing du don, aurait néanmoins pu être plus approfondi. Le problème majeur étant qu'on voit les associations se crêper le chignon, la Croix-Rouge batailler pour réunir 5 millions et nous autres avoir élu dans le même temps un gugusse dont le paquet fiscal coûte 10 milliards d'euros par an.
Marrant. Moi c'est quand j'ai reçu le gilet jaune de la croix-rouge que j'ai décidé de ne plus leur donner...
Abonnez-vous

En vous abonnant, vous contribuez à une information sur les médias indépendante et sans pub.